Deux clubs espagnols se disputent Isco    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Fête de l'indépendance: 160.000 logements à distribuer    JM-Oran 2022: La boxe et l'athlétisme enrichissent la moisson algérienne    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les clés de l'indépendance    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    M. Diafat lance le programme national de développement des micro-entreprises    Le sens et les messages d'un défilé    Makri avance sa proposition    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    De quoi le 5 Juillet est-il le nom?    Comme un certain 5 Juillet 1962...    Le «Train de la Mémoire» sur les rails    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    JM: programme des finales prévues dimanche    JM/Judo: l'Algérie renoue avec l'or 13 ans après    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La ville de la fontaine blanche manque d'eau
Aïn Beida
Publié dans El Watan le 12 - 03 - 2018

Parfois, il ne faut pas se fier aux dénominations, elles sont trompeuses. C'est le cas de la ville d'Aïn Beida, car elle ne reflète pas son nom de fontaine blanche qu'on lui a attribué voilà deux ou trois siècles.
Les sources qui avaient permis aux premiers habitants de s'y installer et d'y élire domicile sont maintenant bien taries. Convenons que depuis des lustres, la population souffre du manque d'eau. Et aujourd'hui plus que jamais.
Disons-le sans ambages : la population s'est multipliée depuis les années 1970 du siècle dernier, ce qui accroît les besoins en eau. Que faire pour répondre à l'importante demande ? Des solutions ont été apportées, mais vite dépassées. Les nombreux forages qui alimentaient la ville ne suffisent plus. Il a fallu recourir aux eaux du barrage d'Aïn Dalia dans la wilaya de Souk Ahras. Au départ, l'alimentation se faisait tous les deux jours, puis tous les trois jours. Or cette année, avec la sécheresse qui s'est abattue sur la région, le barrage est à son plus bas niveau. Le rationnement ne se fait plus que tous les dix jours, voire quinze pour certains quartiers de la ville.
Cela se ressent au niveau des ménages qui ne savent plus quoi faire. Exprimer leur désappointement aux responsables de l'ADE? Se résigner ou acheter l'eau proposée par les colporteurs ? C'est cette dernière solution que choisissent les familles pour s'assurer un approvisionnement régulier. Mais cela revient trop cher si le manège se répète trois à quatre fois par mois. La citerne de 3000 litres ne coûte pas moins de 1000 D.A. Il ne reste plus qu'à attendre l'achèvement des travaux ramenant l'eau du barrage d'Ourkis de la commune d'Aïn Fakroun pour dire adieu à la crise. Selon toute probabilité, les lâchers d'eau à partir de ce barrage s'effectueront début juin.
En attendant, la population continuera à s'approvisionner auprès des colporteurs d'eau, tant pour l'eau domestique que pour l'eau potable, car personne maintenant ne consomme l'eau du robinet, préférant acheter l'eau de source proposée par des propriétaires de camionnettes chargées de citernes en plastique et emplies d'eau. Un bidon de 20 litres est cédé à 70 DA.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.