Rivière asséchée !    Le Grand Sud, cette Algérie utile    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Envoi de troupes de l'ANP au Sahel: Le démenti de l'ambassade de France    Football - Ligue 1: De belles affiches au programme    Ligue 2 - Groupe Est: Choc à Tadjenanet, retrouvailles à El-Eulma    ASM Oran: La volte-face de Kamel Mouassa !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Macron reconnaît: Ali Boumendjel «torturé puis assassiné» par l'armée française    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Les explications de Cevital    163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès en 24 heures    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    Le leader en péril à Biskra    Les présidents de trois partis reçus par le chef de l'Etat    Les facteurs déterminants du cours des hydrocarbures    L'Algérie entame sa véritable course dans le processus de l'émergence    Les Soudanais autorisés à entrer en Algérie    Suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    RCR-USMBA délocalisé au stade de Chlef    «Mon plus grand soutien, c'est l'Armée !»    Enregistrement audio de chansons et musiques    La France reconnaît que son armée a assassiné Ali Boumendjel    Le court métrage algérien «Mania» primé    La RASD, un combat séculaire, une volonté populaire pour une défaite Inéluctable du colonialisme    Djerad: mettre en place des plateformes en ligne pour les demandes d'exercice d'activité socio-économiques    Beldjoud préside la cérémonie d'installation du wali d'El Meghaier    Le Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis    M. Chitour évoque les opportunités de coopération et de partenariat avec l'ambassadeur d'Espagne en Algérie    Coronavirus: 163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès    Prétendu engagement militaire de l'Algérie dans le Sahel: l'ambassade de France dément des propos attribués à Macron    Le lion change de look    Actuculte    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Zones d'ombre: le programme du président de la République sera concrétisé    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Marche des étudiants à Alger    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Relaxe pour le maire d'Afir    10.000 logements à la clé    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La rationalisation pour réduire les factures
Tamanrasset - Utilisation de l'énergie électrique dans le Sud
Publié dans Horizons le 04 - 01 - 2017

« Nous avons reçu plusieurs réclamations sur les montants élevés de l'électricité à In Guezzam. Lorsque nous avons envoyé une inspection, il s'est avéré que c'est la mauvaise utilisation de cette énergie qui est à l'origine de ces montants. C'est pour vous dire qu'en plus de la hausse de la TVA et de la nouvelle tarification mise en place, le gaspillage est l'un des facteurs qui crée les mauvaises surprises aux habitants de l'extrême sud du pays », a soutenu Ali Nasri, directeur de l'énergie à Tamanrasset.
Comme chaque année, la campagne d'information et de sensibilisation sur la rationalisation de l'énergie électrique a été lancée début octobre 2016 à Tamanrasset. S'étalant jusqu'au mois de mars, cette campagne se concrétise à travers plusieurs actions menées sur le terrain, à l'instar des messages et débats sur la radio locale, l'organisation de portes ouvertes sur les risques liés à la mauvaise utilisation du gaz et de l'électricité, l'explication de la nouvelle tarification mise en place et autres. Les agents de Sonelgaz font aussi le porte-à-porte à travers la diffusion d'informations et la remise de brochures aux usagers au moment de la remise de la facture. La campagne concerne les écoliers et autres adhérents à qui les agents dispensent des cours de sensibilisation dans les écoles et les centres de formation professionnelle. Des rencontres avec les représentants de quartiers sont également tenues pour sensibiliser « contre les agressions d'ouvrages, la fraude d'électricité, le branchement illicite... ».
