Vaste mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    Le FFS "fidèle à son esprit nationaliste et patriotique"    Un mémorandum d'entente sur les concertations politiques algéro-thaïlandaises    Les efforts de l'Algérie visant l'unification des rangs arabes et palestiniens soutenus    Renforcer et diversifier l'investissement touristique pour la promotion du tourisme    Salon de l'habitat: le Reverse Engineering, une source d'innovation    APN: chaud débat en perspective    Zineb El Mili inhumée au cimetière de Sidi Yahia à Alger    Réception de 2,5 millions de doses de vaccin    Mise en service de plusieurs structures sanitaires à Chlef    Tlemcen: Ilham Mekliti lauréate du concours du 14e Salon des arts plastiques    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    A quand une rencontre Président-Maires ?    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    LA VIE... ET LE RESTE    Tensions accrues au Sahel    Des «lignes rouges» tracées    Du bon et du moins bon    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Maguire, c'est désastreux    Une aubaine pour les cimentiers    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Tebboune reçoit l'Ambassadeur du Ghana    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



De Rome à Evian
Petits pas et fracas d'armes
Publié dans El Watan le 01 - 11 - 2004

C'est à Rome, puis à Belgrade (Yougoslavie) entre le 1er et le 5 septembre 1956, que, sans doute, pour la première fois, des émissaires du Front de libération nationale ont rencontré un fonctionnaire délégué par le président du conseil Guy Mollet, Pierre Commin. Ce n'était pas à proprement parler des négociations mais un test d'observation qui a vite été oublié des deux côtés.
La partie française ayant balayé tout espoir avec le détournement de l'avion qui transportait cinq dirigeants du FLN (Aït Ahmed, Ben Bella, Boudiaf, Khider et Lacheraf). Il faudra attendre septembre 1959 pour une deuxième rencontre entre les deux belligérants. Dans les maquis d'Algérie, la guerre fait rage, le plan Challe, lancé le 5 février 1959, fait des ravages, n'épargnant ni la terre ni ses hommes. De Gaulle parle d'autodétermination le 16 septembre. Les dirigeants du GPRA commencent à espérer. Ils adhèrent à l'idée des pourparlers. Dans une correspondance émise le 28 septembre, les dirigeants algériens demandent que soient reconnues « l'entité nationale » de l'Algérie, « l'unité sociologique » de son peuple et l'intégrité de son territoire. Le 20 novembre, ils désignent les cinq dirigeants détenus pour les représenter aux négociations. Le gouvernement français fait silence. Le 14 juin 1960, il s'adresse aux « dirigeants de la rébellion » et leur propose une formule améliorée de « La paix des braves ». Le GPRA dépêche Ahmed Boumendjel et Seddik Ben Yahia pour « tâter le terrain » à Melun. Ces derniers se rendent vite à l'évidence que le gouvernement français cherche une reddition militaire. Ahmed Boumendjel, Tayeb Boulahrouf, Georges Pompidou et Bruno de Leuss se mettent en contact en Suisse le 4 mars. Ils prennent rendez-vous pour le 30. Mais à la veille de cette date, le ministre Louis Joxe annonce l'intention de son gouvernement de négocier également avec le MNA (messaliste). Le GPRA rejette la rencontre. Messali Hadj annonce qu'il admet le principe de la représentativité unique du FLN. Le GPRA est reconnu comme tel. Le 11 avril, de Gaulle reconnaît le principe d'une république algérienne et que cet Etat sera « souverain au-dedans comme au dehors ». Entre mai et juillet 1961 d'Evian à Lugrin, le GPRA réaffirmera ce que l'on a appelé les points de rupture : unité du territoire (algérianité du Sahara) ; unité du peuple (pas de statut type pour les Européens, qui aurait conduit à une sorte de libanisation). Le 5 septembre 1961, de Gaulle, dans une déclaration, reconnaîtra enfin l'algérianité du Sahara. Dans le plus grand secret, des contacts sont repris. Les négociations achoppent sur un certain nombre de points, notamment la durée de la période qui doit séparer les accords de l'organisation du référendum, le nombre de bases à concéder, la composition de l'Exécutif provisoire et les garanties à accorder aux Européens. Dans une allocution comme toujours radiotélévisée le 5 février, de Gaulle renonce à la création d'une minorité institutionnelle. L'unité du peuple algérien est enfin reconnue. Le 7 mars 1962, les délégations algérienne et française se rencontrent à Evian. Le 18, les chefs de délégation signent le document historique. Le 19 à 12h, les armes se taisent.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.