14e Salon international de défense à Abou Dhabi.. Gaïd Salah prend part à l'ouverture    Sellal a rencontré samedi leurs responsables.. Onze organisations estudiantines soutiennent Bouteflika    Après la destruction par la douane libyenne de sa cargaison de jus pour «non-conformité».. L'entreprise NCA Rouiba réagit    En adressant un message aux pays de la région.. Bouteflika exprime le vœu de relancer l'UMA    Hausse de débit, baisse de tarification, exportation d'Internet vers l'Afrique.. Les promesses de Houda Faraoun    Un eurodéputé dénonce les accords commerciaux Maroc-UE.. La question sahraouie mobilise les consommateurs espagnols    Iran.. Egypte et Jordanie dénoncent l'attentat terroriste    Béjaïa.. Les RN 26 et 09 bloquées par des protestataires    Alger.. Arrestation d'un terroriste recherché    Coupe du monde de sabre féminin «juniors».. La Française Sarah Noutcha remporte l'étape d'Alger    Tournoi International de la LAT.. 25 nations au rendez-vous    INVESTISSEMENT : 4 000 émigrés algériens veulent investir en Algérie    Manchester United.. Tout pour prolonger David de Gea    ADRAR : 10 personnes asphyxiées sauvées in-extremis    LOGEMENTS SOCIAUX A ORAN : Des brigades pour lutter contre la sous-location    La guerre des amulettes ?    L'opposition sceptique    Les Algériens en conquérants    Les mal classés respirent mieux    Soulagement pour Coman, disponible pour Liverpool    Escalade des attaques de colons contre les Palestiniens    Ankara ne reviendra pas sur l'achat des missiles S-400 à la Russie    Téhéran accuse Islamabad de soutien à un groupe derrière un attentat meurtrier    Les chiffres de la Cacobatph    Remède relaxant pour les douleurs au genou    Le meeting national des retraités de l'armée annulé    Les meilleurs réunis autour d'une exposition collective    Romain Gary sur les écrans    Albayazin inaugure l'année 2019 avec le guide de la wilaya de Boumerdès    Jijel : Le corps d'un jeune disparu en mer repêché à la plage Aftis    Nouvelles d'Oran    A la recherche du temps perdu    400 kilomètres de fibre optique en projet    Présidentielle 2019: Une campagne avant l'heure et des protestations    Importations: La facture alimentaire a dépassé les 8,5 milliards de dollars    Volley-ball - Super Division: Bonne opération pour le RC Msila    Kateb Yacine, la mère de Mohammed Dib et les «bons à rien»    El Tarf - Guerre de libération : un recueil sur la Base de l'Est    Préparatifs de l'élection présidentielle    Du clinker algérien pour l'Afrique de l'Ouest    «Nathan le sage» présentée à Alger    Exposition de Djamel Bouttaba    Sécurité : Le nouveau DGSN met en avant l'importance du partenariat entre les différents corps    Coupe d'Algérie (1/4 de finale) : La double confrontation CSC - MCO décalée au mois de mars (Arama)    Nigeria : L'élection présidentielle reportée d'une semaine    Syrie : Sommet trilatéral à Sotchi en vue d'un règlement durable de la crise    Venezuela : Maduro appelle le Royaume-Uni à rendre l'or "volé"    CACI-France : Une stratégie plus offensive pour consolider le partenariat algéro-français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Toujours presente !
Arts et lettres : les autres articles
Publié dans El Watan le 25 - 11 - 2017

De nos jours encore, le répertoire, le style et la personnalité de Fadéla Dziria continuent à fasciner les artistes comme les mélomanes et on ne compte plus le nombre de chanteuses qui s'inspirent de la mythique mais populaire cantatrice et qui reprennent ses chansons.
En 2010, la chanteuse moderne Samira Brahmia confiait à la journaliste O. Hind de L'Expression qu'un de ses projets les plus chers serait de «faire rencontrer la musique de Fadela Dziria avec du jazz».
Souhaitant prendre le temps de le réaliser, l'artiste a perçu toute la richesse d'une œuvre qui appartient largement au patrimoine musical national mais à laquelle Fadela Dziria avait apporté un registre particulier d'interprétation. En attendant de telles expériences, la reprise demeure largement pratiquée et chanter comme la célèbre disparue est pour nombre de musiciennes un passage quasi-obligé ainsi qu'un hommage.
Au début de l'année 2009, la grande chanteuse Seloua avait dédié un concert mémorable à la mémoire de Fadéla Dziria qui fut son amie. De même, Narjess, à plusieurs reprises avait exprimé de manière admirable son admiration pour la sublime Fadéla.
Parmi les chanteuses les plus attachées à ce répertoire, on peut citer Hassiba Abderraouf, incontournable dans les fêtes familiales et qui a fait ses premiers pas auprès de sa mère, elle-même artiste proche de Fadéla Dziria. Elle a ainsi affirmé : «J'ai repris quelques titres de la défunte Fadéla Dziria. Pour moi, elle est une grande cantatrice qui a su porter très haut le patrimoine algérien, notamment, de la musique hawzi et de l'algérois.
J'ai toujours été fascinée par son chant qui m'a accompagné durant mon enfance et mon adolescence. Tout ce qui m'importe, c'est de restituer le nom de cette illustre chanteuse. Car tout ceux qui me connaissent, disent que j'ai la voix pour cela, et que je dois continuer sur cette lancée» (Dépêche de Kabylie, 16/10/07). On doit citer également ici Kenza Hamouni, passionnée par la tradition classique du hawzi algérois, qui a consacré en 2015 son premier album à un hommage à Fadéla Dziria.
Il est remarquable que cette énorme admiration touche même des artistes qui ne pratiquent pas le genre. Ainsi, la merveilleuse chanteuse Houria Aïchi qui a travaillé essentiellement sur le répertoire traditionnel chaoui, s'est laissé aussi emportée par le charme et la force profonde de Fadéla Dziria qu'elle a incluse dans son album-hommage de 2013, intitulé Renayate (Chanteuses). Elle a, entre autres, affirmé à cette occasion, elle qui est sociologue de formation : «Le chant d'Alger de Fadila Dziria et Meriem Fekkaï, modelé par la ville, puise ses racines au cœur de la musique arabo-andalouse. Une oscillation permanente entre le populaire et le savant !». C'est là une explication très intéressante de l'attrait pour ce genre et pour ses plus emblématiques représentantes.
Mais Fadéla Dziria n'influence pas seulement les chanteuses et, dans la gente masculine, on peut citer par exemple le chanteur Nabil Nebbache dont le premier album, «Journal intime», sorti en 2012 comprend une reprise de «Mel hbibi malou» dans une orchestration malouf. La présence de Fadéla Dziria s'est trouvée aussi marquée par quelques initiatives institutionnelles. En 2012, l'ONDA (Office national des droits d'auteur) a édité un coffret de 4 CD qui réunissait justement Meriem Fekkaï et Fadéla Dziria.
Au mois de juin dernier, à l'occasion de la Journée nationale de l'Artiste, la Poste algérienne a émis un timbre à l'effigie de Fadéla Dziria en même temps qu'un autre honorant la diva Ouarda El Djazaïria. Enfin, rappelons que Fadéla Dziria a été décorée à titre posthume de la médaille de l'Ordre du Mérite National.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.