L'Etat signe les décrets validant les avenants de ces contrats    La démocratisation est-elle soluble dans le pétrole ?    Mise en garde contre l'impact des réseaux sociaux sur la cohésion de la société    Pas d'entente actuellement sur l'interdiction des armes nucléaires    Mahrez absent du déplacement de Gaborone    MCA - CABBA délocalisé au stade Omar-Hamadi    13 personnes sauvées en 24 heures à Constantine    Les spécialistes tirent la sonnette d'alarme    Insistance sur la sensibilisation et la culture d'alerte pour combattre la traite des êtres humains    Remise des prix et hommage à Moussa Haddad    Des clichés immortalisant la beauté de l'Algérie    Judo / Open africain 2019 de Dakar : les Algériens Rebahi et Ezzine en or    Détérioration du passage «provisoire» sur l'oued Tamendjar à El Ancer (Jijel) : Financer en urgence un pont vital    Faire du partenariat avec les start-up "un chantier ouvert" à toutes les volontés sincères    "El-Mouggar-2019", point de départ du processus d'intégration économique africaine    Présidentielle du 12 décembre : signature par les médias de la charte d'éthique des pratiques électorales    France 24, Le Drian et Tebboune ..!    Marches pacifiques à Batna, Tébessa et Bordj Bou Arreridj    PRESIDENTIELLE : Bengrina promet un développement global    Tebboune lâché par son Directeur de campagne    PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Les 5 candidats signent la Charte d'éthique    LOGEMENTS AADL 2 : Ouverture du site pour le retrait des attestations de pré-affectation    SE PLAIGNANT DE LEUR SITUATION : Les imams menacent de recourir à la grève    Belkacem Sahli trompé par son notaire    mca : Sakhri «On a eu l'accord de Medouar pour jouer le CABBA à Bologhine»    NAHD : Saoudi : «Prêts à saisir la justice pour récupérer le bilan»    JSK : Mohamed Al Tubal nouvelle recrue    Les Chiliens appelés aux urnes pour voter une nouvelle Constitution    Les manifestants durcissent leur mouvement    Le pays "ne sera plus le même" après la contestation    Qui est responsable, Air France ou Czech Airlines ?    Une élue FLN écartée de l'exécutif de l'APW    Appel à un sit-in devant le siège de Total à Montréal    Les assurances du ministère de la Santé    Un livre révèle l'infiltration des Emirats en Algérie    La sexualité dans la société arabo-musulmane : tabou, obsession, honte et honneur    "J'ai voulu raconter cette ville qui m'habite encore"    Participation de quatre artistes algériens    Ouverture prochaine d'une direction régionale de l'Onda à Béchar    El Harrouch: Camion contre voiture, 3 morts et 2 blessés    Pour fraude fiscale de plus de 670 milliards de centimes: Cinq personnes arrêtées dont trois employés des impôts    Agressions et vols, deux arrestations    Ligue 1 - Match retard PAC - USMBA: Encore une bourde de la LFP !    Human Rights Watch: La «vague d'arrestations vise à affaiblir toute tentative d'opposition»    Concours de la calligraphie arabe    Chikhi Kamel-Eddine, nouveau P-dg    Belkaroui et Zerdoum suspendus trois matchs    La présence américaine en Syrie conduirait à une résistance armée populaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le long chantier
Protection du littoral
Publié dans El Watan le 21 - 07 - 2007

Pour préparer la saison estivale 2007, la Société des eaux et de l'assainissement d'Alger a effectué de nombreuses interventions. Au programme : nettoyage des stations, réparation des fuites des conduites et rénovation des réseaux d'assainissement défectueux.
La société a également investi dans du nouveau matériel : pompes immergées afin d'augmenter les capacités de pompage des stations de relevage de Bab El Oued et Palm Beach, motopompes et groupes électrogènes pour assurer les interventions d'urgence. Cela, afin de rendre aux Algérois un littoral plus propre. « Nous essayons de rattraper la retard par rapport aux pays voisins », assure M. Chouikh, directeur adjoint de l'assainissement à la Seaal. Si Alger comptait, en 2005, 19 postes de relevage en service (système de pompage qui refoule les eaux usées) et 39 plages autorisées, la ville affiche à l'heure actuelle, 24 postes de relevage pour 46 plages autorisées à la baignade. Ainsi, début juin, à Bab El oued, deux plages non polluées ont pu être restituées aux Algérois. Cependant, peu après l'arrêté de la wilaya d'Alger N°1189 réglementant l'accès aux plages, deux parmi les 46 ont été fermées du côté d'El Marsa. Celles-ci, pourtant propres, ont été interdites en raison de leur relief qui pouvait s'avérer dangereux pour les estivants. Pour le directeur adjoint, le principal enjeu des années à venir sera la gestion des déchets solides et de la boue. A propos des rejets des usines : « C'est un grand chantier que la Seaal doit prendre en charge. Il faut signer des conventions de rejets avec les industriels » en ajoutant : « Nous ne sommes pas une force publique, on essaie donc de traiter cela à l'amiable. » Il faudra donc passer outre ses difficultés pour dépolluer les 18 plages encore fermées. En février 2006, la Seaal en partenariat avec Suez Environnement, l'Algérienne des eaux et l'Office national de l'assainissement, prenait ses fonctions. Sa mission, gérer les réseaux publics d'assainissement et d'eau potable d'Alger. Oran, Annaba et Constantine pourraient, d'ici peu, suivre l'exemple de la capitale, en optant pour une gestion déléguée. Récemment dotée d'un SIG (Service d'informations géographiques), la Seaal réalise un état des lieux du réseau d'assainissement. Des géomètres ont été dépêchés sur toute la wilaya afin de cartographier l'ensemble des installations. De plus, chaque intervention est datée et enregistrée sur un logiciel. Les centres des différentes communes disposeront de toutes les données nécessaires à leurs futurs chantiers. La société prévoit ainsi de rehausser 2000 regards par an. « L'assainissement n'est pas une mince affaire ! » conclut M. Chouikh. Si l'accès à l'eau potable dans tous les quartiers d'Alger est garantie quotidiennement de 8h à 22h par la Société des eaux, la Seaal doit maintenant faire face à un débit des eaux usées deux fois plus important ! En effet, les Algérois consomment plus et par conséquent, rejettent plus. Il a donc fallu augmenter les capacités des stations de pompage. A cela, les services projettent la réhabilitation aux standards européens de 18 points de relèvement de la ville et le fonctionnement 24h/24 du réseau d'ici trois ans. Ce travail s'effectuera conjointement avec la DHW qui gère notamment les cours d'eau, la station d'épuration de Beni Messous et certains postes de relevage. Un long chantier en perspective !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.