BRAS DE FER ENTRE OUYAHIA ET TAYEB LOUH : Le RND réplique ‘'dangereusement'' à la polémique    PRESIDENTIELLE 2019 : L'alliance présidentielle réitère son appui au Président    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Un dangereux terroriste abattu à Mila    PRIX DES FRUITS A MOSTAGANEM : La ‘'Clémentine'' toujours à 300 dinars le kg    LUTTE CONTRE L'IMMIGRATION CLANDESTINE : 37.000 migrants subsahariens rapatriés en 4 ans    CELEBRATION DU ‘'MAWLID ENNABAOUI'' A MOSTAGANEM : La mosquée ‘'Amr Ibn El Ass '' abrite les festivités    El Mouloud, fête religieuse ou désagréments ?    La marche de Béjaïa violemment réprimée    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    Installation de la nouvelle chef de daïra    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    Dhouibi dément tout changement de cap    Trois terroristes abattus à Benihemidane    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    24 heures    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Entre réforme set continuité    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Université de Bab Ezzouar
Il y a 13 ans tombait Salah Djebaïli
Publié dans El Watan le 30 - 05 - 2007

Plus d'une décennie après son assassinat, le professeur Salah Djebaïli, recteur de l'université de Bab Ezzouar (Alger), reste encore vivant dans les mémoires.
Un hommage lui a été rendu hier dans l'enceinte du campus universitaire. Ses ex-collaborateurs, ses amis, ses anciens élèves, des membres de sa famille étaient venus assister à la cérémonie de recueillement, la douzième depuis son lâche assassinat survenu le 31 mai 1994. Crime perpétré par les hordes terroristes. Mis à part le recteur de l'université de Bab Ezzouar, le Pr Benali Benzaghou, aucune autre autorité officielle n'était représentée. Pourtant l'homme était de ceux qui ont fortement marqué l'université algérienne. Professeur d'université, directeur du Laboratoire d'écologie de l'université des sciences et des techniques Houari Boumediene, directeur général de l'Office national de la recherche scientifique, l'équivalent en France du CNRS, directeur de l'Institut national d'agronomie, le professeur Salah Djebaïli n'avait pas que son CV comme argument à faire valoir. Il était un des rares cadres de l'Algérie indépendante. Son doctorat en écologie en poche (université de Montpellier), Salah Djebaïli rentre au pays pour apporter sa contribution. Entre autres mérites, le Pr Benali Benzaghou lui reconnaît celui d'avoir été l'introducteur de l'enseignement écologique en Algérie. Ses nombreux travaux de recherches réalisés du temps où il dirigeait le Centre de recherche sur les ressources biologiques terrestres (CRBT), consacrés aux problèmes de gestion de la steppe des Hauts-Plateaux, l'imposeront comme référence incontournable dans ce domaine. Il était un « homme de poigne », se souvient une de ses collaboratrices, « intraitable sur la question de principe », ajoute-t-elle. Bien qu'il ne s'est jamais montré intéressé par la « chose » politique ou syndicale, il tenait en horreur les esprits obscurantistes, témoigne un autre de ses amis. Son opposition à l'arabisation des filières techniques lui vaudra le ressentiment et la haine viscérale des animateurs de la mouvance islamiste. Ils le désigneront, lui, ainsi que beaucoup de cadres de l'université de Bab Ezzouar à la vindicte intégriste. Une cible à abattre. Une collaboratrice du professeur se souvient de ce jour où Abassi Madani a fait irruption dans l'enceinte universitaire, transformée par les étudiants acquis au FIS en tribune pour exiger l'enseignement arabisant. Les étudiants avaient dressé sur l'esplanade des cercueils pour jeter l'effroi dans le corps enseignant. Le professeur Djebaïli, imperturbable, refusera catégoriquement de recevoir le n°1 de l'ex-FIS : « Qui est-il pour que je le reçoive, une lumière ? Un prophète ? » rétorquait Djebaïli aux hystériques militants.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.