Dubaï : Le ministre Abdelkader Messahel reçoit le Prix des pionniers arabes des réseaux sociaux    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    La vie perturbée de la CAN-2019    «Le médicament anti-douleurs sera disponible dans toutes les pharmacies»    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    BLOQUANT LA CHAINE DE PRODUCTION D'EL HADJAR : Les recrutés en CTA protestent à Annaba    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    300 MISES EN DEMEURE ADRESSEES AUX BENEFICIAIRES : 23 marchés couverts non exploités à Oran    A l'écoute des fédérations    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    5 candidats pour un siège    Le communiqué déroutant de la coalition    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Remise de clefs de 100 logements sociaux sur les 300    Deux morts et deux blessés graves dans un accident de la circulation à Aïn Touta    Nouvelle orientation    «C'est un jour important pour moi»    Riche programme au menu    30 artistes entrés en lice    Un Nobel, c'est une lumière au bout du tunnel    Football - Mercato hivernal: Absence de joueurs talentueux et clubs surendettés    Soins médicaux en France: Une «autorisation préalable» de la CNAS est nécessaire    Les habitants de Brédéah enfin soulagés: Près de 7 milliards pour une école primaire    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Non, vous n'êtes pas un bon Ministre !    Salon de l'automobile: Des voitures hors de portée à des prix «remisés»    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (1ère partie)    L'influence US démonétisée par les tweets imbéciles de Trump    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Le secrétaire d'Etat français auprès du ministre de l'Europe et des Affaires étrangères: Béatification des 19 religieux chrétiens à Oran, «une réponse aux messages de haine»    Cérémonie de béatification des 19 religieux: Oran fait valoir ses atouts hôteliers    Urbanisme : Elaboration en cours d'un nouveau code unifié et homogène    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    Accord de pêche UE-Maroc : La Suède s'oppose aux décisions du Conseil de l'UE    Abdelaziz Bouteflika : " Le FLN est le fruit de Novembre 54 et non l'œuvre d'Octobre "    Mondial-2019 dames : Les Américaines, tenantes du titre, avec Thaïlande, Chili et Suède dans le groupe F    USA : Créations d'emplois moins fortes que prévu    À partir de 2021 : "L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre"    Trump annonce le départ de John Kelly    Paris demande à trump de ne pas semêlerde polotique intérieure Française    Cinq ONG interpellent les autorités: Un appel «pour le respect des libertés»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Toujours presente !
Arts et lettres : les autres articles
Publié dans El Watan le 25 - 11 - 2017

De nos jours encore, le répertoire, le style et la personnalité de Fadéla Dziria continuent à fasciner les artistes comme les mélomanes et on ne compte plus le nombre de chanteuses qui s'inspirent de la mythique mais populaire cantatrice et qui reprennent ses chansons.
En 2010, la chanteuse moderne Samira Brahmia confiait à la journaliste O. Hind de L'Expression qu'un de ses projets les plus chers serait de «faire rencontrer la musique de Fadela Dziria avec du jazz».
Souhaitant prendre le temps de le réaliser, l'artiste a perçu toute la richesse d'une œuvre qui appartient largement au patrimoine musical national mais à laquelle Fadela Dziria avait apporté un registre particulier d'interprétation. En attendant de telles expériences, la reprise demeure largement pratiquée et chanter comme la célèbre disparue est pour nombre de musiciennes un passage quasi-obligé ainsi qu'un hommage.
Au début de l'année 2009, la grande chanteuse Seloua avait dédié un concert mémorable à la mémoire de Fadéla Dziria qui fut son amie. De même, Narjess, à plusieurs reprises avait exprimé de manière admirable son admiration pour la sublime Fadéla.
Parmi les chanteuses les plus attachées à ce répertoire, on peut citer Hassiba Abderraouf, incontournable dans les fêtes familiales et qui a fait ses premiers pas auprès de sa mère, elle-même artiste proche de Fadéla Dziria. Elle a ainsi affirmé : «J'ai repris quelques titres de la défunte Fadéla Dziria. Pour moi, elle est une grande cantatrice qui a su porter très haut le patrimoine algérien, notamment, de la musique hawzi et de l'algérois.
J'ai toujours été fascinée par son chant qui m'a accompagné durant mon enfance et mon adolescence. Tout ce qui m'importe, c'est de restituer le nom de cette illustre chanteuse. Car tout ceux qui me connaissent, disent que j'ai la voix pour cela, et que je dois continuer sur cette lancée» (Dépêche de Kabylie, 16/10/07). On doit citer également ici Kenza Hamouni, passionnée par la tradition classique du hawzi algérois, qui a consacré en 2015 son premier album à un hommage à Fadéla Dziria.
Il est remarquable que cette énorme admiration touche même des artistes qui ne pratiquent pas le genre. Ainsi, la merveilleuse chanteuse Houria Aïchi qui a travaillé essentiellement sur le répertoire traditionnel chaoui, s'est laissé aussi emportée par le charme et la force profonde de Fadéla Dziria qu'elle a incluse dans son album-hommage de 2013, intitulé Renayate (Chanteuses). Elle a, entre autres, affirmé à cette occasion, elle qui est sociologue de formation : «Le chant d'Alger de Fadila Dziria et Meriem Fekkaï, modelé par la ville, puise ses racines au cœur de la musique arabo-andalouse. Une oscillation permanente entre le populaire et le savant !». C'est là une explication très intéressante de l'attrait pour ce genre et pour ses plus emblématiques représentantes.
Mais Fadéla Dziria n'influence pas seulement les chanteuses et, dans la gente masculine, on peut citer par exemple le chanteur Nabil Nebbache dont le premier album, «Journal intime», sorti en 2012 comprend une reprise de «Mel hbibi malou» dans une orchestration malouf. La présence de Fadéla Dziria s'est trouvée aussi marquée par quelques initiatives institutionnelles. En 2012, l'ONDA (Office national des droits d'auteur) a édité un coffret de 4 CD qui réunissait justement Meriem Fekkaï et Fadéla Dziria.
Au mois de juin dernier, à l'occasion de la Journée nationale de l'Artiste, la Poste algérienne a émis un timbre à l'effigie de Fadéla Dziria en même temps qu'un autre honorant la diva Ouarda El Djazaïria. Enfin, rappelons que Fadéla Dziria a été décorée à titre posthume de la médaille de l'Ordre du Mérite National.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.