La revanche de Tayeb Zitouni    La Cour de Tipasa dément    Pourquoi l'Arabie saoudite profitera le plus du chaos    Des instructions pour accélérer la cadence des travaux    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    La FAF sort de son mutisme et dénonce une "campagne de médisance    Maintien du confinement partiel jusqu'au 13 juin    L'UGCAA et l'Anca appellent à la reprise des activités économiques et la réouverture des commerces    Djerad plaide pour l'allègement de la dette    L'Algérie rappelle son ambassadeur en France    Les commerçants réclament la reprise de leurs activités    Décès d'El-Youssoufi: le Président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ORGANISATION D'UNE SOIREE A ORAN : L'affaire devant le juge d'instruction    Plus de 20.000 civils tués ou blessés en 2019 dans seulement 10 conflits    DERNIER MEMBRE EN VIE DU GROUPE DES 22 : Le président Tebboune reçoit Othmane Belouizdad    TOSYALI ORAN : Troisième exportation de 10.000 tonnes de rond à béton vers les Etats-Unis    LA SAISON BAS SON PLEIN A ORAN : Le thon cédé entre 1000 et 1300 DA le kg    TAXES SUR L'IMPORTATION DES VEHICULES NEUFS : Les précisions de Ferhat Ait Ali    L'OPPOSANT KARIM TABBOU PRIVE D'UN APPEL TELEPHONIQUE : La Cour de Tipasa dément    PROTECTION CIVILE A MOSTAGANEM : 1339 interventions durant le mois de Ramadhan    Le MJS et le COA décidés à travailler dans un "climat de sérénité"    Diplomate yéménite: "le Maroc n'a aucune souveraineté sur le Sahara occidental"    Décès de Abderhamane El Youssoufi: une étoile du Grand Maghreb s'éteint    137 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Le massacre des Ouffia à El-Harrach (Alger): un crime qui révèle la barbarie de la France coloniale    Affaire d'enregistrement sonore: les présidents de l'USB et du CABBA convoqués    Covid19-Championnat d'Algérie: Medouar sceptique sur une éventuelle reprise    Essais nucléaires: une illustration des crimes français contre l'homme et la nature    La prison rouge de Ferdjioua (Mila), témoin de la barbarie de la France coloniale    Covid19: Djerad plaide pour l'allègement de la dette des pays en développement    Décès de Guy Bedos: Un artiste épris de justice s'en va    4 médecins et 6 paramédicaux testés positifs au Coronavirus    Tayeb Zitouni nouveau SG du RND    PLFC 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Le porte-parole du Quai d'Orsay s'exprime    Saâdaoui, l'homme par qui le scandale est arrivé    Biskra, la Mitidja du Sud    PLFC 2020: traiter les effets de la crise tout en soutenant le pouvoir d'achat    RC Relizane: Un parcours en deçà des prévisions    Non, demain ne ressemblera pas à hier    En hommage aux victimes du Covid-19: Une minute de silence, hier, à l'Institut «Cervantès» d'Oran    Un important dispositif policier dissuade les manifestants    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La Grèce renforce le contrôle à sa frontière avec la Turquie    Les lecteurs du versant sud de Tizi Ouzou privés de journaux    Je veux partir seul au paradis !    Les victimes algériennes du Covid-19 en attente de rapatriement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des pièces archéologiques livrées à l'abandon
Siège du comité des fêtes de Béjaïa
Publié dans El Watan le 25 - 02 - 2018

Après leur déménagement de l'ancien siège, sis au boulevard du front de mer, sous la place ex-Gueydon, le personnel de la radio locale n'a pas laissé derrière lui que des locaux, du mobilier et des cloisons en aluminium.
Au fond d'une salle, ouverte aux rafales du vent du nord, aux pigeons et à la pluie, des pièces archéologiques de l'époque romaine sont laissées là.
Une grande jarre en terre cuite, des pierres tombales, des fresques murales en mosaïque de l'époque romaine en mauvais état, un morceau d'une colonne et des enseignes en pierre scellées au mortier sur le sol en carrelage. L'une des mosaïques, avons-nous constaté sur place, a perdu une partie des fragments de pierre, d'émail, de verre et de céramique qui la constituent.
La situation des vestiges «plombés» dans cette enceinte a fait réagir un élu à l'APW, Réda Boudraâ (RCD), qui a lancé une alerte sur sa page facebook où il a publié des photos qui montrent l'état d'abandon de ces pièces archéologiques et historiques. «J'ai été outré par ce que j'ai vu», s'est-il indigné en promettant de saisir le directeur de la culture officiellement.
Et de décrire : «Des vestiges de la présence romaine dans Saldae-Civitas, des ruines, des amphores, des mosaïques posées à même le sol sans aucun état de conservation, un patrimoine de l'humanité livré aux fientes de pigeons». Réaffecté au Comité des fêtes de la commune de Béjaïa en janvier 2016, pour y installer sa logistique et ses bureaux, cette structure est fragilisée à cause de l'usure du temps et du manque d'entretien.
Le ravalement des murs d'intérieur et de l'extérieur cache très mal les fissures profondes mal colmatées et la corrosion qui gagne les structures métalliques. Rencontré sur les lieux, un employé du Comité des fêtes raconte que cet espace était une «galerie d'art qui foisonnait de pièces archéologiques, de tableaux artistiques ». «Je me souviens même que lorsqu'on était écoliers, nos enseignants nous amenaient dans cette galerie pour nettoyer les pièces exposées à l'aide de brosse à dents.
Peut-être qu'à ce moment-là l'amour du patrimoine nous animait», ajoute-t-il. Contacté par nos soins, le président de l'Association pour la sauvegarde et la promotion du patrimoine culturel de la ville de Béjaïa, Zahir Benacer, a estimé que «ces pièces doivent être préservées et restaurées». «Mais sans pour autant les déplacer de cet endroit. Le fait que certaines pièces sont scellées, les retirer risque de les endommager davantage» considère-t-il.
Il rappelle que son association et le Groupe d'études sur l'histoire des mathématiques à Bougie (GEHIMAB) ont initié une proposition qui consiste à redonner vie à cet espace qui a abrité jusqu'à la fin des années 70 la galerie de peinture et des arts graphiques Emile Aubry. Il suffit donc d'aménager les locaux pour mettre en valeur les œuvres d'art et les exposer aux visiteurs. La collection d'art qui se trouvait dans cette galerie à l'époque est actuellement au musée Bordj Moussa, sur les hauteurs de la ville de Béjaïa.
De plus, une convention signée en 2002 entre l'association GEHIMAB et la circonscription archéologique de Béjaïa avait comme principal objectif de reconstituer la galerie afin qu'elle retrouve sa vocation artistique et culturelle. Le projet porte également sur l'authentification et la restauration des toiles, en plus de lui faire jouer un rôle dans la formation des artistes.
Malheureusement, depuis la transmission de cette intéressante proposition aux pouvoirs publics, aucune suite n'a été donnée. Cependant, Zahir Benacer se montre optimiste malgré «les réticences des services de l'APC». Pour lui, «le mouvement associatif compte sur le wali qui porte un intérêt pour le patrimoine et qui a exprimé sa volonté de le préserver».
Trouver un siège pour le Comité des fêtes de la ville de Béjaïa ne devrait pas poser problème puisque l'APC dispose de nombreux locaux pouvant l'accueillir en plus du futur siège de la mairie qui est en voie d'achèvement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.