Médias : Rabah Karèche quitte la prison    Une journée cauchemardesque pour les usagers    L'Anie impose un black-out autour des listes    Mohad Gasmi, l'homme qui a dit "non" au gaz de schiste    Cour de Tipasa : Annulation des poursuites contre Tabbou    L'ex-ministre Imane-Houda Faraoun condamnée à 3 ans de prison    Le frein de la sous-bancarisation    Nouvel arsenal juridique pour lutter contre la spéculation : L'inquiétude des commerçants    Plaidoyer pour l'implication du secteur privé    Pour mieux protéger l'environnement : Lancement du projet de conversion de 150 000 véhicules au GPLC    Mahrez : "Pas de mots pour décrire le niveau de Benzema"    Henri Stambouli. entraîneur de la JS Kabylie : «On est à la mi-temps de la qualification»    Vers le retour des supporters dans les gradins !    2e tour préliminaire/aller    La fête du Mawlid Ennabawi : Sensibilisation sur les dangers des produits pyrotechniques    La délivrance    La hausse des prix ne connaît pas de répit    Le calendrier des examens trimestriels de l'année 2021/2022 arrêté    Des drames personnels derrière les statistiques de la mort    Situation socioprofessionnelle des enseignants : Le Cnapeste annonce une grève cyclique à partir du 2 novembre    "Les autorités françaises reconnaÎtront un jour le crime d'état"    Fortes pressions de la Cédéao sur le président de la transition Assimi Goïta    Café turc    Le MSP, c'est combien de divisions ?    Waguaf !    Lutte contre la criminalité : Le 87 bis renforcé par une liste des entités terroristes    La nomination de Mistura n'est pas une fin en soi    Levée du couvre-feu sur l'ensemble du territoire national    Une (nouvelle) défaite et des questionnements    Visite guidée au continent des merveilles    «Tamazight di métro !»    Impasse mémorielle    Le procès de Sellal et de son ancien chef de cabinet reporté    Transport par taxi: Le dossier des licences Moudjahidine sur la table    Quand l'Histoire se met en marche    Fati crève l'écran    Une tribune s'écroule en plein match    Solskjaer parti pour rester    Nouvelles mesures à l'encontre des opérateurs    4 ministères aux commandes    Discussions entre les parties syriennes sur la Constitution    Quand la grenouille joue au Boeuf    Troisième nuit de sit-in pour les partisans de l'armée    Concours de dessins dédié aux enfants    Célébration d'« El Mawlid Ennabawi Echarif» 1443    Comme au bon vieux temps    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Où est passée la statue « Chute d'Icare » ?
Sidi Bel-Abbès
Publié dans Horizons le 24 - 01 - 2015


La statue en marbre blanc « Chute d'Icare », réalisée par Auguste Maillard (1864–1944), a disparu de son socle. Placé au niveau du petit Vichy, au centre-ville, ce chef-d'œuvre, qui a été offert par l'Ecole des Beaux-Arts de Paris en 1929 à la municipalité de Sidi Bel-Abbès, n'a pas été revu depuis 2005, année durant laquelle on devait réhabiliter cette œuvre unique en son genre en Afrique et dans le monde arabe avant de l'installer à l'Ecole des Beaux-Arts de la ville. L'association « Espoir », qui milite pour la sauvegarde du patrimoine architectural et culturel de la wilaya de Sidi Bel-Abbès, a déposé une plainte. Selon son président, Talha Djelloul , « il s'agit d'une véritable perte après la disparition du masque de Gorgone volé en 1996 à Annaba et retrouvé en 2011 en Tunisie dans la maison du gendre du président déchu, Zine El Abidine Ben Ali. La « Chute d'Icare » n'est pas le premier objet volé dans la capitale de la Mekerra. C'est le cas aussi de la statue « Orphée Expirant », une sculpture d'Alphonse Eugène Guilloux, qui se trouvait au jardin public. L'association « Espoir » compte défendre le patrimoine bâti de la ville, afin d'éviter sa destruction, son enlaidissement et surtout sa mutilation. Selon son président, elle compte élaborer, dans les prochains jours, des plans pour assurer la gestion et la protection de tout ce qui fait la fierté de Sidi Bel-Abbès

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.