"L'Algérie triomphera grâce à la "forte cohésion" entre son peuple et son armée"    Presse régionale: Le débat télévisé des candidats à la présidentielle, ''un échange inédit''    Présidentielle: Les efforts des candidats soulignés par la presse oranaise    Mila: Marche pacifique de soutien aux élections et à l'ANP    Mise en garde contre la fraude    La Présidentielle, un scrutin "décisif"    Agonie des bourses mondiales : De plus en plus d'inquiétudes    Céréales La production mondiale atteindra 2,7 milliards de tonnes en 2019, un record (FAO)    Pétrole : Le prix monte après les annonces de l'Opep    La Sonatrach se met au défi du développement énergétique    Loukal : «Le Gouvernement déterminé à moderniser l'administration fiscale»    Recul de 6,3% de la facture d' importation    Des organisations internationales appellent le Maroc à la libération immédiate et inconditionnelle des prisonniers sahraouis    Russie : Vladimir Poutine dresse le bilan de l'économie russe en 2019    Chine : Un "super-porc" pour sauver l'économie du pays    Ligue des champions (Gr. C - 2eJ) : Le Petro Atletico et l'USM Alger se neutralisent (1-1) à Luanda    Ligue 1 (3e J.) : Le CR Belouizdad creuse l'écart    Crise de gestion des clubs : Les premières propositions de solutions "dans un mois"    Médea : Opération "Un arbre pour chaque citoyen"    Le ministère de la Justice dément    Partiellement suivie    20 ans de prison requises contre Sellal et Ouyahia    Littérature : Le Prix Assia-Djebar 2019 attribué jeudi à Alger à trois lauréats    Dramaturgie en tamazight : Lancement samedi du Prix national "Mohia d'Or" à Tizi-Ouzou    Décès du chanteur kabyle Mesbah Mohand-Ameziane    Le Petro Atletico et l'USMA se neutralisent    Le CRB creuse l'écart, l'ESS respire    Une réunion interministérielle pour l'évaluation de la saison du Hadj 2019    Saisie de tous les biens et fonds illégaux des accusés    Bensebaini avait «oublié» que c'était à lui de tirer le pénalty    La parole aux avocats    Début lundi du scrutin dans les bureaux itinérants    «L'Algérie contemporaine, cultures et identités», d'Ahmed Cheniki    La pièce de théâtre «Ez'Zaouèche» présentée    APN: examen des amendements proposés au projet de loi relatif au Conseil national de la Recherche scientifique    3EME CONFERENCE INTERNATIONALE DE BIOSCIENCES : Les raisons du cancer en débat à Oran    Le Polisario proteste contre "France2" pour un "documentaire de propagande" sur l'occupation du Sahara occidental    Human Rights Watch dénonce    Le Congrès américain désavoue Trump    Gâteau au yaourt, sirop au citron    30 000 enfants migrants disparus en Europe    Le prix Mohia d'Or lancé à Tizi Ouzou    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Le Grand Prix Assia-Djebar, une opportunité de promouvoir le roman algérien à l'international    Zerouati : "l'Algérie déterminée à adopter un modèle économique durable"    Groupe C. Pétro Atlético 1- USM Alger 1 : Les Algérois n'arrivent pas à gagner    Serie A : La Juventus perd des points face à la Lazio    Chine : l'achat d'un téléphone conditionné au scan du visage    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Amria : Mise en service de la décharge contrôlée
Actu Ouest : les autres articles
Publié dans El Watan le 01 - 04 - 2018

La mise en service de la décharge contrôlée intercommunale d'El Amria, aménagée dans un cratère
entre les villages de Magra et Rouaïba, ne s'est pas déroulée sans incident.
Force est d'admettre que la mise en service de la décharge contrôlée d'El Amria ne s'est pas déroulée sans incident. Le premier des camion-bennes venus inaugurer le site s'est embourbé dans le bassin, dit «casier», où il venait de décharger ses ordures. Il a fallu le secours du tracteur à chenilles qui était dans le casier pour le tirer. Le même sort attendait la dizaine d'autres camions venant des cinq communes de la daïra, dont la décharge doit accueillir les déchets.
Ainsi s'est révélée l'incompétence du bureau d'études qui a procédé à l'étude de faisabilité et au suivi des travaux de réalisation. Cette incompétence s'est ainsi rééditée, puisqu'elle a sévi, avec d'autres bureaux d'études, sur les centres d'enfouissement technique (CET) livrés il y a quelques années. A El Amria, avant la première pénétration du casier de la décharge par un des camion-bennes, les traces d'embourbement d'un engin y étaient visibles du fait de la mixtion du gravier et de l'argile, provoquée par les roues d'un engin lourd qui s'y était enlisé. La couche d'argile est étalée en dessous du gravier.
Ce dernier constitue la dernière des différentes strates étendues dans le fond de la décharge pour assurer la protection d'une géo-membrane installée et qui assure l'étanchéité du casier. De la sorte, l'environnement est protégé de toute pollution par le lixiviat, un toxique liquide produit par la fermentation des ordures.
Selon des indiscrétions recueillies sur les lieux, le choix du type de gravier étalé constitue une faute, car il fallait étaler du ballast ferroviaire, de gros cailloux, qui assurent une meilleure stabilité du sol et empêchent les roues des engins de s'enfoncer. Ce fait rappelle un autre acte de gestion hasardeuse sur le centre d'enfouissement technique (CET) de Sidi Ben Adda, qui accueille les déchets des daïras de Témouchent et d'El Maleh. Le gestionnaire d'alors n'avait pas trouvé mieux que de tasser la première couche de déchets par un engin acquis à cet effet, de façon à ce que la capacité d'accueil du CET ne soit pas saturée avant terme.
Or, il a fallu un dépôt de plusieurs couches d'ordures pour commencer le compactage, car une fois l'engin introduit, ses métalliques rouleaux cloutés, foulant une peu épaisse couche, ont déchiré la géo-membrane. Celle-ci n'a pas été réparée par la suite. De la sorte, l'incompétence s'ajoutant à l'incompétence, il s'est avéré que le CET a été installé sur une nappe, d'où une pollution assurée.
Mais encore, les compactages suivants n'ayant pas été réalisés selon les normes avec étalement de terre après chaque opération de tassement, la ville de Témouchent étant sous les vents et Sidi Ben Adda endurant à certaines périodes l'émanation des miasmes du CET (El Watan du 13.10.2016). Est-on assuré contre les mêmes désagréments à El Amria ? Le temps le dira.
Toujours est-il que le nouvel acquis occupe environ 1 ha de superficie et qu'il est conçu pour accueillir 60 tonnes de déchets par jour sur dix ans. Quant à l'ancienne décharge, elle, sauvage, ouverte il y a une trentaine d'années en bordure de la Sebkha d'Oran, elle doit être fermée. Le chef de l'exécutif de wilaya a instruit le chef de daïra et les services de l'environnement pour la couvrir de terre végétale et la planter d'arbres pour la rendre à la nature.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.