Où est passé l'esprit du partenariat Euromed ?    Commémoration du 14e anniversaire de la mort d'Arafat, les Palestiniens œuvrent pour l'unité    La conférence de presse de Medouar en points    Suspicion de 16 cas de rougeole durant les 72 dernières heures à Merouana    SENATORIALES A ORAN : Duel entre deux candidats au parti FLN    Droit, Ethique, Morale….    BATNA : 16 cas de rougeole dépistés en 72 heures    GARE MARITIME DE MOSTAGANEM : Une personne arrêtée avec plus de 12 000 euros    à J-6 de Togo-Algérie Belmadi dévoile une liste de 25 joueurs, une première pour Chita et Meziane    L'Algérien Walid Bidani passe à côté    La JSS sur le podium, nul renversant dans le derby CSC-DRBT    Un restaurant pour abriter un congrès !    Le Qatar balayé par de violents orages et de fortes pluies    Baisse importante des réserves de change    Mise en place d'une matrice nationale des niveaux de compétences    Plus de 120 foyers branchés au gaz naturel    300 greffes sont réalisées annuellement en Algérie    Béatification : de quoi parle-t-on ?    Essor d'une police des livres    5 354 logements cherchent terrains    USM Harrach: L'urgence de l'ouverture du capital financier    Air Algérie: Protesta des mécaniciens de la maintenance    Ce qu'illustre la passe d'armes entre Macron et Trump    Chambre des arts et des métiers: Sortie d'une nouvelle promotion de 128 artisans    Ouyahia, un «joker»    MC Alger: Mehdi Benaldjia en renfort    Le Consul général de France, à Oran, rend hommage aux combattants: «175.000 Algériens morts et disparus pendant la 1re Guerre mondiale»    Les opérateurs économiques appelés à adhérer au système de l'emploi    En littérature et dans la réalité    «L'Algérie vue par les orientalistes russes»    Pas de disparités entre homme et femme    Basés en Syrie : Comment rendre les S-300 invincibles face à Israël ?    L'Algérie participe à la conférence de Palerme sur la Libye    Signature d'un contrat avec la firme-Conseil américaine    Le bilan de l'attaque d'un hôtel àMogadiscio s'alourdit à 39 morts    Inquiètes de la Chine : Les Bourses européennes terminent la semaine en baisse    Etats-Unis : La Fed maintient les taux en l'état mais promet d'autres hausses    Les Algériens font plus d'enfants que leurs voisins    Le chef de la DCSA remplacé    Le cauchemar prend fin    Les grands producteurs de pétrole à Abou Dhabi pour une éventuelle réduction de la production    Défaite des Algériennes face à la Côte d'Ivoire    Trois Algériens dans le Top 30    Sahara occidental : Des eurodéputés dénoncent la partialité du rapport de Patricia Lalonde    Centenaire de l'armistice : Ouyahia participe à Paris à la cérémonie de commémoration    Décès : Le journaliste Merzak Meneceur n'est plus    «Comment parler de soutien à un 5e mandat sans que le Président le demande ?»    Syndicalisme, le tournant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Batna : Démolir encore et toujours
Publié dans El Watan le 24 - 01 - 2007

A la cadence où vont les démolitions, il ne restera de l'ancienne ville de Batna que quelques vestiges sauvegardés en photographies numériques ou mis sur la toile du web par des nostalgiques, sans plus.
Jusque-là épargnés, des quartiers embryons de la ville de Batna, sont menacés par la démolition, garagisme et « bazaromania » obligent. Au quartier Stand, les belles villas datant de l'époque coloniale tombent les unes après les autres, pour céder la place, à de vulgaire cubes avec garages, qu'on appelle toujours… « villas ». La frénésie n'a pas de frontière, puisqu'au niveau de l'avenue de la République, une belle bâtisse remontant aux années 1900, a été mise à terre en quelques jours. Le même sort a été réservé à une autre splendide demeure. Aux Allées Benboulaïd, une page de l'histoire de la ville est partie en gravats. De somptueuses constructions ont été soufflées en une nuit, à l'exemple de l'église, au début des années 1970 ; il en a été de même pour la belle devise en bas-relief sur le mur de l'école Jules ferry, actuellement école de la Poste, disant ceci : « L'avenir des nations est dans les écoles des peuples », qui a été arrachée à coups de burin. L'hécatombe touche même le camp, l'un des premiers quartiers de la ville qui ne portait pas encore le nom de Batna, mais Lambèse. A la cité Zmala, c'est la toute petite maison, où avait séjourné Isabelle Eberhardt, qui risque l'effondrement dans l'indifférence. La pierre inaugurale de la ville de Batna, qui porte la date de réalisation 1847, vient de perdre un autre bout de son socle. Peut-on arrêter le massacre ? Selon un responsable de la mairie de Batna, qui préfère garder l'anonymat, on ne peut rien faire. Dans le cas des propriétés privées, on est libre de faire ce qu'on veut de son bien du moment qu'on l'a acquis. Cependant, les anciens propriétaires ne démolissent pas. N. Fouad, jeune architecte, nous explique que depuis l'indépendance, il n y a eu aucune action de sensibilisation sur la protection du vieux bâti, de certains biens de l'Etat, acquis ou non par des particuliers, qui constituent la mémoire collective. A titre d'exemple, chez nos voisins Tunisiens et Marocains, on ne construit pas sans respecter les normes et le modèle architectural, alors démolir, on n'y pense même pas. Pressés par la consommation et la réussite sociale ostentatoire, beaucoup relèguent le devoir de mémoire aux calendes grecques. Alors démolir le patrimoine architectural, couper le cèdre, arracher le corail… Quel gâchis !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.