Arrivée du président sahraoui à Alger pour prendre part aux festivités du 60e anniversaire de l'indépendance    Jalon de la liberté à Sidi Fredj : une stèle commémorative symbolisant la levée des couleurs nationales en 1962    Réconciliation    L'Algérie veut passer à l'étape industrielle    Le défilé qui braque les regards    Les invités de marque de l'Algérie    Mise en garde contre l'escalade du Makhzen    Début de la campagne du prochain référendum constitutionnel    L'Algérie sur une courbe ascendante    Le dribble historique    Hammadi décroche deux médailles    Défilé géant en ville    Au rythme des festivités    «Un évènement majeur de l'histoire de notre pays»    Une histoire millénaire dans la résistance    Strophes de guerre    La petite histoire de l'Union des écrivains algériens    Le Président Tebboune inaugure en compagnie de son homologue tunisien la stèle commémorative "Jalon de la liberté"    JM/Handball - messieurs : l'Espagne bat la Serbie 42-38 et file en finale    Le TRO propose des visites virtuelles en 3 D et lance un service de réservation en ligne    APN: adoption du projet de loi sur la réserve militaire    Le Premier ministre préside la cérémonie de lancement du portail consacré au sommet arabe    UNE INDEPENDANCE CONFISQUEE PAR L'ARMEE DE BOUMEDIENE    JM/Haltérophilie: médaille d'or pour Walid Bidani à l'arraché    La remise des grades par le Président Tebboune, une honorable tradition qui vient orner les us de notre patrie et de l'institution militaire    Le PSG vise un nouvel attaquant transalpin    ETUSA: un programme de transport gratuit au profit des SMA au défilé militaire    JM: programme des athlètes algériens    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Géostratégie en gestation    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    La Libye et l'espoir suspendu    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Isabelle Eberhardt. L'écriture de sable
Témoignage sur le pays de l'ocre
Publié dans El Watan le 14 - 12 - 2006

Vingt-sept ans à peine d'existence, mais un parcours d'une telle originalité fascinant. Comment la passion d'une jeune fille, née à la fin du XIXe siècle, a-t-elle pu la mener des rives du lac Léman au Sahara algérien ?
L'histoire ambitieuse, mais aussi tragique, d'une femme qui avait traversé la Méditerranée, à la recherche de la terre du Soleil-Levant. Née en 1877 en Suisse, d'une mère française et d'un père russe, Isabelle a été très tôt fascinée par l'ocre de son pays préféré, l'Algérie. Ayant épousé un maréchal des logis de spahis, Slimane Ehni, Isabelle a parcouru presque tout le désert algérien, d'Est en Ouest. « Je suis née musulmane et je n'ai jamais changé de religion », a-t-elle écrit. Son appartenance à l'Islam lui a permis d'être plus proche des habitants du Sud auxquels elle avait accordé une grande générosité et sensibilité. Aujourd'hui, les universitaires et les gens de lettres la considèrent comme une des icônes de la littérature de voyage du Maghreb sinon du monde. Son recueil de nouvelles, L'écriture de sable, se compose de onze textes (extraits de son ouvrage Pages de l'Islam, Fasquelle éditions, Paris 1920), répartis en deux chapitres aux titres courts : Obscurité et Femmes. A travers ses nouvelles, dans un français mêlé à la langue courante locale, Isabelle Eberhardt montre une large connaissance des traditions arabo-musulmanes. Elle indique précisément les noms des lieux et des personnes. Autant qu'elle a aimé sa terre d'exil et d'adoption, elle a défendu avec acharnement la cause des Algériens, appelant naïvement les autorités françaises à leur intégration au même niveau que les colons, à une époque où même l'idée d'égalité était bannie. Elle fut de son temps l'unique femme (et un des rares individus) à décrire et à dénoncer le quotidien misérable de ses coreligionnaires. Elle fut, en quelque sorte, leur porte-parole. L'amour contrarié fut un thème enraciné dans la plupart de ses textes d'auteur. Avec l'histoire de Si Abdelrahmane et Lalia, la fin tragique de Taâlith et les souvenirs de jeunesse des malheureuses Saâdia et Habiba, Eberhardt a pu, sagement, dévoiler l'autre face des gens du Sahara à travers leur sensibilité et leurs amours. Dans ce recueil, seule la nouvelle Fleurs d'amandiers porte une dédicace, rendant hommage « à Maxime Noiré, le peintre des horizons en feu et des amandiers en fleurs ». On raconte qu'au cours de ses longs voyages dans le Sahara, Isabelle Eberhardt a été éblouie par un événement. Un jour, elle rendit visite à la zaouïa d'El Hamel à Bou Saâda. Et là, qu'elle ne fut sa surprise de découvrir que ce grand centre confrérique était, à l'époque, présidé par une femme, Lalla Zineb. Comment une femme pouvait-elle diriger une tribu puissante, qui comptait des milliers de chevaliers et de guerriers ? S'était-elle demandé, tandis que débutait une solide amitié entre elle et la grand dame d'El Hamel. L'auteur a laissé plusieurs ouvrages posthumes, entre autres : Dans l'aube chaude de l'Islam (1921), Notes de route (1908), Trimardeur (1922), Mes journaliers (1923), Contes et paysages (1925), repris sous le titre Au pays du sable (1944). A l'inverse d'Etienne Dinet, Isabelle Eberhardt a connu l'Islam avant de connaître l'Algérie. L'écriture de sable est un voyage passionné dans les profondeurs du Sahara. Emportée par la crue d'un oued à l'âge de 27 ans, Isabelle Eberhardt, malgré une vie brève, a pu s'imposer comme une figure emblématique de la littérature algérienne et un personnage quasiment légendaire.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.