La société civile, les Scouts, la Protection civile et plus particulièrement les femmes ne sont pas exclus de cette campagne qui prend en charge aussi le phénomène de l'électrocution. « Le plus important pour nous, c'est de faire passer le message par tous les moyens et avec toutes les catégories de la société », dira le responsable local. Si dans le Nord, le nombre des victimes du monoxyde de carbone ne cesse d'augmenter, dans les régions du Sud, c'est l'intoxication due à l'utilisation d'« el madjmer », un outil pour se réchauffer, qui est à l'origine du décès de plusieurs personnes. « Le froid du Sud est insupportable. Les habitants dorment près de lui alors qu'il est toxique », a expliqué Hafida Rebaï, chargée de communication à la Sonelgaz. Selon elle, plusieurs cas de décès ont été enregistrés à Tamanrasset et à In Salah. « Ça prend de l'ampleur ces dernières années. C'est un produit toxique et les gens ne sont pas encore conscients de sa nocivité », relève-t-elle. La nouvelle tarification de l'électricité, mise en application en 2016, a porté une hausse de la TVA de 10 à 17% et une catégorisation de la consommation. « Chacun paye selon sa consommation », a expliqué la chargée de communication à Sonelgaz. La décision de l'Etat de soutenir à raison de 50% le prix de l'énergie pour les habitants dont la consommation ne dépasse pas 10.000 kilowatts dans les régions de l'extrême sud du pays, a perdu de son effet avec l'entrée en vigueur de cette nouvelle tarification. « Dans le Sud, la consommation est très élevée, dépassant chez la majorité des foyers les 10.000 kilowatts, ce qui donne des factures bien salées », a-t-elle indiqué. Face à la protestation des habitants notamment durant l'été, la Sonelgaz a mis en place le système de payement par échéancier durant la même année.
Le climat dur et les fortes chaleurs sont à l'origine de l'utilisation excessive de l'énergie. « Ici, on ne peut pas vivre 7 mois sans climatiseur. Le climat est difficile. Les gens meurent à cause de la chaleur et il est très difficile d'aller à In Salah, In Guezzam et Tinzaouatine et sensibiliser sur la rationalisation de l'énergie et la facturation car ils savent que les conditions climatiques ne sont pas comme au Nord ». A Tamanrasset, le taux de couverture en électricité a atteint 98% alors qu'il est de 12% pour le gaz. « En dépit de l'aide accordée par l'Etat, l'installation des réseaux de gaz reste coûteux pour la plus grande partie des ménages, ce qui a freiné la couverture », a-t-elle indiqué. Pour dépasser cette contrainte, la Sonelgaz a décidé de prendre en charge l'installation dans les ménages si elle ne dépasse pas 45.000 DA. Elle accorde un échéancier de payement sur trois ans. Si le gaz est arrivé à Tamanrasset en juin 2015, à In Salah, l'opération de raccordement n'a pas beaucoup avancé. « Ça peut être en raison du climat et des habitudes des habitants. Au début, ils ont eu peur mais nous avons fait beaucoup de sensibilisation pour diminuer cette crainte et assurer la sécurité des installations », a-t-elle indiqué. L'électrification rurale a connu, quant à elle, une bonne accélération en 2016 vu qu'elle a atteint plusieurs villages éloignés sur un circuit de 150 km. Ainsi, 29 villages ont été alimentés en énergie électrique dont Tahifet, Tahawhawt, Indalek qui exploitaient, avant cette date, l'énergie solaire.
« Le nombre d'habitants dans ces villages a augmenté et la demande sur l'électricité aussi étant donné que l'énergie solaire ne peut pas répondre aux nouveaux besoins », a-t-elle souligné. Le projet se poursuit et concernera prochainement Amguid et Arak où des micro-centrales seront installées avant de mettre en place le réseau de distribution.
N. B.
Que faire pour réduire la facture ?
Utiliser la lumière du jour.
Utiliser les lampes économiques disponibles sur le marché avec une durée de vie de 4 ans.
Utiliser les ventilateurs au lieu du climatiseur quand la température est clémente.
Mettre les rideaux, fermer les fenêtres pour garder la fraîcheur du climatiseur.
Acheter des climatiseurs selon les dimensions de la chambre.
Ne pas mettre des repas chauds au réfrigérateur.
Assurer son entretien et une distance d'aération.
Utiliser une machine à laver sans l'option du sèche-linge.
Ne pas utiliser le séchoir et fer à repasser dans les heures de forte consommation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.