Soudan, une troisième révolution ?    Ce que veut la rue, en Algérie    Me Bouchachi favorable à un accompagnement de la période de la transition par l'ANP    Un inconnu à la tête du Conseil constitutionnel    L'AGEx de la FAC aujourd'hui à Ghermoul    Yemma Gouraya, dix ans plus tard !    Ghorbal, Gourari et Etchiali retenus    Des étudiants interpellés à l'intérieur de la faculté de droit    Stress, le nouvel ennemi de la peau    Gâteaux au café    Aucune baisse    Pas question d'en rester là ! (fin)    Ahmed Malek, le «Ennio Morricone algérien»    L'écrivain et dramaturge Aziz Chouaki n'est plus    Crise libyenne : Consternation et horreur à Tripoli    Contestation au Soudan : Omar El Béchir jeté en prison    Le géant «peuple» viendra à bout du nain «système»    Division nationale Amateur - Ouest: Six clubs sous la menace de la relégation    Sit-in des syndicalistes du CMT devant le siège de l'UGTA    La catastrophe de Notre-Dame de Paris    Projets du groupe Cevital bloqués: Rebrab entendu par la Gendarmerie    Solidarité Ramadhan: Des virements CCP pour 1.100 familles démunies    Bilan des différents services des urgences du CHUO: 16.293 consultations et 2.039 hospitalisations durant le mois dernier    Ils ont déposé des dossiers de logements depuis plusieurs années: Les mal-logés des quartiers populaires interpellent le wali    Ils demandent le départ du sytème: Les avocats protestent    Audiovisuel: L'ARAV appelle au respect des principes de déontologie et de service public    Division nationale Amateur - Est: L'USM Khenchela repasse en tête !    Division nationale Amateur - Centre: L'ESBA et le RCA ne se lâchent plus    LES ENVAHISSEURS    Système éducatif et deuxième République...    Compagnie aérienne : Tassili Airlines rouvre sa ligne Strasbourg-Oran    Forum Russie-Monde arabe: La sécurité et la stabilité en tête des priorités    Pourquoi le KGB n'a pas pu empêcher l'effondrement de l'URSS    Exportation hors-hydrocarbures: Un cadre juridique propice est nécessaire    Présidentielle du 4 juillet : Les partis de l'opposition n'y participeront pas    La solution la plus douce politiquement à la crise    Afin de booster le climat d'affaires local : Les Douanes se dotent d'un nouveau système d'information    L'ANP veille "sans répit"    Les précisions du gouvernement    Le groupe Benamor se disculpe    Youm El îlm.. Hommage à Benbadis à Constantine    Arrivés de Libye.. Onze diplomates français armés arrêtés en Tunisie    USM Alger Rebbouh Haddad : «Céder les actions du club ? Ce ne sont que des spéculations»    Après le report de la 26e journée de la Ligue 1 au 21 avril.. La demi-finale JSMB-ESS décalée au 25 avril    Relizane.. Boissons alcoolisées saisies    Boumerdès.. Préparatifs pour la réussite de la saison estivale    Soudan : L'UA lance un ultimatum aux militaires    Lancement à Paris d'un certificat international    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tayeb Louh annonce l'ouverture d'une enquête
Mort mystérieuse de ressortissants algériens en Espagne et en France
Publié dans El Watan le 06 - 01 - 2018

Le ministre de la Justice et garde des Sceaux, Tayeb Louh, est revenu, jeudi lors de son passage au Conseil de la nation, sur une série d'événements qui ont secoué la scène nationale ces derniers jours.
M. Louh a défendu son secteur, notamment les réformes de la justice engagées depuis l'avènement de Bouteflika, et a appelé à s'éloigner des slogans politiques, il s'est expliqué également sur les médecins résidents malmenés par les forces de l'ordre, sur la mort du petit Ramzi et aussi sur le décès mystérieux d'un ressortissant algérien en Espagne et de deux autres en France.
Sur ce dernier point, M. Louh annonce l'ouverture, par le parquet algérien, d'une enquête pour élucider les circonstances de la mort de ces ressortissants algériens, et ce, conformément à l'article 588 du code de procédure pénale de 2015. Mohamed Boudarbala a été retrouvé mort, le week-end dernier, dans sa cellule de prison à Archidona, en Andalousie, dans le sud de l'Espagne, que les autorités utilisent comme centre de rétention pour étrangers en situation irrégulière.
La police espagnole, qui mène sa propre enquête, avait affirmé que l'autopsie avait révélé que le migrant algérien était mort «après s'être pendu à l'aide d'un drap». Mais son frère récuse cette hypothèse. Les autorités espagnoles, confirme le garde des Sceaux, ont enquêté sur les circonstances mystérieuses de la mort de ce ressortissant et l'Algérie a ouvert à son tour une enquête. «Le magistrat en charge de l'enquête va délivrer aux autorités espagnoles une commission rogatoire.
Une démarche qui va permettre au magistrat de demander aux autorités espagnoles de faire le nécessaire pour déterminer les causes exactes de la mort du migrant», affirme M. Louh, qui fait part de l'ouverture par le parquet d'une autre enquête sur l'assassinat de deux autres citoyens algériens dans des circonstances suspectes en France.
L'action en justice des médecins résidents
S'agissant de la mort du petit Ramzi à Douaouda (Tipasa), le ministre affirme que l'enquête est toujours en cours et qu'un ordre a été donné pour effectuer une autopsie et des analyses dans des laboratoires spécialisés afin de connaître les tenants et les aboutissants de ce drame.
Par ailleurs, invité à s'exprimer sur le passage à tabac des médecins résidents survenu mercredi dernier lors d'un sit-in tenu à l'hôpital Mustapha Pacha, et les actions en justice que pourraient introduire les victimes, M. Louh nie avoir pris connaissance de ces démarches et que s'il y a une affaire, dans ce sens, elle sera traitée conformément à la loi. «Le respect des droits de l'homme forme un tout indissociable. S'il y a une affaire, elle sera traitée dans le respect de la loi», promet le garde des Sceaux.
Interrogé, en outre, sur les affaires liées à l'évasion fiscale, le ministre explique que les juridictions «traitent quotidiennement les affaires soumises par les services des Douanes, des impôts et autres départements».
Enfin Tayeb Louh, évoquant les réformes de la justice, pense que les slogans politiciens qui critiquent la performance de la justice n'ont pas d'impact sur l'orientation des réformes. «Nous avançons dans le cadre de l'Etat de droit sur des bases saines que tout un chacun doit adopter dans le cadre d'une vision globale éloignée des calculs étroits», tranche M. Louh.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.