APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Téléphonie mobile
Les Européens pourraient payer les appels reçus
Publié dans El Watan le 23 - 06 - 2008

La plus haute torture que pourrait subir un détenteur de téléphone mobile en Algérie, serait de lui faire payer les appels qu'il reçoit. Une hérésie pour un « bipeur » invétéré. Aussi impensable que cela puisse paraître en Algérie, les abonnés au mobile en Amérique du Nord (Etats-Unis et Canada), paient sans broncher les appels qu'ils reçoivent.
Pour les Européens, il semblerait que ce système pourrait être introduit dans le futur. La Commission européenne s'est dit, lundi dernier, prête à laisser le champ libre aux opérateurs. « Pourquoi pas ? Le marché se développe, on ne devrait pas en rester aux règles qui ont été en place pendant dix ans », a répondu Viviane Reding, commissaire européenne chargée des télécommunications, à une question en ce sens du Financial Times publié lundi dernier. Mais « c'est aux opérateurs de décider », a-t-elle ajouté. « Si les opérateurs pensent que c'est attractif pour leurs clients, s'ils ont quelque chose d'autre pour convaincre les consommateurs, que cela pourrait être intéressant pour eux, nous ne dirons rien contre », a précisé le porte-parole de la commissaire, Martin Selmayr. « Nous ne forcerons pas non plus les entreprises à aller dans ce sens ». La tarification des appels reçus, selon le système dit du « bill-and keep », est la norme aux Etats-Unis ou dans certains pays d'Asie.Les Européens la connaissent seulement pour le « roaming », ou itinérance, quand ils utilisent leur téléphone portable à l'étranger. Recevoir un appel dans leur propre pays en revanche ne leur coûte rien aujourd'hui.
Du moins en apparence. Au lieu de facturer son client, l'opérateur de la personne appelée demande à celui du client qui appelle, quand leurs réseaux sont différents, de lui verser des « frais de terminaison d'appel ». Ces frais, censés couvrir le coût d'utilisation du réseau, sont finalement répercutés dans le prix des appels passés par les consommateurs. Après les tarifs de roaming, plafonnés l'année dernière, en attendant des mesures similaires pour les SMS, voire l'internet mobile, la Commission, persuadée de faire baisser les prix, veut s'attaquer aux frais de terminaison. Viviane Reding doit lancer d'ici fin juin prochain, une consultation publique sur une proposition visant à harmoniser le mode de calcul de ces frais et à « faire converger les frais de terminaison mobile avec ceux du fixe », aujourd'hui moins élevés, selon son porte-parole. « Ce que nous aimerions faire, c'est nous débarrasser des frais de terminaison très élevés et inégaux en Europe, qui à la fin doivent être payés par les consommateurs », a-t-il expliqué. Selon la Commission, ces frais variaient en octobre entre 2,06 centimes d'euro par minute à Chypre et 18,82 centimes en Bulgarie, avec une moyenne européenne à 9,67 centimes.
A.F.P., Samir Ben


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.