La passion algérienne.    Real Madrid: Llorente part à l'Atletico (officiel)    Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Louisa Hanoune reste en prison    Réouverture du dossier de l'autoroute Est-Ouest    À bas l'oligarchie !    La grande embrouille !    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    Petits rappels à l'attention lacrymale des Bekkayate d'ici !    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    Proposition de sortie de crise    Gaïd Salah met en garde les porteurs de l'emblème de l'amazighité    Que le spectacle commence !    Des referees européens pour superviser la VAR à partir du deuxième tour    Des finales disputées    Le procès Kamel Chikhi ajourné au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    L'affaire Tahkout devant la Cour suprême    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    sortir... ...sortir... ...sortir...    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    A votre bon cœur !    La taule à gogo    Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien    Une bien triste leçon égyptienne    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FLN en crise ?
Publié dans El Watan le 10 - 01 - 2007

Les dernières élections pour le renouvellement du Sénat et, subsidiairement, la défaite du candidat Kadda Kadour, l'actuel P/APW, face à son adversaire du RND, continuent de susciter une grosse colère. Bien que contenue, cette colère est en train de se muer en riposte face à ce que les redresseurs appellent les dissidents ou « légalistes ».
Ces derniers, à en croire une source responsable au niveau du FLN, procèderaient plus par une approche destructive du parti que pour sa promotion en jouant de l'opposition positive. « Estimés à une quarantaine de personnes », les dissidents ou ceux affublés de « benflisistes » auraient joué un rôle négatif lors du vote du 28 décembre dernier. Notre source, qui ne précise pas comment ont-ils pu déterminer avec exactitude l'attitude de leurs frères- ennemis lors du scrutin, parle d'« indices qui ne trompent pas, que ponctuent certaines déclarations publiques ». Il s'agit aujourd'hui, renchérit-il, d'un choix irrévocable : « Ou eux ou nous, car nous ne pouvons plus travailler ainsi en rangs dispersés, à l'aune d'élections proches ». L'appel fait devant le conseil constitutionnel qui portait sur la « non prise en compte des procurations et surtout leurs légalisations par les services consulaires d'élus partis faire le pèlerinage, l'éviction d'autres élus de l'opération de vote car suspendus par l'administration pour une raison ou une autre, bien que rejetée dans la forme », ne constitue pas moins des griefs superficiels « sinon comment expliquer, s'interroge-t-on par ailleurs, ce fort pourcentage de bulletins nuls ? » 33 plus exactement sur les 388 votants qui constituaient avec les élus absents l'autre grande énigme d'un scrutin qui a eu le mérite de la clarté. Des signes avant coureurs auraient dû valoir un sursaut dans le camp du vieux parti mais les discours creux débités tant par l'envoyé de Belkhadem que par les chefs de file des redresseurs, contrairement à celui plus pragmatique développé par le RND ont fini par faire la différence. Une différence de voix, certes pas très énorme, mais suffisante pour placer Boualem Boualem dans des conditions idéales. « Qu'à cela ne tienne », disent aujourd'hui les « redresseurs ». « Notre défaite étant induite par l'indiscipline d'élus de notre formation, il ne faudrait pas allez par quatre chemins pour expliquer l'issue à cette crise », ajoutent encore ces derniers. « Se sera nous ou eux ! ». L'unité des rangs, prônée jusque-là par le secrétaire général, n'a-t-elle été que désillusion ? La démarche des redresseurs n'est-elle pas empreinte d'une certaine fébrilité ? Sinon à quoi a-t-elle servie la rencontre de mercredi dernier, à la bibliothèque municipale ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.