Tottenham: Levy sème le doute sur un potentiel départ de Kane !    Danemark: Laudrup allume l'UEFA !    Reprise du pompage de l'eau au barrage de Boussiaba    La direction du tourisme table sur une meilleure gestion des plages    Tensions sur fond de corruption    BRÈVES...    Le deux poids, deux mesures de l'Anie !    Les textes d'application enfin ficelés    Le Liberia remplace le Burundi    Cap sur le championnat    Euro 2020 : Le programme du jour    Timor oriental soutient, l'alliance des partis sud-africains condamne    Un réseau de passeurs démantelé    Bengrina au-dessus des lois ?    Ouverture aujourd'hui des «Nuits du cinéma égyptien» en Algérie    Béjaïa : Difficile d'atteindre le 1% de votants    Tizi Ouzou : 99% des électeurs ont boudé le scrutin    Des Verts imbattables !    "CETTE SELECTION VA ME BOOSTER"    Pétition pour le retrait de confiance au ministre de l'Intérieur    L'Opep table sur une accélération de la reprise de la demande    Le hadj autorisé pour 60 000 Saoudiens vaccinés    Les membres officiellement désignés    Reprise aujourd'hui des RDV pour le visa espagnol    Déroulement du scrutin, vote de personnalités politiques et taux de participation à la Une de la presse    Arrêtées jeudi et vendredi: Plusieurs personnes libérées    L'impératif de l'investissement pour le G7    Députés, mécaniciens et plombiers    Pour préserver le cadre de vie et l'environnement de leurs quartiers: Des commerçants revendiquent des lieux pour l'entreposage de cartons    Gdyel: De nouvelles infrastructures pour la prochaine rentrée scolaire    Djamel Belmadi: «On a eu ce qu'on voulait»    Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie: Un séminaire pour le lancement de la 2ème promotion MBA Corporate    L'Algérie nouvelle, alea jacta est !    Les travaux de restauration des Arènes achevés: Des activités culturelles et sportives après la levée du confinement    La mission du futur gouvernement : Mettre en état un Etat qui était dans tous ses états (1ère partie)    Un casse-tête appelé «salles des fêtes»    Trois Algériens arrêtés    Le Président du Timor oriental réitère le soutien à la cause sahraouie    Un Shopping Maul    93 millions de dollars à économiser    Un adolescent tué par des soldats sionistes en Cisjordanie    L'ONU constate une baisse des attaques    L'abécédaire de l'âme en peinture    Le cinéaste russe ne défendra pas son film    La force du côté obscur des salles!    La pratique et la compétition politiques s'améliorent    Le FLN aspire à contribuer à l'édification des institutions de l'état    Un nouveau gouvernement formé au Mali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les chefs des groupes parlementaires fustigent le discours alarmiste
Projet de loi de finances 2017 au Conseil de la nation
Publié dans Horizons le 05 - 12 - 2016

Abdelmadjid Bouzriba, président du groupe parlementaire du RND, a dénoncé « les vives critiques » qui ont émané de certaines parties qui auraient pour visée d'induire en erreur l'opinion publique. « Au lieu de présenter des solutions, elles font dans l'alarmisme et la surenchère en prévision des prochaines échéances électorales », déclare-t-il. « Le pays est en train de vivre une expérience politique inédite en raison de la crise budgétaire qui le secoue de plein fouet, mais sous la direction de notre chevronné chef d'Etat, connu pour son intelligence et sa clairvoyance, l'Algérie a engagé de profondes réformes dans le souci de préserver les équilibres financiers », poursuit Bouzriba avant d'affirmer que ledit texte renferme de nombreuses dispositions avantageuses surtout qu'il a été élaboré sur une période triennale, une « première » dans les annales des lois de finances algériennes.
Le RND, qui soutient et soutiendra le président de la République, dira le parlementaire, ne s'empêchera pas d'interpeller le gouvernement pour qu'il accélère la cadence de la réforme du système fiscal et faire preuve de plus de « rigueur » dans le contrôle. « Nous appelons l'Exécutif à veiller au contrôle rigoureux du marché marqué par des prix excessifs. Nous soutenons la décision de baisse de la facture de l'électricité pour les habitants du Sud et nous plaidons pour l'instauration du même principe concernant celle du gaz dans les Hauts-Plateaux, notamment en période hivernale. » « Le RND est favorable à toute réforme économique contenue dans ce projet de loi de finances auquel nous disons oui », soutient Bouzriba. Il dira que son parti approuve le texte qui comprend « des dispositions qui renforcent la souveraineté décisionnelle du pays ». A propos des taxes introduites par ce projet, il s'est contenté de dire que l'opposition, par ses faibles arguments, fait dans l'alarmisme dans le but d'inquiéter les citoyens. Zoubiri a souligné que la préservation des acquis « implique inéluctablement des concessions et des dépenses ». Il a laissé entendre que le gouvernement se devait de chercher de nouvelles ressources avant d'instaurer de nouveaux impôts. Il est important aussi, indique-t-il, de moderniser le secteur des finances au même titre que l'intérieur et la justice et de lutter efficacement contre la fraude fiscale. La contrebande et le marché parallèle sont autant de phénomènes à bannir. A propos des augmentations contenues dans le projet, l'orateur a estimé qu'elles « sont minimes, mais impératives » pour préserver les grands équilibres du pays. En somme, il a affirmé que cette crise passagère a quelque chose de bon dans la mesure où elle nous oblige à nous affranchir de la dépendance aux hydrocarbures. El Hachmi Djiar, président du groupe parlementaire du tiers présidentiel, a estimé, quant à lui, que nul ne peut nier cette conjoncture difficile. « Nous avons négligé durant les années 1980 et 1990 de nombreuses crises ayant engendré de sérieuses perturbations sociales. Grâce aux sages décisions du président de la République, nous avons pu les surmonter », déclare-t-il en faisant remarquer que l'Etat demeure le seul détenteur de la décision économique. Djiar plaide pour un diagnostic juste de la situation afin de pourvoir y faire face et la dépasser. Pour ce faire, il faudra travaille sur douze chantiers. Il s'agit notamment d'élargir notre économie, de revoir la politique des subventions et la protection sociale et de prendre en charge les problèmes de fiscalité et d'information économique.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.