Sahara occidental: l'Algérie déplore l'incapacité de la Minurso à remplir sa mission    France-Allemagne : Les compositions probables    Football: la sélection du Liberia à pied d'oeuvre à Oran    Le Real prêt à chiper une cible du FC Barcelone ?    BEM à Alger: les épreuves débutent dans de bonnes conditions    La feuille de route du nouveau gouvernement    FLN, MSP et RND sur le podium    Les premiers résultats donnent le MSP en tête, suivi du Front El Moustakbal    Bonnes nouvelles du front pétrolier !    Les Canaris se compliquent la tâche en Ligue 1    Quatorze joueurs boudent la reprise des entraînements    À cause de l'Algérie, le sélectionneur sur la sellette    «L'APN doit veiller à l'indépendance de la justice»    Saisie de 4,1 kg de kif et arrestation de 13 personnes    Un espace public pour la vaccination contre la Covid-19    Mini-donuts    Youcef Lahrèche, un artiste impliqué dans la promotion de l'image touristique du Sud    Comédie, psychodrame et Histoire    Les gérants des salles des fêtes reviennent à la charge    L'Anade sensibilise les jeunes bénéficiaires de terre agricole    "La fin d'une des pires périodes du conflit", selon les Palestiniens    VERNISSAGE DE LA 3e EXPOSITION "INTRAMUROS" À DAR ABDELTIF    Azouz Begag ou la recherche de soi    "Tourisme et Voyages" met l'Algérie en haut de l'affiche    Le 21e Festival culturel européen à partir du 24 juin à Alger    Sit-in des souscripteurs du Q23 devant le siège de l'AADL    Bouira : Le programme PASA à la rescousse de l'oléiculture    Brésil : Tite loue les qualités de l'extraordinaire Neymar    52 personnes mortes noyées depuis le 1er mai    Deux entreprises installées: Relance prochaine du projet de 600 logements sociaux d'Es-Sénia    El Tarf: Des opérations pour améliorer l'alimentation en eau potable    ANIE et probité des élections: Des partis recadrés    Vainqueur avant l'heure ?    SADEG : des milliards de créances impayées    G7 et confrontation d'intérêts    Retrait d'accréditation à France 24: Paris «regrette» la décision d'Alger    À quand une «police de l'eau»?    L'euro et le dollar flambent    Moscou souligne la détérioration des relations    Les annonces de l'ambassadeur russe    101 migrants partis de Libye secourus par la Tunisie    La JSK piégée par l'USB    Le clou des forces étrangères    La faillite de l'islamisme officiel    Des candidats malheureux crient à l'arnaque    Les 11 députés connus    Des femmes latinas qui s'imposent à Hollywood    Décès du poète et traducteur irakien Saâdi Youssef    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La nuit, les djinn et les chevaux
Publié dans El Watan le 05 - 07 - 2007

« La nuit, les Janjawid volent le bien des gens et brûlent tout. On ne sait pourquoi ils font cela », estime Adam. Il s'agit, selon lui, d'hommes armés qui se déplacent à dos de cheval et de chameau.
Adam ne sait pas d'où ils sont sortis. « Les Janjawid viennent toujours en grand nombre, plus de 500 personnes. Ils pillent et revendent les biens volés. Ils ont profité de l'insécurité et des accrochages entre l'opposition et l'armée. Les autorités nous ont abandonnés », témoigne encore Adam. « Ils sont pour la plupart des Arabes. Il y a des Africains avec eux. Les Janjawid ne sont pas une tribu, ils sont des voleurs... », dit-il. Certains, ici au Darfour Sud, pensent qu'ils ressemblent à des djinn sur un cheval (jawad en arabe), d'où le nom Janjawid. Des historiens situent la première apparition des Janjawid au Tchad après la fin des affrontements avec la Libye à cause de la bande d'Aouzou. Ces milices avaient soutenu le régime de Hissan Habré contre celui de Mouamar Al Kadhafi. Hissan Habré, arrivé au pouvoir en 1982 après un coup d'Etat contre Goukouni Oueddeï, était également appuyé par Paris et Washington. Une partie de ces milices s'était retirée au Darfour soudanais avant de réapparaître après le début de la crise au nord du Darfour. D'après Amnesty International, ONG de défense des droits de l'homme, les Janjawid ont commis des « horreurs » au Darfour et à l'Est du Tchad. En 2006, Amnesty a envoyé une lettre, consignée avec Human Rights Watch, ONG américaine de défense des droits de l'homme, et avec l'International Crisis Group, spécialisé dans l'étude des conflits, pour appeler le Conseil de sécurité de l'ONU à « assurer le déploiement urgent au Darfour d'une mission puissante et autorisée à recourir à la force pour protéger les civils ». En avril 2006, le Conseil de sécurité a adopté la résolution 1674 qui oblige les Etats à protéger les civils en période de conflits. En mai 2007, la Cour pénale internationale (CPI) délivre un mandat d'arrêt dans le cadre de l'enquête menée sur les crimes commis au Darfour. Ahmed Haroun, ancien responsable au ministère de l'Intérieur et actuel chargé des affaires humanitaires au gouvernement, est soupçonné d'avoir « armé et organisé » les Janjawid. Hassan Tourabi, leader du Congrès national populaire (CNP, opposition), pense que Ahmed Haroun a mené des opérations au Darfour contre les rebelles. « Le gouvernement a bombardé par l'aviation des villages entiers. Il y a massacre des garçons. Des tribus arabes et sahariennes ont été entraînées et armées. Elles ont été montées contre les rebelles africains », affirme Hassan Tourabi, lors d'une rencontre avec les journalistes algériens. « Avant 2003, le terme Janjawid était inexistant. C`est un concept médiatique amplifié par la presse occidentale pour justifier l'intervention étrangère », explique Mohamed Salih, responsable des relations extérieures au gouvernement du Sud Darfour, basé à Nyala. Mohamed Ali Al Mardhi, ministre de la Justice, dément que le gouvernement ait armé les Janjawid et les ait monté contre les tribus africaines du Darfour. « Les Janjawid ne sont que des brigands, des hors-la-loi. On a développé toute une propagande autour d'eux. Il y a des mensonges... », estime-t-il. Il accuse les organisations internationales de confondre entre les Janjawid et les forces auxiliaires (la défense populaire). « Ces forces ont été créées par un texte qui date de 1970 », précise-t-il. Le département d'Etat américain estime que le Darfour a connu un génocide. Chose que démentKhartoum qui ne reconnaît pas le chiffre de 200 000 morts depuis le début du conflit au Darfour. Le Sudanese Media Center (SMC, organisme officiel) a, dans un document intitulé « Le livre noir des mouvements armés au Darfour », rapporté que des actes de pillage et des faux barrages sont dressés sur les routes. « Les réfugiés sont également ciblés par ces rebelles. Comme le sont les organisations humanitaires. Les rebelles utilisent les enfants dans les combats », est-il écrit dans ce document. La CPI poursuit également Ali Kouchaïb, un des chefs de la Défense populaire. Haroun et Kouchaïb sont poursuivis pour une cinquantaine de chefs d'accusation (meurtres, viols, tortures...). Khartoum estime que la CPI n'a « aucune compétence » pour juger des responsables soudanais.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.