Reprise de l'activité du contrôle technique des véhicules    L'ENIE se lance dans la fabricationde respirateurs artificiels    L'afrique risque de ne pas recevoir le soutien souhaité    L'Algérie "peut compter" sur son amitié avec la Chine    Réception de 8,5 millions de masques en provenance de Chine    Le Pr Benbouzid annonce l'arrivée prochaine d'une vague de contamination    COVID-19 : L'Algérie continuera à réceptionner des équipements médicaux    OPEP : l'Algérie appelle à une réduction immédiate de la production de pétrole    LUTTE CONTRE L'INFORMEL ET LA SPECULATION : Les commerçants sommés de déclarer leurs entrepôts    POUR LES ABONNES DE BLIDA : Aucune coupure d'internet jusqu'au 19 avril    Pas de date butoir pour la LDC selon le démenti de l'UEFA    MINISTERE DE L'EDUCATION NATIONALE : Ouadjaout annonce une mouture de plan de contingence    PREMIER MINISTERE : Reprise de certaines activités commerciales    Covid-19 : Nouveau bilan à Sétif    MASCARA : La BRI saisit une quantité de cocaïne    HRW : Algérie : La peine d'un leader d'opposition doublée la veille de sa libération.    Oran : concours du meilleur conte pour enfants sur Internet    Football : vers un retour de Slimani à Lisbonne    Angleterre : Southgate donne l'exemple aux joueurs de Premier League    LES 100 JOURS DE MALHEUR DE ABDELMADJID TEBBOUNE (OPINION)    Trois banques publiques fin prêtes    4 hirakistes relaxés    Ronaldinho emprisonné depuis un mois    Des députés français demandent la régularisation des sans-papiers    Plus d'une semaine après son enlèvement : Négociations pour la libération du chef de l'opposition malienne    Approvisionnement en sucre et huile à Constantine : Des rumeurs de pénurie provoquent la panique    "La vie du président déchu est un roman à rebondissements"    Lancement du premier salon virtuel de la photographie    Des avocats africains déposent une plainte contre Jean-Paul Mira    Décès du chanteur américain Bill Withers : L'une des plus voix de la soul    Lettre ouverte de l'UNESCO en réponse à l'annonce d'un projet de construction sur le site archéologique de Nahr el Kalb au Liban    Le coronavirus peut-il affecter les hommes plus que les femmes ?    IS Tighennif - Ismaïl Abdelhamid (Président) : «Notre objectif est atteint»    RENAISSANCE HUMAINE    L'infrangible lien…    Les feuilles de l'automne    Karim Tabbou pas concerné par la grâce présidentielle    Le commissaire à la paix de l'UA rend un vibrant hommage au défunt Khadad    SIDI BEL ABBES : 2 bureaux de Poste mobiles pour le versement des salaires de la police    La chute de la maison Bouteflika    Convention reportée, candidats confinés et vote à distance : L'inédite course à la Maison-Blanche    Un million de signatures pour un cessez-le-feu mondial    Hirak : la machine judiciaire toujours fonctionnelle    Trois journalistes placés sous contrôle judiciaire    Le chef de file de l'opposition malienne toujours introuvable    Une nouvelle carte du monde serait-elle possible ?    La lutte contre le Covid-19 va-t-elle autoriser de nouvelles dérives éthiques ?    DEFENSE NATIONALE : Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés en mars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El Amria : Mise en service de la décharge contrôlée
Actu Ouest : les autres articles
Publié dans El Watan le 01 - 04 - 2018

La mise en service de la décharge contrôlée intercommunale d'El Amria, aménagée dans un cratère
entre les villages de Magra et Rouaïba, ne s'est pas déroulée sans incident.
Force est d'admettre que la mise en service de la décharge contrôlée d'El Amria ne s'est pas déroulée sans incident. Le premier des camion-bennes venus inaugurer le site s'est embourbé dans le bassin, dit «casier», où il venait de décharger ses ordures. Il a fallu le secours du tracteur à chenilles qui était dans le casier pour le tirer. Le même sort attendait la dizaine d'autres camions venant des cinq communes de la daïra, dont la décharge doit accueillir les déchets.
Ainsi s'est révélée l'incompétence du bureau d'études qui a procédé à l'étude de faisabilité et au suivi des travaux de réalisation. Cette incompétence s'est ainsi rééditée, puisqu'elle a sévi, avec d'autres bureaux d'études, sur les centres d'enfouissement technique (CET) livrés il y a quelques années. A El Amria, avant la première pénétration du casier de la décharge par un des camion-bennes, les traces d'embourbement d'un engin y étaient visibles du fait de la mixtion du gravier et de l'argile, provoquée par les roues d'un engin lourd qui s'y était enlisé. La couche d'argile est étalée en dessous du gravier.
Ce dernier constitue la dernière des différentes strates étendues dans le fond de la décharge pour assurer la protection d'une géo-membrane installée et qui assure l'étanchéité du casier. De la sorte, l'environnement est protégé de toute pollution par le lixiviat, un toxique liquide produit par la fermentation des ordures.
Selon des indiscrétions recueillies sur les lieux, le choix du type de gravier étalé constitue une faute, car il fallait étaler du ballast ferroviaire, de gros cailloux, qui assurent une meilleure stabilité du sol et empêchent les roues des engins de s'enfoncer. Ce fait rappelle un autre acte de gestion hasardeuse sur le centre d'enfouissement technique (CET) de Sidi Ben Adda, qui accueille les déchets des daïras de Témouchent et d'El Maleh. Le gestionnaire d'alors n'avait pas trouvé mieux que de tasser la première couche de déchets par un engin acquis à cet effet, de façon à ce que la capacité d'accueil du CET ne soit pas saturée avant terme.
Or, il a fallu un dépôt de plusieurs couches d'ordures pour commencer le compactage, car une fois l'engin introduit, ses métalliques rouleaux cloutés, foulant une peu épaisse couche, ont déchiré la géo-membrane. Celle-ci n'a pas été réparée par la suite. De la sorte, l'incompétence s'ajoutant à l'incompétence, il s'est avéré que le CET a été installé sur une nappe, d'où une pollution assurée.
Mais encore, les compactages suivants n'ayant pas été réalisés selon les normes avec étalement de terre après chaque opération de tassement, la ville de Témouchent étant sous les vents et Sidi Ben Adda endurant à certaines périodes l'émanation des miasmes du CET (El Watan du 13.10.2016). Est-on assuré contre les mêmes désagréments à El Amria ? Le temps le dira.
Toujours est-il que le nouvel acquis occupe environ 1 ha de superficie et qu'il est conçu pour accueillir 60 tonnes de déchets par jour sur dix ans. Quant à l'ancienne décharge, elle, sauvage, ouverte il y a une trentaine d'années en bordure de la Sebkha d'Oran, elle doit être fermée. Le chef de l'exécutif de wilaya a instruit le chef de daïra et les services de l'environnement pour la couvrir de terre végétale et la planter d'arbres pour la rendre à la nature.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.