Trophée The Best : Messi devance Van Djik pour le titre de joueur de l'année    L'heure d'assumer de lourdes responsabilités a sonné    Tribunal militaire de Blida (Urgent) : Saïd Bouteflika se retire de l'audience    Les victimes protestent et réclament leur argent    Démission de Salima Ghezali de l'APN    Mohamed Charfi rassure les Algériens    La participation de Karoui évoquée    80 Palestiniens dont un enfant blessé par des tirs israéliens à l'est de Ghaza    Examen demain de la demande de levée d'immunité de Tliba et de Benhamadi    Bien négocier la manche aller    Encore buteur, Benzema se retrouve porté en triomphe à Madrid    Le Gouvernement tiendra-t-il ses promesses ?    Un espace pour préserver l'histoire de cette forme d'expression populaire    Une fresque murale en hommage au défunt Cheikh Atallah    BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : Installation d'une Commission pour l'examen du dossier    MASCARA : 8 individus arrêtés pour vol de véhicule    ELECTION PRESIDENTIELLE : Le parti de Makri garde le suspense    AIN TEMOUCHENT : 3 ‘'harraga'' interceptés à Oulhaça    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Résultats    Batelli critique le rendement des joueurs    Bouchar risque 4 matches de suspension    Le temps des incertitudes    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Près de 300 manifestants arrêtés depuis vendredi    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Lancement de la campagne à Naâma    Un Plan national climat pour bientôt    Les magistrats confirment et dénoncent    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    Le ministère s'explique    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des solutions innovantes pour une ville en crise
Alger smart city
Publié dans El Watan le 31 - 01 - 2018

Mobilité intelligente, habitat écolo, valorisation des déchets, optimisation de l'énergie, etc. sont autant de critères pour faire émerger le projet «Alger smart city». Le club estudiantin Charrette de l'EPAU a initié une journée de réflexion autour du concept, en réunissant des experts aux idées prometteuses pour une ville plurielle.
Le club Charrette de l'Ecole polytechnique d'architecture et d'urbanisme d'Alger (EPAU) a organisé, samedi dernier au Palais de la Culture, un événement d'une grande envergure qui a rassemblé des architectes, des étudiants, des urbanistes et des experts autour de la thématique de la ville intelligente : «Alger Smart City».
Ce projet, porté par la wilaya d'Alger, a été lancé en juillet dernier et a pour objectif d'introduire la technologie et la numérisation dans la gestion de la ville par le biais de solutions innovantes concernant des projets stratégiques, tels que la régulation des transports, l'optimisation de l'énergie, la réglementation de l'eau, la sécurité, l'urbanisme, la pénétration améliorée du haut débit, la gestion des déchets, etc.
C'est une véritable mission de réflexion de la part des conférenciers invités à exprimer leur conception, leurs projets ainsi que d'éclairer sur les exigences d'une ville intelligente. Cette dernière doit répondre à des services performants, tout en mobilisant une technologie au service d'un vaste réseau de prestataires, publics et privés. Lors de cette journée de conférences, de nombreux étudiants ont exprimé leur engouement face à l'opportunité de faire partie d'un réseau connecté (avec toutes les administrations) qui a pour objectif de faire émerger une ville nouvelle, une cité du futur.
Certains intervenants ont également apporté leur expertise scientifique pour enrichir le débat, à l'instar de Mustapha Ben Hamouche, architecte (La fondation Médine), Nacym Baghli, architecte et fondateur avec Sihem Baghli du projet «Djisr El Djazair», Eva -Maria Berezowska Azzag, architecte-urbaniste, Larbi Merhoum, architecte, Abdellatif Bouziani, professionnel des télécommunications et CEO du groupe Smart, Fatiha Slimani conseillère auprès du wali d'Alger et chargée du dossier investissements du projet «Alger, Smart City», pour ne citer que ceux-là.
Pour l'architecte Larbi Merhoum, la ville intelligente est d'abord «une ville qui répond à des données techniques, économiques sociales avec une parfaite maîtrise» de ce fait, il affirme que «le M'zab est une ville intelligente». «Je pense que dans la ville intelligente il y a d'abord l'homme intelligent. Ce qui me fait un peu peur est de savoir si cette course vers la ville intelligente ne va pas juste nous connectés», dit-il en précisant que «la technologie doit aider à faciliter la communication et ne doit pas se substituer à la gestion de nos actes tous les jours.
Je ne crois pas que ce soit la chose la plus intéressante à faire. Il y a des impasses structurelles dans le système politique que nous avons qui bloquent toute liberté de performance dans un projet comme ‘‘Alger Smart City'' conclut-il. Ces réflexions, ces doutes, ces volontés d'apporter des solutions pour résoudre les problématiques dans lesquelles se débat Alger, exprimés par les invités de la troisième édition de «Humans of architecture», nécessitent également une prise en charge des questions écologiques et économiques, le tout dans une vision intégrée et intégrale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.