La première déclaration de Soudani après sa signature à l'Olympiakos    17e manifestation des étudiants: La mort de Morsi renforce la conviction d'un Etat civil    SOLUTION CONSTITUTIONNELLE : Gaïd Salah présente les arguments de l'armée    L'ONM : « La période de transition instituée par l'article 102 a engendré un échec total »    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Ali Haddad écope de 6 mois de prison    Courrier des lecteurs    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «Piratage de l'esprit»    Rien que la présidentielle...    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Cherif El-Ouazzani s'interroge ...    Salah Assad honoré pour l'ensemble de sa carrière à Doha    L'arrivée au Caire avancée de 24 heures    «Il est parti sans raison particulière»    Jean-Christophe Hourcade, nouveau préparateur physique    Nouvelles de l'Ouest    Trois candidats exclus pour fraude    102 élèves ont obtenu 10/10    Un candidat devant la justice    60 participants à Sidi M'hamed-Benaouda    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Baccalauréat 2019 à Médéa : L'heure de vérité pour les 12 566 candidats    Une bonne nouvelle enregistrée lors du dernier entrainement des Verts à Doha    Une attitude pour le moins équivoque    Sa gestion sera confiée à une EPIC de wilaya: La plage artificielle des Genêts officiellement ouverte l'été prochain    DES DIPLOMES COMME ORNEMENT    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Avionneur : Boeing veut réduire la portée et la durée de certains essais    Prévarication, concussion, corruption, dilapidation    Ecole supérieure d'infanterie de Cherchell : Sortie de neuf (9) nouvelles promotions d'officiers et de sous-officiers    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Après une pique à l'Iran : La Royal Navy a-t-elle déployé des troupes en mer d'Oman ?    Guerre commerciale : Tarifs douaniers, le "Guerre et Paix" de Donald Trump    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    L'ex-P.-dg du CPA placé sous mandat de dépôt    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Nous avons le devoir de changer le système politique»
Soufiane Djilali, président de Jil Jadid à Béjaïa
Publié dans El Watan le 12 - 02 - 2018

Soufiane Djilali, président du parti Jil Jadid, a appelé, samedi, lors d'une conférence-débat autour de son ouvrage intitulé La société algérienne : choc de la modernité, crise des valeurs et des croyances, au théâtre régional Malek Bouguermouh de Béjaïa (TRB), à «empêcher le processus» engagé par le pouvoir et visant à imposer un 5e mandat présidentiel à l'actuel locataire d'El Mouradia, Abdelaziz Bouteflika.
«Nous avons le devoir de changer ce système et l'aider à s'en aller», a-t-il déclaré. Analysant le comportement des décideurs en prévision des prochaines consultations électorales, l'invité de l'association culturelle Bruits des mots a estimé qu'en cette période sensible, «les dirigeants, qui sont devant une échéance importante, ne savent plus exactement quoi faire. Ils testent la société, tâtent le terrain et multiplient les annonces, car ils n'ont pas de véritables solutions de rechange en dehors du fait d'imposer un 5e mandat».
Soufiane Djilali réitère son appel au mouvement associatif et aux partis politiques «de présenter un candidat de consensus qui acceptera un mandat de transition. Un candidat unique qui aura la mission de revoir les lois de la République et d'œuvrer à la mise en place d'une nouvelle classe politique».
Toutefois, l'orateur pense que dans le cas où le pouvoir renonce à une 5e mandature pour Bouteflika, «un autre scénario est possible». Le conférencier prédit que «le pouvoir optera dans ce cas pour la mise sur la scène de deux ou trois candidats triés dans leurs rangs». Soufiane Djilali écarte le recours de son parti au boycott des élections dans le cas où l'option du 5e mandat venait à se préciser.
«Le boycott des prochaines élections n'est pas une solution, il faudra plutôt occuper le terrain et travailler dans le sens de s'entendre sur un candidat unique pour la présidentielle de 2019». Il dit pouvoir «approuver toute option non porteuse de destruction et capable de créer une dynamique pour le changement du système politique, si son appel ne trouve pas d'écho».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.