Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Affaires religieuses: renforcement du référent national    Près de 6000 bouteilles d'huile saisies en 24 h    Nice : Le petit pont de Atal sur Neymar (Vidéo)    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    La promotion des cultures stratégiques dans les zones sahariennes passe par la prise en charge des difficultés    Armée sahraouie: de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans le secteur d'El-Bekari    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Man City : Guardiola évoque son avenir    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Grazie Meloni !    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    EHU 1er Novembre: Plus de 200 participants aux journées régionales de néphrologie    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Une sérieuse alerte    Les Algériens fixés sur leurs adversaires    Un expert américain porte l'estocade    Pays pauvre du Sahel en proie aux violences terroristes    Gazprom suspend ses livraisons à l'italien Eni    Une hausse prévisible    L'Etat à la rescousse des travailleurs    La contre-attaque par les chiffres    «La confiance du peuple a un coût»    «Le consensus est une exigence historique»    Tension sur le lait infantile    Der Zakarian s'explique pour Belaïli    De Ciné Gold à la résidence d'Yves Saint Laurent    «La vie d'après» décroche El Kholkhal d'or    Mouloudji prend part    Attaché à ses principes, le FFS place l'intérêt suprême du pays au-dessus de toute autre considération    Université: batterie de mesures pour améliorer l'enseignement et la recherche    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Le diagnostic doit être prématuré    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Tamazight est la langue authentique des Algériens»
Le secrétaire général du FLN corrige Naïma Salhi
Publié dans El Watan le 17 - 02 - 2018

Le secrétaire général du FLN, Djamel Ould Abbès, a déploré les propos «irresponsables» de la présidente d'un micro-parti d'obédience islamiste et députée à l'Assemblée nationale, Naïma Salhi, sur l'amazighité des Algériens.
Interrogé jeudi en marge d'une cérémonie d'hommage aux moudjahidate des wilayas du Centre, Djamel Ould Abbès a totalement contredit les déclarations de cette islamiste, en quête de notoriété. Des déclarations selon lesquelles l'Algérie n'a jamais été amazighe et tamazight n'existe pas.
La vérité, a assuré le chef du FLN, est que les Algériens sont bel et bien des Amazighs. «Sachez que nous sommes amazighs depuis 5000 ans et l'islam nous a arabisés.» «Le président de la République a mis le temps qu'il faut pour qu'il fasse de tamazight, notre langue authentique, une langue nationale et officielle», a souligné le secrétaire général du FLN, pour lequel «tout ce qui se dit ici et là n'est que radotage».
Ould Abbès a ainsi répondu au grave dérapage de Naïma Salhi, qui avait affirmé, dans une vidéo diffusée sur sa page Facebook, qu'elle avait interdit à sa fille de parler en kabyle. «J'ai dit à ma fille : si tu prononces un mot en kabyle, je te tuerai», a-t-elle déclaré dans cette vidéo à travers laquelle elle a exprimé sa haine envers les Kabyles. Les propos violents de cette islamiste ont suscité de vives réactions et beaucoup d'indignation sur les réseaux sociaux et même au sein de l'APN où elle siège.
Djamel Ould Abbès a également commenté l'initiative lancée par la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) pour une assemblée constituante. Le secrétaire général du FLN a exprimé ainsi son étonnement quant à cette initiative, assurant que le pays se porte bien et que les institutions fonctionnent normalement. Sur le plan interne, Djamel Ould Abbès a confirmé le passage de Baha Eddine Tliba devant la commission de discipline du parti suite à son appel à la constitution d'une coordination de soutien à la candidature du président Bouteflika pour un 5e mandat.
Mais Djamel Ould Abbès a refusé de révéler les résultats de cette audition. «Le FLN est régi par un statut général, un règlement intérieur et des comités permanents qui appliquent la réglementation du parti. Le résultat de l'application de cette réglementation sera communiqué officiellement en temps opportun», a-t-il souligné, précisant que «la commission de discipline est tenue au secret et qu'il n'y a que son président qui peut faire état de ses décisions».
Après avoir été le premier à défendre le principe d'un autre mandat pour le président Bouteflika, le secrétaire général du FLN a, faut-il le rappeler, interdit à ses militants, à quelque niveau qu'ils soient, de parler du 5e mandat. Une interdiction que le député de Annaba, le trublion Baha Eddine Tliba, a bravée, en lançant une coordination nationale de soutien à un 5e mandat pour Bouteflika.
Une initiative qui s'est vite retournée contre lui depuis son fameux démenti des déclarations de Mustapha Farouk Ksentini, président de la défunte Commission nationale consultative de la protection des droits de l'homme, selon lesquelles le président Bouteflika lui aurait fait part de ses intentions de briguer un autre mandat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.