Le scandale de la semaine : Excès de violence sur un supporter lors du match MCA – USMBA    Nous sommes vivants    Tizi Ouzou : Mise sous tension de deux nouvelles lignes électriques    Interruption momentanée du trafic autoroutier à El Affroun et El Khemis sur l'axe Alger-Oran aujourd'hui et demain    L'opposition critique le PLF 2019 qui ne prévoit pas de mesures pour «l'amélioration de la situation économique»    En bref…    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    Moto : La «der» de Dani Pedrosa    Ligue 2 : Impérative victoire pour la JSMB    Lalmas au Top 10 des icônes oubliées du foot africain    De l'amour, de la passion et du… chocolat naturel    Azazga : Caravane de sensibilisation sur les fléaux sociaux    Alerte au massacre des renards à Mila    Tout un programme pour l'Algérie    Daïkh Miloud : Je suis né artiste peintre…    Une pièce spéciale en hommage à Abdelkader Alloula    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    «Elle devrait se développer en partenariat avec des équipementiers internationaux»    Votre week-end sportif    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    La VAR à l'algérienne : mode d'emploi    L'Arabie Saoudite tente de reprendre les choses en main    Ould-Abbès passe la main    La démission surprise d'Ould Abbès    Des chiffres qui inquiètent    Presbytie, quels sont les signes ?    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Hanoune clashe les partisans du 5e mandat    Zombies-Land !    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    Trois jours d'examens et contrôle continu: La nouvelle formule du bac en 2020    Tlemcen: L'alimentation en gaz naturel renforcée    Constantine - Grippe saisonnière: Les stocks de vaccins épuisés en moins d'un mois    Quarante blessés à l'issue du match MCA-USMBA: Enquête sur une vidéo de supporter tabassé par des policiers    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le pétrole, toujours    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Bouteflika convoque le collège électoral    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lancement de trois projets de réhabilitation
Etat alarmant des bâtisses de la vielle ville
Publié dans El Watan le 02 - 06 - 2008

Le constat alarmant de l'état des bâtisses de la vieille ville a été le principal fait retenu lors de la rencontre sur la revalorisation du patrimoine de la Médina, abrité récemment par la Médersa, (à la rue Larbi Ben M'hidi).
« Alors que la partie basse de Souika est perdue à jamais, il est urgent d'entamer une réhabilitation des maisons qui peuvent être sauvées dans les quartiers de la haute Souika, Sidi Djeliss, la Casbah, Rabaine Chérif et Rahbet Essouf », nous dira un participant à cette rencontre. Selon une étude réalisée par le bureau d'architecture et d'urbanisme Urbaco en 1984, renforcée par une enquête sur site effectuée par les membres de la cellule de réhabilitation de la vieille ville, à partir de 2004, le taux de dégradation des bâtisses a atteint un seuil alarmant. « 25 % du tissu urbain de la vieille ville est déjà en ruine, 22 % des maisons sont menacées alors que 35 % des bâtisses sont dans un état médiocre, et seulement 18 % des constructions sont dans un état jugé bon », lit-on dans un rapport établi par Souad Haouari, ingénieur d'Etat en aménagement urbain et membre de la cellule de réhabilitation de la vieille ville. Ledit document précise surtout que les premiers effondrements d'îlots entiers ont été enregistrés dans les années 1980, où le taux a atteint 17 %. « Des maisons portées sur le fichier de l'APC entre 1988 et 2001 comme étant en bon état sont actuellement en ruine ou menacées », précise notre interlocutrice. Si l'abandon des maisons par leurs propriétaires, le manque d'entretien, la vétusté du réseau d'assainissement et la destruction d'un nombre important de bâtisses par les locataires eux-mêmes pour l'acquisition d'un logement neuf, ont été parmi les facteurs de dégradation cités, les vagues de démolitions mal exécutées par les autorités ont été mises à l'index puisqu'elles ont conduit inévitablement à la déstabilisation des maisons mitoyennes. Le lancement des projets de réhabilitation au mois d'avril dernier des bâtisses sises au n°12, 12 bis, 19, 19 bis de la rue Mellah Slimane a révélé un état de dégradation très avancé, chose qui a nécessité l'adoption d'un plan spécial consistant au démontage et au remontage des maisons pierre par pierre, selon les précisions des spécialistes de la cellule de réhabilitation. Une opération pour laquelle la wilaya de Constantine a fait appel aux services des urbanistes de Ghardaïa pour s'inspirer de leur expérience dans ce domaine. On apprendra par ailleurs que deux autres projets viennent d'être lancés il y a quelques semaines pour toucher la maison située au n° 28 de la rue Abdellah Bey, plus connue par Dar El Mezabi, alors qu'un projet-pilote aura pour cible quatre autres maisons à la rue Mellah Slimane, une bâtisse à la rue Abdesslam Bekhouche et deux habitations à la rue Saïd Bentchicou, dans le quartier de Chatt. Si les choses semblent s'accélérer au niveau de la cellule de sauvegarde de la vieille ville pour rattraper le temps perdu, seule l'adoption, par le ministère de la culture, du plan de sauvegarde et de mise en valeur des sites classés patrimoine national, toujours en étude, assurera une plus grande mobilité pour les spécialistes. « Ce sera le meilleur support législatif qui nous permettra d'intervenir sur n'importe quelle bâtisse menacée dans la vieille ville et éviter ainsi les longues procédures administratives », conclura Souad Haouari.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.