Une nouvelle nécropole exhumée à Aqua Tibilitana    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Erratum    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    La continuité des coups d'Etat    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Afrique: Boutarfa appelle à davantage de financements pour améliorer l'accès à l'énergie
Publié dans Ennahar le 04 - 12 - 2016

Le ministre de l'Energie, Noureddine Boutarfa, a mis l'accent, dimanche à Alger, sur la nécessité de trouver les moyens permettant d'assurer suffisamment le financement des projets visant un meilleur accès à l'énergie par les populations africaines.
"Il ne s'agit pas seulement de trouver des créneaux pour investir et gagner de l'argent en Afrique. Il s'agit de trouver un moyen pour prêter aux pays africains et les aider à faire un saut vers la modernité parce qu'il y va de l'intérêt de tous, y compris des pays riches", a souligné M. Boutarfa lors de la séance plénière consacrée à l'énergie tenue dans le cadre du Forum africain d'investissements et des affaires.
Relevant la difficulté de mobiliser les financements nécessaires notamment pour les projets de raccordement des populations africaines en énergie électrique, le ministre a appelé les institutions financières régionales et internationales ainsi que les banques privées à s'impliquer davantage dans cet effort de financement.
Il a également préconisé que les Etats africains puissent apporter une solution à cette problématique à travers des montages financiers publics communs, particulièrement pour la réalisation de projets d'interconnexions intra africaines en électricité.
Il a relevé, en outre, l'important potentiel que renferme l'Afrique en matière d'énergies renouvelables (solaire, éolien, hydroélectrique, thermodynamique…), affirmant que ces dernières contribueront à satisfaire les besoins énergétiques de la population du continent estimée à 1,2 milliard d'habitants.
De son côté, le vice-président de la Banque africaine de développement (BAD), Amadou Hott, a observé qu'il était difficile de financer les projets d'interconnexions d'électricité en Afrique par les banques privées en raison de la très faible rentabilité de ces projets.
Pour sa part, le président de l'association Energie pour l'Afrique et ex. ministre français, Jean-Louis Borloo, a souligné que l'amélioration de l'accès des populations africaines à l'énergie constituait un vecteur de stabilité et de prospérité économique et social pour le continent.
Il a alors appelé les Européens à contribuer à hauteur de 3,5 milliards d'euros/an dans le financement des projets énergétiques au profit des pays africains les plus pauvres.
Investissements: une action commune pour mobiliser les financements
Dans la plénière du forum consacrée au financement des investissements en Afrique, la majorité des opérateurs africains a évoqué les difficultés d'accès aux financements bancaires, l'Afrique étant une région à risque bancaire assez important.
Le P-dg de la Banque arabe pour le développement en Afrique (BADEA), Sidi Ould Tah, a estimé que les banques régionales de développement peuvent jouer un rôle catalyseur en matière de financement en Afrique, tout en relevant que l'institution financière qu'il dirige trouve des difficultés à trouver des projets bancables à financer.
C'est pour cette raison que la BADEA, qui s'est déjà orientée vers le financement d'autres banques régionales africaines, passera dès 2017 à une action soutenue qui vise le financement des banques commerciales africaines en leur accordant des crédits pour améliorer leur capacité à financer l'investissement.
Il a annoncé, dans le même sillage, que la BADEA allait lancer incessamment un nouveau produit financier dédié notamment aux exportateurs africains qui consiste à doter ces derniers de crédits destinés à l'achat des produits originaires de pays arabes.
M. Ould Tah a également appelé à la création d'une bourse africaine régionale qui réunira les 25 bourses existant en Afrique et dont chacune souffre actuellement d'une faible capitalisation.
De son côté, le vice-président de la Banque Mondiale, Jan Walliser, a mis en exergue le rôle des financements privés en Afrique car, selon lui, les financements publics restent assez limités, d'où l'utilité pour les pays africains de combiner des financements publics-privés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.