Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Djamel Ould Abbès coupe le son
Le patron du FLN refuse de répondre aux accusations du sénateur Benzaïm
Publié dans El Watan le 11 - 03 - 2018

Silence radio. Djamel Ould Abbès a décidé de s'imposer une cure de silence, alors qu'il fait face à une série d'accusations de la part de Abdelwahab Benzaïm, sénateur et membre du comité central, bien décidé à croiser le fer avec lui sur sa page Facebook.
Face aux journalistes présents à Aïn Benian hier lors de la cérémonie d'hommage à la femme algérienne, Djamel Ould Abbès a préféré faire profil bas et a refusé de répondre aux questions de la presse. Une première pour celui qui n'hésite pas depuis son arrivée à la tête du parti à commenter l'actualité nationale, surtout quand cela lui offre la possibilité de s'en prendre au Premier ministre et secrétaire général du RND, Ahmed Ouyahia, mais également pour faire valoir sa proximité supposée avec le premier cercle présidentiel.
Depuis une semaine, le patron du parti est sous le feu nourri des critiques du sénateur Benzaïm qui n'hésite pas à demander publiquement son départ. Une première depuis l'arrivée de Djamel Ould Abbès à la tête du FLN. Depuis sa convocation devant la commission de discipline pour le 13 mars, M. Benzaïm s'en prend à la façon dont le secrétaire général gère la première force politique du pays.
Dans son dernier post publié hier, le sénateur conseille à M. Ould Abbès de prendre sa retraite. «Je vous invite encore une fois à vous reposer parce que ce temps et cette place ne sont pas les vôtres», a-t-il écrit sur sa page Facebook.
Le sénateur continue à attaquer frontalement le secrétaire général du FLN, l'accusant à nouveau dans son dernier post de violer la Constitution. «J'ai défendu ma liberté de mener ma mission dans le cadre de la Constitution, qui dispose dans son article 126 que l'élu parlementaire ne peut faire l'objet de pression en raison des opinions qu'il a exprimées», souligne-t-il.
Et d'ajouter : «La violation de la Constitution, la convocation d'un membre du Conseil de la nation par écrit pour juger son opinion et les menaces du secrétaire général Djamel Ould Abbès constituent un précédent dangereux dans l'histoire de la démocratie.» Le patron du FLN reproche à M. Benzaïm d'avoir critiqué Nouria Benghabrit dans sa gestion de la crise qui a opposé son département ministériel au Cnapeste, provoquant plusieurs jours de grève des enseignants.
Dans son post, le sénateur demandait le remplacement de la ministre estimant qu'elle avait failli dans sa mission. Une déclaration qui avait valu à l'intéressé un rappel à l'ordre du secrétaire général du FLN et sa convocation devant la commission de discipline.
Depuis, M. Ould Abbès a intimé aux cadres du parti de se taire et a menacé tous ceux qui contrevenaient à ses directives d'un passage devant la commission de discipline.
«L'affaire Benzaïm» intervient quelques jours après celle qui a opposé le patron du FLN au député Baha Eddine Tliba, qui a décidé de saper son autorité en mettant en place une coordination en faveur d'un 5e mandat du président Bouteflika, alors que le parti avait demandé de ne pas évoquer la prochaine présidentielle. Une initiative qui avait valu à l'ancien vice-président de l'APN un passage éclair devant la commission de discipline.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.