USMA - Mansouri: «On se battra jusqu'à la dernière seconde»    Irlande: les pro-UE en tête des élections européennes    24 heures    Projet hydraulique à Bouzeguène : Les oppositions levées    Hakim Chekini. Directeur de l'auberge de jeunes d'Azazga : «Nous fonctionnons grâce à notre bonne volonté»    Le peuple à la croisée de son destin    De la démocratie et des femmes : Pour Louisa Hanoune    Tribune - L'Afrique que nous voulons tous : une terre d'opportunités    Vendredi de la mobilisation    Violence dans les stades: La FAF sur la même longueur d'onde que le MJS    USM Bel-Abbès: Une situation créancière ambiguë    WA Tlemcen: Nasreddine Souleymane pressenti à la SSPA    De grandes manifestations pour le 14ème Vendredi: La mobilisation malgré les interpellations et les blocages    Un ouvrier tué après la chute d'un monte-charge    Mascara: 650 logements AADL attribués début juillet    Préparatifs de la saison estivale: Aménagement du quai d'accostage et nettoiement de la plage de Cap Falcon    Tlemcen - Bac et BEM : les assurances du directeur de l'Education    Ahnif: Un mort et un blessé dans une collision    Gaïd Salah revient sur l'évolution de l'armée    Sahara Occidental: Démission de l'émissaire de l'ONU    L'école des gourous    Belfodil parmi les meilleures recrues de la Bundesliga    Création d'un comité de surveillance    Vendredi puissance 14    Facebook supprime trois milliards de comptes    Huawei prépare son propre système d'exploitation    Les Etats-Unis vont envoyer des troupes dans le Golfe    Qu'en pensez-vous M. le ministre de l'Education nationale?    Hazard sort du silence    La candidature de Berraf acceptée    Le gouvernement suspend les pourparlers avec la mission onusienne    La violence contre les femmes très présente dans les dramas arabes    La revanche posthume de Ferhat Abbas    Divertissement garanti!    La voie constitutionnelle à mi-parcours    Un Iftar en l'honneur des médias    Le 14e acte avec la présence de Tabbou    Plus de 4.000 commerçants mobilisés à Alger    Haro sur les infractions de change    Bensalah exprime l'inquiétude de l'Algérie    Fin du délai aujourd'hui    Le Hirak inébranlable    Le tour de vis du gouvernement    Mémoires anachroniques de l'Andalousie perdue    Un terroriste capturé à Tamanrasset    Khalifa Haftar loue les services d'une firme de lobbying américaine    L'Encre de la liberté de Hocine Redjala : Un film documentaire sur la liberté d'expression en Algérie,    Edition du 24/05/2019    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un film documentaire en hommage posthume à Mohamed Khadda
Coproduit par l'AARC et « Laith média »
Publié dans Horizons le 20 - 10 - 2013


Un film documentaire sur la vie et l'œuvre de Mohamed Khadda, pionnier de la peinture contemporaine algérienne, est réalisé par le plasticien et écrivain Jaoudet Guessouma. Il sortira officiellement dans quelques jours, a-t-on appris auprès de l'homme de culture, Jaoudet Guessouma. Coproduit par l'AARC et le producteur algérien Laith Média, le film « Khadda, le signe et l'olivier », actuellement finalisé, est un clin d'œil au mouvement des « peintres du signe », une expression empruntée au poète algérien Jean Sénac qui désigne les plasticiens algériens nés dans les années 1930, alors que l'olivier est une des sources d'inspiration les plus fréquentes chez Khadda. Basé sur un scénario coécrit par le réalisateur et l'universitaire Naget Khadda, veuve du peintre, le film retrace, en 90 minutes, la vie de l'artiste depuis son enfance à Mostaganem jusqu'à sa disparition en 1991. Pour son réalisateur, le documentaire se veut un hommage romancé à un peintre, graveur et poète qui offre une lecture d'une œuvre magistrale qui a marqué la scène artistique algérienne. Né à Mostaganem en 1930, Mohamed Khadda, artiste autodidacte, a forgé son approche de la peinture et de la gravure en dessinant des croquis pour l'imprimerie qui l'employait, avant de devenir un visiteur assidu des musées en Algérie et en France. Dès 1963, Khadda participe à la première exposition des « peintres algériens », avant de fonder, en 1964, l'Union nationale des arts plastiques (Unap) et se consacrer à la défense de l'histoire de l'art algérien depuis les fresques du Tassili. L'artiste a laissé son empreinte sur plusieurs peintures murales (Monument aux martyrs à Msila) et a aussi confectionné plusieurs décors et costumes pour le théâtre, ainsi que des tapisseries dont une pour l'aéroport de Ryadh (Arabie saoudite). Qualifié par l'écrivain Mohamed Dib de « géomancien qui lit dans les signes pour faire revivre le charme de l'élémentaire dans des toiles éternelles où se confondent passé, présent et avenir », Mohamed Khadda a aussi illustré les livres de grands auteurs comme Jean Sénac, Rachid Boudjedra, Tahar Djaout ou le Français Michel-Georges Bernard. La quête de Khadda est à la fois une recherche singulière et une expérience solidaire. C'est un humaniste engagé dans sa recherche esthétique, mais qui se sent toujours impliqué dans le devenir de la cité. En témoignent ses choix personnels, ses prises de positions politiques comme son adhésion au Parti communiste, ses recherches esthétiques contre l'exotisme et l'arabesque, existentielles contre les verrous de l'imaginaire. Khadda est au centre névralgique d'un combat pour l'art vivant, ancré profondément dans nos pratiques quotidiennes et surgi de notre environnement. Khadda exhume avec tendresse nos richesses. Il capte les sources qui distillent les tensions fortes ou les accords tempérés. Il polit, cisèle amoureusement l'espace pour de jeunes ballerines.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.