Coronavirus: 197 nouveaux cas 161 guérisons et 3 décès    Le Président Mahmoud Abbas achève sa visite en Algérie    Foot: les dettes des clubs professionnels dépassent les 1.000 milliards de centimes    LDC : Le programme des matchs de ce mardi    Légère baisse de la production d'agrumes    Les Benhamadi condamnés    12 militaires et "des dizaines de terroristes" tués    Une Association sahraouie tient l'ONU pour responsable des crimes marocains    Le SG de l'ONU condamne "fermement"    Le dossier sera traité jeudi prochain    Seules deux femmes siégeront à l'APW de Béjaïa    Le procès de Chakib Khelil aura lieu le 20 décembre    En souvenir d'Omdurman    Belmadi quatrième    Plusieurs routes bloquées dans l'est du pays    Tentatives de relance des projets d'amélioration urbaine    Des exploitations agricoles privées d'électricité    "l'industrie musicale vit sa plus mauvaise période"    Importation de véhicules neufs : Les opérateurs dans l'expectative    Grippe saisonnière : Les pharmaciens autorisés à pratiquer la vaccination    Nouvelles de Mostaganem    Une bureaucratie remplace une autre !    Khalfallah Abdelaziz. Moudjahid et auteur : «Notre histoire doit être engagée contre l'amalgame et la déformation...»    Tout dépendra encore des recours    Le RND remporte la présidence de l'APW    L'armée d'occupation israélienne assiège une ville dans le Nord de la Cisjordanie    Le détail qui échappe à Charfi    Séminaire des chefs de mission et des délégués techniques    Purée de courgettes à la menthe    Du gluten dans votre shampooing    Kaïs Yaâkoubi satisfait    Retrouvailles inédites à Doha !    A Tierra met le cap sur Annaba    Et la relance socio-économique ?    Au bled de cocagne !    Le 11 décembre à l'Institut «Cervantès» d'Oran: Conférence en ligne sur des monuments historiques d'Oran    Le renvoi révélateur?    Aziza Oussedik en paisible retraite    Les points à retenir du Conseil des ministres    L'axe incontournable de la relance    Le bras de fer continue !    L'interaction Tamazight et l'informatique    Un riche parcours et des réalisations    7e édition des Journées du cinéma amateur    10 milliards de dollars octroyés à de faux investisseurs    L'Algérie octroie 100 millions de dollars à la Palestine    Les talibans nient les accusations d'«exécutions sommaires»    Mort du combattant anti-apartheid, Ebrahim Ismail Ebrahim    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Un hymne d'amour à la capitale
« Alger, le cri » de Samir Toumi
Publié dans Horizons le 03 - 11 - 2013

C'est en tout cas ce que pense Samir Toumi qui a dédié un excellent récit intitulé « Alger, le cri », paru aux éditions Barzakh, à la capitale. Rencontré à l'issue d'une vente dédicace de son livre à la librairie Tiers-monde, l'auteur souligne d'emblée que son écrit est à la fois une quête de soi et des origines. « Je cherche la parole malgré la difficulté de s'exprimer et l'impossibilité de crier et de dire », affirme-t-il, avant de préciser, toutefois, que dans cette œuvre, il a établi un parallèle entre les difficultés sociales et personnelles. C'est donc naturellement qu'aux tourments qui vrillent ses pensées répondent en écho ceux d'une ville, d'un pays, voire d'une région entière. L'écrivain, qui a entamé la rédaction de ce récit il y a trois ans, évoque les évènements qui ont secoué la Tunisie, pays où il aimait se rendre lorsqu'il se sentait mal dans ville natale. Il écrit à ce propos : « Tunis est la caresse après la gifle. En Kabylie, les rapts continuent. A Tunis, je me suis fait kidnapper par la brise et ses odeurs, par Oum Kalthoum, c'est un si doux kidnapping ». Par ailleurs, l'écrivain affirme, à propos de l'écriture, avoir rencontré beaucoup de difficultés pour écrire ce livre. « J'ai décidé d'écrire pour dire quelque chose. Ce récit m'a pris trois ans, parce qu'il fallait faire un travail de longue haleine sur le style, la langue pour trouver la meilleure formule musicale », soutient l'écrivain qui estime que la publication de ce livre est en soi une réussite. Le livre parle de ce qu'on a ressenti, vécu ou ce qui nous a fait souffrir. « Alger me bouleverse, on a souffert, mais on est resté digne », affirme l'auteur. Et d'ajouter : « Je suis optimiste, parce que mon pays, qui se cherche encore, a une énergie incroyable qui lui permettra de prendre son essor. » Quand il parle de la capitale, il le fait avec sensibilité : « Cette ville m'assaille, elle monte, elle descend. Chaotique, elle m'épuise, ses pulsations désordonnées sont les miennes, miroir de mon incohérence, de mon chaos. Alger, ville éclatée. Alger, ville éclatante au soleil, empoissée dans la grisaille. Violente, on dit de cette ville violente, je pense être violent, comme ma ville ». Il est à souligner que le texte est accompagné de très belles photographies. Au sujet de ses projets littéraires, l'auteur se contentera de dire qu'il ne s'arrêtera pas. Samir Toumi est né en 1968 à Alger où il dirige une entreprise de conseil. « Alger, le cri » est son premier livre.
Djamel O.
« Alger, le cri », 165 pages, de Samir Toumi. Editions Barzakh. Prix public : 600 dinars.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.