Real : Kroos évoque la rumeur Pogba    Louisa Hanoune maintenue en prison    L'initiative d'Ali Yahia, de Taleb Ibrahimi et de Benyelles mérite réflexion    La deuxième phase entamée hier    L'Opep dit non à Trump    Report du procès de Ali Haddad    Une première action réussie pour les pharmaciens    Onze nouveaux postes électriques pour améliorer la qualité de service durant l'été    Le procès d'Ali Haddad renvoyé au 3 juin    Téhéran rétorque à Trump qu'il ne mettra «pas fin à l'Iran»    Drapeau palestinien à Tel-Aviv    L'armée égyptienne élimine 12 terroristes présumés    Gaïd Salah persiste et signe    Les Canaris à l'écoute de Bologhine    John Baraza pense que «le Sénégal et l'Algérie ne sont pas imbattables»    Accord trouvé pour arrêter la grève des joueurs    Feghouli s'offre un doublé    La CGATA refuse de se réunir avec une mission de l'OIT    130 comprimés psychotropes saisis par la police    ACTUCULT    Chaou en clôture au TNA    "Une beauté loin d'être déserte"    Nouvelle protestation des journalistes de l'ENTV    Gâteau de crêpes    570 000 euros et 101 000 dollars saisis à l'aéroport d'Alger    Propositions de sortie de crise : Le chef d'état-major de l'ANP verse dans le déni de réalité    Le bilan de l'offensive de l'ANL sur Tripoli passe à 510 morts    Croissance de 7% de l'activité portuaire de l'Algérie    Le Premier ministre du Niger entame une visite à Alger    Pour éviter l'accentuation de la crise économique : Le président de l'UFDS, Nourredine Bahbouh, appelle à l'amorce d'un dialogue rapide    Le WA Tlemcen saisira le TAS    Boulaya prolonge jusqu'en 2022    Le Conseil de sécurité veut l'application de l'Accord d'Alger    3000 agents font la chasse aux nouveaux électeurs    La liste des arrestations toujours ouverte    Vodafone : Le groupe baisse son dividende pour contenir sa dette    Trois ans pour le faussaire    Après le f'tour à la plage, le f'tour à la Casbah    Mort par électrocution d'un employé de Sonelgaz    Bedoui annonce de nouvelles mesures    Canada : Le pétrole de l'Alberta va-t-il raviver la flamme indépendantiste au Québec ?    L'appel des trois suscite toujours des réactions    L'Onu se saisit de la crise séparatiste au Cameroun Paul Biya s'ouvre au dialogue    Le tableau des demi-finales connu    Une expérience de jazz algéro-polonais    A la rencontre de Massinissa    L'élégie de la résilience    Al Jahidh, écrivain encyclopédiste arabe hors pair du 8ème et 9ème siècle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abondance des produits agricoles sur les marchés locaux
La valorisation des terres
Publié dans Horizons le 04 - 01 - 2017

Des étals remplis de légumes et des camionnettes sillonnant la ville de Tamanrasset pour vendre la pomme de terre à 40 DA/kg et la tomate à 50 DA/kg. Il y a quelques années, ces scènes étaient inimaginables. Et pour cause, la pomme de terre, rare à l'époque, était cédée entre 150 et 200 DA. Au marché des légumes, comme ailleurs, une abondance et une variété des produits agricoles sont visibles. Outre les prix, proches de ce qui s'applique ailleurs, la qualité de ces produits est très bonne.
Ce sont les premiers résultats de la politique de valorisation des terres agricoles dans l'extrême sud du pays. Une région appelée à devenir un grand pôle économique et pourquoi pas agricole depuis l'arrivée de l'eau dessalée. « Les premiers essais de production de la pomme de terre, effectués à In Amguel, Idless et Tazrok, ont porté leurs fruits », ont affirmé les agriculteurs, pour qui « il reste à régler le problème du transport de la semence qui demeure excessivement cher ». A ce propos, ils espèrent « l'introduction de la semence dans la liste des produits remboursables », ce qui devrait favoriser davantage le travail au lieu du commerce. D'autres essais sont en cours à Tit, Tam, Outoul, Ihalfen, Azerzy pour la prochaine saison. Tamanrasset a connu, ces trois dernières années, une progression de la production des produits maraîchers, jusqu'à atteindre l'autosuffisance en navets, courgettes, et autres.
Un effort appelé à être soutenu puisque les agriculteurs espèrent la poursuite de la distribution des terres et des serres dans les différentes régions de la wilaya pour pouvoir poursuivre ce processus de développement du secteur. « Nous sommes passés d'une agriculture vivrière à une agriculture productive afin d'assurer une production locale suffisante, même si tout dépend de la pluviométrie », ont affirmé des agriculteurs de la région. Le manque de la ressource hydrique peut être comblé par le développement de la plasticulture. En outre, les agriculteurs locaux préconisent de ramener, après sélection, des essences de légumes du Sahel plutôt que du Nord. Une idée qui vient suite à la réussite de la plantation du piment. En attendant, la fermeture momentanée de la frontière avec le Niger depuis la détection d'un virus qui touche le cheptel de ce pays a suscité des inquiétudes chez les éleveurs et les consommateurs.
Le premier impact de cette décision a été la hausse des prix de la viande ovine. Outre la fermeture de la frontière, les services de l'agriculture ont pris des mesures conservatoires et de surveillance épidémiologique, appuyées par un travail de sensibilisation des éleveurs pour s'assurer de la non-propagation du virus en Algérie. Les inquiétudes soulevées par les professionnels trouvent leur origine dans le fait que le pâturage est transfrontalier dans cette région. Ainsi, les éleveurs algériens vont à « Tamessna », une région située sur un rayon de 400 km entre le Niger et le Mali pour le pâturage. Une pratique en vigueur depuis la nuit des temps. La fermeture de la frontière est intervenue à un moment où il y a eu une bonne pluviométrie en Algérie, ce qui a entraîné l'entrée d'une bonne partie du cheptel contrôlé pour le pâturage. Par ailleurs, les agriculteurs et les éleveurs relancent leur appel pour la mise en place d'un recensement exhaustif en vue d'attribuer la carte d'éleveur aux vrais professionnels et contribuer ainsi à la réduction des pratiques de contrebande des animaux. Entamée récemment, l'opération a donné ses premiers résultats et peut être utilisée comme référence dans cette opération en exigeant l'obligation de la présentation du certificat vétérinaire de bouclage pour le renouvellement de la carte d'éleveur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.