Tiaret : Des cadres des Domaines, du Cadastre et de la Conservation foncière devant la justice    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Les aliments à ne jamais mélanger avec des sodas    Le FC Barcelone boucle le départ d'André Gomes    Kamélia Arezki sur le podium    Arts martiaux : De l'or pour Ryma Iazourene    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    Hôpital Aïn Larbi à Guelma : Des sages femmes protestent devant la DSP    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Attribué en tant qu'actifs résiduels de l'ex-Edipal: Un foncier communal concédé pour un projet promotionnel récupéré    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    JSM Tiaret: Une démarche peu convaincante    Protocole d'entente entre l'université Oran 1 et la firme canadienne SAJE: La 6ème session consacrée à la pratique de la gestion-conseil    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Le tour de main des mages    Aéroport d'Alger: 30.000 euros et 16.000 dollars interceptés    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Ils allaient servir d'aliment de bétail: Plus de 100 quintaux de farine saisis    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    L'ancien officier supérieur, Mohamed Khalfaoui estime : "Nulle sortie de crise n'est envisageable sans dialogue et mutuelles concessions"    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Urgence au dialogue consensuel    L'appel lancé par sept partis de l'opposition    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    6 lourds griefs retenus par le Tribunal    AFFAIRE SOVAC : Ouyahia face à une nouvelle affaire de corruption    Le Conseil de la concurrence revendique une autonomie    Serraj refuse tout dialogue avec Haftar    «La corruption n'est pas un phénomène, c'est un système qu'il faudrait changer»    Belmadi : "Il y a encore des choses à parfaire"    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    Le sujet de lettres arabes fait polémique    sortir ...sortir ...sortir ...    La judicieuse combinaison entre mémoire et histoire    Les deux faces d'un même dollar    Sant' Egidio bis?    Requête pour un réarmement moral de l'Algérie    Sénégal : Le "dialogue national" engagé, "nécessaire" ou "jeu de dupes"?    Foire internationale d'Alger : Ouverture de la 52e édition ce mardi avec la participation de 15 pays    Mohamed Morsi meurt pendant son procès    Seat algérie : main-d'oeuvre gratuite pour la première vidange    Rajoelina obtient la majorité absoluedes députés    130 millions DA pour l'aménagement de lazaouia de Sidi Cheikh    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des pièces archéologiques livrées à l'abandon
Siège du comité des fêtes de Béjaïa
Publié dans El Watan le 25 - 02 - 2018

Après leur déménagement de l'ancien siège, sis au boulevard du front de mer, sous la place ex-Gueydon, le personnel de la radio locale n'a pas laissé derrière lui que des locaux, du mobilier et des cloisons en aluminium.
Au fond d'une salle, ouverte aux rafales du vent du nord, aux pigeons et à la pluie, des pièces archéologiques de l'époque romaine sont laissées là.
Une grande jarre en terre cuite, des pierres tombales, des fresques murales en mosaïque de l'époque romaine en mauvais état, un morceau d'une colonne et des enseignes en pierre scellées au mortier sur le sol en carrelage. L'une des mosaïques, avons-nous constaté sur place, a perdu une partie des fragments de pierre, d'émail, de verre et de céramique qui la constituent.
La situation des vestiges «plombés» dans cette enceinte a fait réagir un élu à l'APW, Réda Boudraâ (RCD), qui a lancé une alerte sur sa page facebook où il a publié des photos qui montrent l'état d'abandon de ces pièces archéologiques et historiques. «J'ai été outré par ce que j'ai vu», s'est-il indigné en promettant de saisir le directeur de la culture officiellement.
Et de décrire : «Des vestiges de la présence romaine dans Saldae-Civitas, des ruines, des amphores, des mosaïques posées à même le sol sans aucun état de conservation, un patrimoine de l'humanité livré aux fientes de pigeons». Réaffecté au Comité des fêtes de la commune de Béjaïa en janvier 2016, pour y installer sa logistique et ses bureaux, cette structure est fragilisée à cause de l'usure du temps et du manque d'entretien.
Le ravalement des murs d'intérieur et de l'extérieur cache très mal les fissures profondes mal colmatées et la corrosion qui gagne les structures métalliques. Rencontré sur les lieux, un employé du Comité des fêtes raconte que cet espace était une «galerie d'art qui foisonnait de pièces archéologiques, de tableaux artistiques ». «Je me souviens même que lorsqu'on était écoliers, nos enseignants nous amenaient dans cette galerie pour nettoyer les pièces exposées à l'aide de brosse à dents.
Peut-être qu'à ce moment-là l'amour du patrimoine nous animait», ajoute-t-il. Contacté par nos soins, le président de l'Association pour la sauvegarde et la promotion du patrimoine culturel de la ville de Béjaïa, Zahir Benacer, a estimé que «ces pièces doivent être préservées et restaurées». «Mais sans pour autant les déplacer de cet endroit. Le fait que certaines pièces sont scellées, les retirer risque de les endommager davantage» considère-t-il.
Il rappelle que son association et le Groupe d'études sur l'histoire des mathématiques à Bougie (GEHIMAB) ont initié une proposition qui consiste à redonner vie à cet espace qui a abrité jusqu'à la fin des années 70 la galerie de peinture et des arts graphiques Emile Aubry. Il suffit donc d'aménager les locaux pour mettre en valeur les œuvres d'art et les exposer aux visiteurs. La collection d'art qui se trouvait dans cette galerie à l'époque est actuellement au musée Bordj Moussa, sur les hauteurs de la ville de Béjaïa.
De plus, une convention signée en 2002 entre l'association GEHIMAB et la circonscription archéologique de Béjaïa avait comme principal objectif de reconstituer la galerie afin qu'elle retrouve sa vocation artistique et culturelle. Le projet porte également sur l'authentification et la restauration des toiles, en plus de lui faire jouer un rôle dans la formation des artistes.
Malheureusement, depuis la transmission de cette intéressante proposition aux pouvoirs publics, aucune suite n'a été donnée. Cependant, Zahir Benacer se montre optimiste malgré «les réticences des services de l'APC». Pour lui, «le mouvement associatif compte sur le wali qui porte un intérêt pour le patrimoine et qui a exprimé sa volonté de le préserver».
Trouver un siège pour le Comité des fêtes de la ville de Béjaïa ne devrait pas poser problème puisque l'APC dispose de nombreux locaux pouvant l'accueillir en plus du futur siège de la mairie qui est en voie d'achèvement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.