OL : Slimani a participé à sa première séance d'entrainement    Atlético : Dembélé remercie Aulas    Kamel Boughaba inhumé à El Tarf    Accusé d'avoir participé à l'assaut du Capitole, Chuck Norris affirme qu'il s'agissait d'un sosie    Décès de cinq citoyens dans l'explosion d'une bombe artisanale à Tébessa    Reconduction du confinement à domicile dans 29 wilayas du pays    Real - Zidane : "Que voulez-vous, que nous quittions la saison ?"    Mon voyage en Chine(5)    «Revoir les pratiques, pas le système»    M. Chanegriha préside une réunion de travail avec les cadres du MDN    Le Mali au menu du Conseil de sécurité aujourd'hui    Slimani, «bon pour le service», signe pour dix-huit mois à Lyon    La Fifa saisie dans le dossier Boutmen (Club Africain)    Le HCR appelle l'UE à mieux protéger les réfugiés en Europe    Des syndicalistes critiquent la gestion des APC    Gâteau aux raisins secs    L'Algérie opte pour un deuxième vaccin chinois    Hommage à un grand intellectuel, le regretté Pr. Abdelkader Khelladi    Tu veux acheter un lingot ?    La préservation et la réhabilitation du patrimoine culturel sont l'affaire de tous    ESS-MCA, le choc !    Casoni plie bagage    Les transporteurs sanitaires menacent de faire grève    Peine capitale contre les assassins du boxeur Kerrad Mhenna    Le match à ne pas rater pour les Verts    Un an de prison ferme requis contre 7 activistes    Le rabatteur    Des universitaires appellent à sa généralisation dans tout le pays    Trains de banlieue : Environ 80 000 voyageurs par jour    INPED Boumerdès : Une refonte pédagogique salvatrice    Blida : l'ENPI et sa (mauvaise) gestion des cités    Yennayer 2971 : Exposition dédiée à l'artisanat traditionnel    A l'Ouest rien de nouveau !    Une situation épidémiologique stable a l'EHU: Vers une reprise normale des activités médicochirurgicales    Mandat de dépôt pour plusieurs agressions    Le déluge    Yennayer à Batna : la racine des arts    Vol et trafic de pièces archéologiques: Deux individus arrêtés et plus de trois milliards de cts d'objets d'art récupérés    Tiaret: Il y a 59 ans, Hamdani Adda était brûlé vif par l'OAS    Erosion continue du pouvoir d'achat    Bientôt finalisé    Le seuil maximum des retraits porté à 200.000 DA    Les donateurs veulent une révision de la législation fiscale    70 porteurs de projet poursuivis en justice    L'ADE de Sétif passe à l'acte    340 millions de chrétiens persécutés dans le monde    Lancement d'exercices navals en mer d'Oman    L'accusation fait appel du jugement du TSL    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Rajoy gagne des élections secouées par le Brexit
Espagne
Publié dans Horizons le 27 - 06 - 2016

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy, a réclamé « le droit de gouverner », après la victoire de son camp aux législatives de dimanche, trois jours après le vote choc des Britanniques en faveur du retrait de leur pays de l'Union européenne. Le Parti populaire (PP) est arrivé en tête du second scrutin en six mois, avec 137 sièges à la chambre des députés. Il a gagné 14 sièges et quelque 500.000 voix depuis les élections de décembre, mais reste loin de la majorité absolue de 176 députés sur 350. Il a besoin des voix d'autres partis ou au moins de leur abstention pour obtenir la confiance du Parlement.
Hier matin, Mariano Rajoy, 61 ans, a indiqué qu'il appellerait les socialistes et le parti libéral Ciudadanos pour lancer des négociations. Mais ses adversaires socialistes ne sont pas prêts à lui faciliter la tâche. Le Parti socialiste (PSOE), arrivé deuxième avec 85 députés, a refusé, hier, de l'aider. Le porte-parole du groupe parlementaire socialiste, Antonio Hernando, a été moins catégorique. « Je ne vois pas de possibilité d'une grande coalition (avec le PP) ni d'une abstention (en sa faveur) mais le PSOE doit réfléchir », a-t-il dit. Le chef du gouvernement conservateur sortant souhaite que le PSOE change d'avis car il aurait du mal à former une coalition pour gouverner, même avec l'appui des 32 députés de Ciudadanos.
Podemos a perdu le « sourire »
Si le PP est le grand vainqueur du scrutin, la coalition Unidos Podemos, formée par le parti anti-austérité Podemos, dont le slogan a été « le sourire d'un pays », et Izquierda Unida, héritier du Parti communiste, est le grand perdant. Elle a perdu 1,2 million de voix en six mois, même si par le jeu du système électoral elle a conservé 71 sièges, autant que quand les deux partis s'étaient présentés séparément en décembre. « Nous espérions un résultat différent », a reconnu le chef de Podemos, Pablo Iglesias. Les conservateurs, qui ont axé leur campagne contre cette formation, mettant en garde contre les expériences « des extrémistes » et « des populistes », ont crié victoire. Néanmoins, tous les partis espagnols ont promis de tout faire pour éviter de rappeler les électeurs aux urnes pour un « troisième tour ». Ils ont été appelés à leurs obligations par le contexte du Brexit qui a déjà entraîné une chute sans précédent de la Bourse de Madrid vendredi. Rajoy a promis de consulter ses adversaires avant de se rendre au Conseil européen convoqué aujourd'hui pour faire face au départ du Royaume-Uni de l'Union européenne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.