Un vent de fronde souffle sur le RND à Béjaïa    Deux jeunes citoyens arrêtés, puis relâchés    Le maire de Chemini devant la cour d'appel de Béjaïa aujourd'hui    Rompre avec le statu quo    De l'eau trouble et malodorante dans les robinets    "L'ouverture du capital d'entreprises publiques n'est pas un dogme"    Condamnations en série après un appel à la normalisation avec Israël    "Je suis au CRB pour gagner des titres"    Le NAHD en réel danger    Des attestations pour une cinquantaine de chasseurs formés    Pas de changements pour la rentrée universitaire    "De l'importance de la littérature postcoloniale pour le vivre-ensemble"    Rabat s'est fourvoyé dans le choix de son nouvel allié    62 listes ont retiré le dossier de candidature à Oran    Au-delà des grandes formules...    Islam Slimani : «Les deux derniers matchs avec les Verts m'ont fait du bien»    Real : Courtois analyse le match nul face à Villareal    Ayoub Ferkous 77e et Abdelkrim Ferkous 81e    Six sports de combat domiciliés au Centre des conventions    L'ANPHA renouvelle son engagement à contribuer au développement du secteur pharmaceutique    Tayeb Louh face à ses juges    Sensibilisation sur la vaccination en Algérie    Tebboune rassure les responsables locaux    Sachez que...    2 244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    Inauguration de la saison culturelle    Mondial 2022 : Un trio sénégalais pour Niger – Algérie    Flux migratoires : Cinq pays appellent à une juste répartition dans l'Union européenne    7es Journées nationales du monologue    Agressions et vols, un mandat de dépôt    Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Face aux salaires, la circonspection    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Retrouvailles chaleureuses entre Lamamra et lavrov    Au moins huit militaires tués dans une embuscade    La vie a repris ses droits    Une saga diplomatico-judiciaire    Brèves    Le MAE chinois appelle à promouvoir le processus de règlement politique    Les indépendants à l'assaut des communes    L'Algérie renforce son dispositif de contrôle des voyageurs    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Festival international du cinéma de Rome
Elisabeth, l'âge d'or
Publié dans El Watan le 22 - 10 - 2007

Le second opus du Festival de Rome (Romacinemafesta du 18 au 27 octobre) a choisi pour son film d'ouverture Elisabeth, the golden age, du cinéaste indien Shakhar Kapur, auteur déjà d'un premier long métrage sur le même sujet.
Rome. De notre envoyé spécial
Ce remake est joué notamment dans le rôle principal par la remarquable actrice Cate Blanchett, bien partie pour les oscars. L'héroïne de l'histoire, c'est la reine Elisabeth d'Angleterre qui a régné pendant 45 ans de 1558 à 1603. The Virgin Queen, surnommée ainsi, célibataire, sans enfant mais beaucoup de favoris, était une femme hors du commun. Elle était la fille du roi Henri VIII, le cruel souverain qui a fait exécuter le grand philosophe et humaniste anglais Thomas More et qui a eu 6 épouses l'une après l'autre, répudiées ou exécutées, comme la mère d'Elisabeth. Elisabeth pourtant a reçu une très bonne éducation, maîtrisait six langues étrangères, aussi bien le latin que le grec. Elle fut couronnée à l'âge de 25 ans en 1558. Elle a régné à l'époque de l'âge d'or du théâtre (élisabathien) : Shakespeare, Christopher Marlowe, Ben Jonson et c'était aussi l'époque du grand philosophe Francis Bacon. La reine a elle-même été poète et écrivain et elle a fondé la fameuse Université : The Trinity College de Dublin. Au plan politique, comme le montre la très impressionnante chronique filmée par Shekhar Kapur, Elisabeth n'a pourtant pas connu « the golden age », puisque de graves conflits ont marqué son règne, sa dispute notamment avec sa cousine Marie Steward, reine d'Ecosse, et avec le roi d'Espagne Philipe II. Elisabeth était protestante et les catholiques voulaient sa perte. Au plan économique, au temps de son règne, c'était la grande prospérité. L'Angleterre s'enrichissait grâce au commerce avec les colonies. C'est Elisabeth qui a fondé la Bourse de Londres. C'est elle aussi qui a créé en 1600 The British East India Company (la Compagnie des Indes). Cela a renforcé considérablement le poids du port commercial de Londres. Un illustre personnage dans ce film : c'est aussi Francis Drake (1542-1596). Un corsaire qui fut anobli par la reine Elisabeth pour les services qu'il lui a rendus. Francis Drake fut le premier Anglais à faire le tour du monde. Il s'attaquait dans l'Atlantique aux navires espagnols et pillait les colonies d'Espagne. Il remettait à la Couronne d'Angleterre une partie de l'or espagnol volé. Shekhar Kapur retrace admirablement cette chronique tant dans la mise en scène et le jeu des acteurs que dans les décors, les costumes... Cette œuvre très richement visuelle a fait un triomphe au Festival de Rome.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.