Le pas à ne pas franchir    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Covid-19: Des chiffres inquiétants    L'Aïd et une épine dans le pied    «Un peu prématuré pour en parler», selon la Commission de la fetwa: Plaidoyer pour l'annulation du sacrifice de l'Aïd El-Adha    5 Juillet 1962 - 5 Juillet 2020 - 58ème anniversaire de l'indépendance nationale: La grande fête    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    Un jour sur la plage    Qui veut dénaturer Le Rocher Noir de Boumerdès ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    L'infrangible lien...    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    Vu à Alger    Covid-19: le personnel soignant appelés à fédérer ses efforts pour endiguer la pandémie    430 nouveaux cas confirmés et 9 décès en Algérie    Boubaghla, un symbole de bravoure et de résistance face à l'occupation française    Accidents de la circulation : 10 morts et 357 blessés en 48 heures    L'UE ne reconnait pas la marocanité du Sahara Occidental    Skikda: "la récupération du crâne du chahid Bensaâd, permettra d'enseigner l'Histoire aux nouvelles générations"    Le nouveau tsar    Djerad préside une cérémonie de remise des clefs à 1.000 bénéficiaires de logements AADL à Baba Hassen    2 navires de Sonatrach mis sous séquestre    LE HIRAK EST UN MOUVEMENT DE PROTESTATIONS, DE REVENDICATIONS ET NON UN PARTI POLITIQUE OU UNE COOPTATION DE CERTAINS INDIVIDUS.    Le Mali à la croisée des chemins    Ce que risquent l'Algérie, le Maroc et le Rwanda    Le bilan s'alourdit à 89 morts    Le chef du gouvernement tiendra-t-il le coup ?    La Corée du Nord contre tout assouplissement «prématuré» du confinement    Le Président proroge de trois mois le recours à l'armée pour la mise en œuvre du confinement    Un geste d'apaisement qui en appelle d'autres    Les martyrs sont de retour    Les citoyens ferment le siège de l'APC    Les clubs de la Ligue 1 ont cumulé un déficit estimé à 1 000 milliards de centimes    Zidane ne souhaite pas un départ de Messi du Barça    Mohyiddine Kerrache signe pour quatre ans    Décès du poète et parolier Mohamed Angar    Brèves    Chanegriha: le rapatriement des crânes des résistants, un complément aux fondements de la souveraineté nationale    Taleb Omar appelle à davantage de mobilisation contre l'inaction de l'ONU face aux dépassements de l'occupant    JSMB : Nacer Yahiaoui n'est plus    Mouloudia d'Alger : La direction fustige la FAF    Poésie. Agarruj Yeffren de Mohamed Said Gaci : Un trésor caché    L'INDEPENDANCE, LE HIRAK ET LE MAL PROFOND    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sonatrach peine à honorer ses contrats
Exportation des hydrocarbures
Publié dans El Watan le 11 - 10 - 2017

Le PDG de Sonatrach a reconnu, lors d'une réunion hier avec les cadres de l'entreprise, que la situation de sa société n'était pas très bonne et qu'elle éprouve des difficultés à honorer ses engagements.
Confrontée depuis quelques années à des difficultés multiples en matière de production, de commercialisation mais aussi de financement de ses projets d'investissement, la compagnie pétrolière nationale, Sonatrach, se retrouve aujourd'hui dans l'obligation de revoir toute sa stratégie à l'effet d'optimiser le fonctionnement de l'entreprise et aller vers un accroissement de sa production.
Hier, lors d'un brainstorming organisé à Alger avec la participation des cadres de la compagnie et des responsables des filiales, le PDG de Sonatrach, Abdelmoumen Ould Kaddour, a reconnu que «la situation de l'entreprise n'est pas très bonne» et que la conjoncture actuelle sur le marché des hydrocarbures rend la tâche encore plus difficile pour Sonatrach, qui «trouve du mal à honorer ses engagements et ses contrats».
C'est la raison pour laquelle Ould Kaddour a appelé à «conduire le changement de l'entreprise» suivant le projet SH 2030, une nouvelle stratégie dont le plan de mise en œuvre est en cours d'élaboration. «La compagnie a longtemps fonctionné de manière bureaucratique et il est temps aujourd'hui qu'elle reprenne son fonctionnement économique», a-t-il souligné.
Ainsi, poursuit le PDG de Sonatrach, «les acteurs du changement sont invités à apporter leur créativité et à exprimer leur esprit d'engagement et de responsabilité pour la mise en œuvre de notre projet de changement qui découlera de la stratégie d'amélioration des performances de Sonatrach, en focalisant les efforts sur l'optimisation des processus pour l'amélioration du fonctionnement de l'entreprise, l'uniformisation des outils et des méthodes de travail en équipe, la gestion des compétences de l'entreprise, les bonnes pratiques de gouvernance des filiales et l'accroissement des capacités de production.»
Notons à ce propos, qu'un atelier de réflexion a été dédié, durant ce brainstorming, à la question de l'augmentation des capacités de production de l'entreprise et de la commercialisation à l'international, aussi bien dans le créneau des produits raffinés et dérivés que dans celui des hydrocarbures conventionnels et non conventionnels.
Le PDG de Sonatrach a affirmé à ce sujet que l'exploration et l'exploitation du gaz de schiste en Algérie se feraient sur la base de «bonnes approches stratégiques», précisant cependant que «le processus nécessitera beaucoup de temps, le gaz de schiste existe et, tôt ou tard, il sera exploré».
Rappelons qu'une récente étude réalisée par l'Institut français de relations internationales (IFRI), sur les stratégies des compagnies pétrolières nationales africaines, a indiqué que l'un des plus grands défis auxquels Sonatrach est confrontée se rapporte à la nécessité d'attirer des partenaires privés, pour maintenir sa production d'hydrocarbures, et des investissements étrangers.
Et d'affirmer que la compagnie pétrolière, qui a dû trouver de nouveaux marchés pour ses exportations de brut léger du fait de l'essor des pétroles de schiste aux Etats-Unis et l'effondrement des importations américaines, s'épuise financièrement afin de tenter de stabiliser sa production, d'autant que le volume total de sa production d'hydrocarbures a stagné depuis plus d'une décennie, avant de remonter sensiblement en 2016, mais seulement pour la partie gaz, dont ses exportations sont limitées et les capacités d'exportation sont sous-utilisées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.