Le Président Tebboune tient une réunion au siège du MDN    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    CAN-2021 (Gr.E) Algérie : les "Verts" à l'heure des calculs    JM-2022: les championnats d'Afrique de judo fixés du 26 au 29 mai à Oran    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    A l'écoute de la CAN    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Nouvelles infrastructures éducatives    Equipe nationale: Une faillite collective    Groupe C : Ghana-Comores, aujourd'hui 17h00 - Les Cœlacanthes veulent décrocher les étoiles    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La ville de la fontaine blanche manque d'eau
Aïn Beida
Publié dans El Watan le 12 - 03 - 2018

Parfois, il ne faut pas se fier aux dénominations, elles sont trompeuses. C'est le cas de la ville d'Aïn Beida, car elle ne reflète pas son nom de fontaine blanche qu'on lui a attribué voilà deux ou trois siècles.
Les sources qui avaient permis aux premiers habitants de s'y installer et d'y élire domicile sont maintenant bien taries. Convenons que depuis des lustres, la population souffre du manque d'eau. Et aujourd'hui plus que jamais.
Disons-le sans ambages : la population s'est multipliée depuis les années 1970 du siècle dernier, ce qui accroît les besoins en eau. Que faire pour répondre à l'importante demande ? Des solutions ont été apportées, mais vite dépassées. Les nombreux forages qui alimentaient la ville ne suffisent plus. Il a fallu recourir aux eaux du barrage d'Aïn Dalia dans la wilaya de Souk Ahras. Au départ, l'alimentation se faisait tous les deux jours, puis tous les trois jours. Or cette année, avec la sécheresse qui s'est abattue sur la région, le barrage est à son plus bas niveau. Le rationnement ne se fait plus que tous les dix jours, voire quinze pour certains quartiers de la ville.
Cela se ressent au niveau des ménages qui ne savent plus quoi faire. Exprimer leur désappointement aux responsables de l'ADE? Se résigner ou acheter l'eau proposée par les colporteurs ? C'est cette dernière solution que choisissent les familles pour s'assurer un approvisionnement régulier. Mais cela revient trop cher si le manège se répète trois à quatre fois par mois. La citerne de 3000 litres ne coûte pas moins de 1000 D.A. Il ne reste plus qu'à attendre l'achèvement des travaux ramenant l'eau du barrage d'Ourkis de la commune d'Aïn Fakroun pour dire adieu à la crise. Selon toute probabilité, les lâchers d'eau à partir de ce barrage s'effectueront début juin.
En attendant, la population continuera à s'approvisionner auprès des colporteurs d'eau, tant pour l'eau domestique que pour l'eau potable, car personne maintenant ne consomme l'eau du robinet, préférant acheter l'eau de source proposée par des propriétaires de camionnettes chargées de citernes en plastique et emplies d'eau. Un bidon de 20 litres est cédé à 70 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.