Des «lignes rouges» tracées    La sidérurgie algérienne dans la cour des grands    En phase de concrétisation    Comment bénéficier de l'expertise étrangère    Alger retrouve son aura    Un géant qui voit grand    Moscou juge «stupides» les soupçons occidentaux    Maguire, c'est désastreux    Brèves    Pose du tapis artificiel en fibres synthétiques    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Le wali active son autorité dans deux APC    «Le colonialisme est un attentat contre l'humanité»    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Sommet arabe: Stéphane Dujarric confirme la participation du SG de l'ONU    Médias en temps de Guerre: le Forum de la Mémoire salue le rôle pionnier de feu M'hamed Yazid    Arrivée à Alger de la dépouille de la journaliste et moudjahida Zineb El Mili    Lamamra reçoit le SG adjoint de la Ligue arabe    Le 12e Salon international des énergies renouvelables en octobre à Oran    La promotion de l'industrie pharmaceutique cheval de bataille du gouvernement    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    Ligue 1 (6e journée) : le RCA pour enchaîner, l'USB en quête de rachat    Stade de Douéra: Belaribi instruit de parachever les travaux dans les délais impartis    Le ministère de la Culture et des Arts prend part à la 21e édition du SITEV    Real : Ceballos ne subira pas le même sort que Asensio    Real : Bonne nouvelle pour Benzema    Santé: lancement d'un Plan national stratégique contre la rage 2023-2027    Football/sélection algérienne : les Verts tout proches d'un vieux record national    Hémopathies : appel au renforcement des centres des maladies du sang    Sonelgaz: le problème de recouvrement des créances entrave la réalisation des investissements programmés    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    El Tarf et Adrar: D'importantes quantités de psychotropes et de mazout saisies    Des plaques à côté de la plaque    Benabderrahmane reçoit un appel téléphonique de son homologue française    Ligue arabe: Le Sommet de toutes les attentes    Sonelgaz Es-Sénia lance une opération de recouvrement: 6.252 millions de dinars de créances impayées    En majorité du gasoil: 15,6 millions de tonnes de carburants consommées en 2021    «Bouclier du désert 2022»: Exercices militaires algéro-russes en novembre    Tlemcen: Le tourisme comme moteur de croissance    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Peaux de banane !    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    Corruption: Anis Rahmani condamné à 10 ans de prison    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fatiha Morchid, la muse marocaine
Publié dans El Watan le 08 - 08 - 2007

Le style, chez cette poétesse marocaine, dont la sensibilité est à fleur de peau, est d'une souplesse extraordinaire qui se calque sur le rythme même de la respiration.
Parmi la pléiade de poètes marocains, saoudiens, émiratis et algériens qui se sont produits mercredi après-midi à l'hôtel Safy devant une assistance composée essentiellement d'initiés, c'est incontestablement à la muse marocaine incarnée par Fatiha Morchid que la palme serait revenue. Son long poème sur la disparition de son père survenu l'année dernière alors qu'il se rendait à La Mecque en pèlerinage est d'une vigueur et d'une beauté bouleversantes. Pourtant, avant d'en donner lecture d'une voix mélodieuse qui se prête merveilleusement au mouvement rythmé des vers, la poétesse nous avertit : « Ce sera triste. » Ce fut pathétique jusqu'au tragique. Comme en musique, l'intonation atteint parfois un registre intolérable. On suit pas à pas la « récitante » qui reconstitue le voyage du pèlerin adoré, puis la fin. On traverse avec elle la mer Rouge, le désert sans fin où le vent de sable soulève des vagues pareilles à celles de la mer donnant l'impression de la prolonger. On est même un moment à Paris, rue Saint-Germain-des-Prés. Au mot insulaire, on comprend que Fatiha est médecin, qualité qui n'enlève rien à son statut d'artiste et de poète et que son père est atteint d'une maladie chronique qui finira par avoir raison de lui. On est à Djeddah. Puis la vie qui cesse, et les mots qui s'enflent comme les vagues d'une mer démontée pour dire la douleur, les pleurs et les funérailles. La veillée funèbre en famille. Le style, chez cette poétesse marocaine, dont la sensibilité est à fleur de peau, est d'une souplesse extraordinaire qui se calque sur le rythme même de la respiration et du cœur de l'auteur. En vérité, Fatiha chante et ses chants qui montent jusqu'au firmament retombent en notes d'or. A côté de cette muse marocaine, deux autres compatriotes méritent d'être signalés à cette rencontre dédiée à la poésie et présidée par Amin Zaoui : Widad Benmoussa et son poème sur l'Angoisse et Abdelkrim Tabel et son chant intitulé O miroir.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.