Le journaliste de Canal Algérie Salem Azzi n'est plus    «Soyez prêts à toutes les éventualités!»    Absence de culture ou...    Une station pour chaque wilaya côtière    Le Sud libyen sur une poudrière    Elucubrations d'un ex-wali qui crie à l'innocence    «La Chine soutient fermement l'Algérie»    La troisième escale du périple africain    Des affrontements tribaux font 20 morts    Pas de finale pour Djokovic    Patrick Moster renvoyé    Bidani prêt pour la compétition ?    Les promesses de Benbouzid    Le dossier à fournir    Benhabylès veut-elle noyer le débat?    Le programme Renovators 2021 de Oppo    Le cinéma algérien à l'honneur    L'écrivain boukhalfa bittam manque à tizi ouzou    Liverpool : Trent Alexander-Arnold blindé    L'Algérie face à une vague pandémique meurtrière inédite    Musique. Décès de Salem Atakor, précurseur du heavy metal algérien    Liverpool : Van Dijk affiche un niveau "inquiétant" pour son retour    West Ham prépare une offre pour un défenseur de Chelsea    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    La rage de vivre    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Wali/PAPW : le ménage artificiel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Enfin un film sur Mostefa Ben Boulaïd
La première séquence tournée hier à Alger
Publié dans El Watan le 23 - 05 - 2007

Le tournage de la première séquence du film sur Mostefa Ben Boulaïd a été affectué hier au parc zoologique de Ben Aknoun à Alger. Le réalisateur du film est Ahmed Rachedi.
La durée du tournage est de douze semaines. Quant à la durée du film, elle est de deux heures, selon le réalisateur Ahmed Rachedi. Outre Alger, des séquences du film seront tournées à Constantine, Oued Souf, les Aurès et la Tunisie. Notons que Mostefa Ben Boulaïd est un des acteurs principaux de la guerre d'indépendance algérienne. Né le 5 février 1917 près d'Arris, dans les Aurès, Mostefa Ben Boulaïd est issu d'une famille de petits propriétaires fonciers et de commerçants. En 1937, il émigre en France et revient au pays en avril 1938. Mobilisé en 1939, il fait la guerre dans l'armée française durant la Seconde Guerre mondiale. Il est réformé pour blessures en 1942, puis remobilisé en 1943. Adjudant, il devient une fois la guerre terminée président de la corporation des marchands de tissus des Aurès. Comme il obtient une licence pour exploiter une ligne de cars entre Arris et Batna. Mostefa Ben Boulaïd adhère au PPA-MTLD en 1946 et se présente en avril 1948 aux élections à l'Assemblée algérienne. Il est élu mais l'administration coloniale nomme à sa place Cadi Abdelkader. Devenu un des principaux responsables de l'Organisation secrète (OS) dans les Aurès, il commence à constituer son dépôt d'armes qui servira à la révolution de 1954. Membre du comité central du MTLD en 1953, il a tenté en vain de mettre fin aux divergences opposant Messali Hadj à la direction du parti pour engager ce parti nationaliste dans la voie de la lutte armée pour l'indépendance de l'Algérie. Il rejoint les centralistes puis rompt avec eux. Membre fondateur du Comité révolutionnaire d'union et d'action (CRUA), il hypothèque ses biens pour financer la révolution. Membre fondateur du FLN, il se retrouve à la tête de la Wilaya I (les Aurès) où il dirige le déclenchement de la lutte armée du 1er Novembre 1954. Le 24 janvier 1955, il part à Tripoli pour se procurer des armes. Il est arrêté le 12 février de la même année à la frontière tuniso-libyenne. Condamné à mort en conséquence, il s'évade le 14 novembre 1955 de la prison de Koudiat (Constantine) et rejoint le maquis. Il trouve la mort en mars 1956, victime d'une radio piégée parachutée sur djebel Lazoug par une unité des forces armées coloniales.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.