L'eau et l'exigence de prosternation    Appartenant à des hommes d'affaires condamnés pour corruption: Six sociétés nationalisées par l'Etat    L'été des émigrés    Hiroshima et Nagasaki : 06 et 09 août 1945 : Géopolitique de la terreur nucléaire (2/2)    Origine à déterminer    Impropres à la consommation: Plus de 120 kg de viande et produits alimentaires saisis    Oued Tlélat, Gdyel et Bir El Djir: 45 personnes interpellées par la police    Chute mortelle du 7ème étage d'un immeuble    L'écrivain Dib, la BNF et la terre algérienne    Quand la maintenance va, tout va durablement    GUERRE(S)...ET AMOUR    Man City : Mahrez pourrait être auditionné dans le procès de Benjamin Mendy    La négociation privilégiée par les deux pays    Ghali appelle à mettre un terme à l'obstination marocaine    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Le champion d'Afrique est algérien    Une sérénité nommée Madoui    Le PSV élimine Monaco    Les chantiers de la rentrée    Les nouveaux sillons    Quel impact sur la recomposition géostratégique mondiale?    Vacances à la belle étoile    2 quintaux de kif saisis par l'ANP    Le poteau de l'éternel problème    L'heure de la convergence patriotique    Loin d'être un discours de consommation    «Seul le droit international doit primer»    Un roman sur l'Algérie de 1920 à 1992    La «fleur du théâtre algérien»    L'occupant marocain encercle la maison de la militante sahraouie Meriem Bouhela    Le défilé militaire impressionnant du 5 juillet est "un message de fidélité" envers les Chouhada    Jeux de la Solidarité Islamique 2022 : Amine Bouanani (110m haies) décroche la première médaille d'or algérienne    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès de la Côte d'Ivoire    Tennis-Coupe Davis (Groupe 3 / Zone Afrique): l'Algérie menée au score (2-0)    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Les détails de l'opération UGTA    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Lecture-Hallucination de H'Mida Ayachi
Ecrire le choc et l'attente
Publié dans El Watan le 27 - 09 - 2007

Le dernier roman de l'écrivain-journaliste vient parachever une trilogie entamée en 1984 et portant sur l'histoire récente du pays.
Par le choc, je découvris l'écriture », écrit l'auteur. Mais de quelle écriture s'agit-il au juste ? Dans Hallucination, le dernier roman du journaliste-écrivain H'mida Ayachi, qui annonce l'achèvement de sa trilogie, commencée en 1984 avec Mémoire de folie et de suicide, puis Zana en 2001, le lecteur se trouve engagé dans un espace romanesque aux changements brusques et inattendus, un espace qui bouge, un espace où toute forme d'écriture est permise. D'abord, une musicalité qui affirme, bel et bien, la poétique et la richesse du langage : « Qui vendit il vendit, qui acheta il acheta et je dis qui donna il donna, qui prit il prit et je dis qui vécut il vécut et qui mourut il mourut. » (P52). L'insertion du collage, tiré des écrits journalistiques, nous renvoie au roman américain des années 1960 où cette technique avait atteint son apogée. A travers ce roman, distingué par son écriture aérée, H'mida Ayachi poursuit encore sa quête historique, se posant les mêmes questions autour des différents éléments qui ont constitué l'actualité politique du pays pendant les années 1970. Ce roman comprend en outre plusieurs flash-back de la décennie noire et de ses principaux acteurs, ainsi qu'une description détaillée des attentats terroristes du 11 septembre 2001. Cet événement provoque l'imaginaire de l'auteur tant du point de vue du bouleversement de la stabilité des Etats-Unis que par ses conséquences sur la politique et les relations intercommunautaires à l'échelle mondiale. H'mida Ayachi ne s'arrête pas dans l'innovation stylistique, et dans sa quête de réconcilier différentes formes d'écriture dans un seul texte, il cherche aussi à violer la langue, allant jusqu'à produire des expressions arabes qui pourraient être mal dégréées par les lecteurs. Hallucination se termine par un chapitre (collage 3) qui se manifeste sous forme d'écriture épistolaire, un genre surgi, pour la première fois, en France au début du XVIe siècle. A travers un échange de lettres amoureuses entre l'auteur et l'héroïne Zana, apparaissent implicitement des extraits autobiographiques des deux « personnages », si l'on peut considérer aussi l'auteur comme tel. Ce roman, qui vient tout juste de paraître aux Editions Chihab, exprime encore une fois la particularité de son auteur qui montre une compréhension plus ou moins totale de tous les composants de la scène politique du pays avec des projections sur la succession et l'évolution probable des événements. Mais sa singularité se manifeste notamment par son style d'écriture qui se veut en rupture avec celle des romanciers de sa génération.
Hallucination (titre original en arabe : Hawas). H'mida Ayachi. Editions Chihab, Alger. Septembre 2007. 144 pages. 450 DA en librairie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.