Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvel album de Kamal Labbaci : L'Algérie en musique
Publié dans El Watan le 25 - 12 - 2006

Comment faire un tour d'Algérie en musique et sans bouger de sa place ? C'est simple, il vous suffit d'écouter le nouvel album de Kamal Labbaci Sourires d'Algérie. Ce musicien, féru de la flûte et d'instruments à cordes, a concocté un joli voyage musical à travers tout le pays.
De Tébessa à Maghnia en faisant un petit détour par la Kabylie et le Sahara, vous serez enchantés par les rythmes propres à chaque contrée. C'est la flûte ou parfois le « ney » qui donnent le ton à ce voyage, tantôt festif, tantôt mélancolique. Tous les styles y sont représentés. La promenade commence par Alger avec un style populaire bien connu, le « dziri », cher à Fadila Dziria et Al Anka. En ouverture, la chanson intitulée Réveille-toi et admire les fleurs d'amandiers installe celui qui l'écoute dans la beauté d'antan de la ville d'Alger. On respire la citadinité et la gaieté qui caractérisa le paradis andalou, perdu à jamais. La première halte se fait à Oran, ville de Blaoui Al Houari et de Khaled. Le ney redonne à la musique raï toute sa dimension populaire et rappelle que le style « wahrani » fait bien partie du patrimoine musical algérien, même s'il est délaissé aujourd'hui par la nouvelle génération de chanteurs. A Constantine, on ne peut pas y aller sans écouter le malouf de Tahar Fergani ou de Raymond Leyris. Morceaux choisis, Labbaci rend hommage à l'un des fils de la ville, Kaddour Darsouni, dont on dit qu'il est le plus prestigieux flûtiste d'Algérie. La distance est encore longue, mais il faut bien la parcourir pour atteindre la région des Hauts-Plateaux. A Djelfa, Kamal Labbaci a redonné toute sa saveur au chant bédouin. Le prélude à l'aide d'une flûte traditionnelle du pays, « al gasbah » installe l'auditeur dans un monde de poésie avant l'entame de la musique qui rend un vibrant hommage aux nomades qui parcourent les immensités du désert avec leurs caravanes. Le voyage ne s'arrête pas là, mais continue vers d'autres contrées avec leurs propres richesses musicales que Kamal Labbaci prend soin de décliner avec talent et sensibilité. Passionné de musique, Kamal développe rapidement un goût pour le malouf. En 1974, c'est le professeur Hacène Bouchama qui remarque son talent et l'initie au solfège et à la maîtrise des instruments à cordes. Guitariste, violoniste, flûtiste, Kamal Labbaci se produira plus tard avec de grands noms de la chanson algérienne tels que Fergani et Enrico Macias avec qui il a fait de nombreuses tournées après la sortie d'un album de musique andalouse. En 1990, il fait la connaissance de l'Espagnol Paco de Lucia avec qui il crée un savant mélange entre la musique espagnole et le malouf. En 2004, Antoine Coinde, directeur artistique associe Kamal Labbaci a un projet musical d'envergure, « gladiateur ». Il donne la réplique à d'autres musiciens et chanteurs de renom. En plus de l'hommage rendu à la diversité musicale algérienne, Kamal Labbaci a voulu aussi capitaliser une expérience faite de tant d'années de métier et donner à écouter des mélodies qui rendent le sourire à un pays meurtri par des années de terrorisme et d'injustice. Osez donc le voyage ! Bon vent.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.