réunion président de la FAF- membres des différents staffs des Verts pour préparer le Cameroun    Man United : Martial très proche de ce club    L'UE interpellée sur l'illégalité des activités économiques au Sahara occidental    Le Président Tebboune rencontre des représentants de la communauté nationale en Egypte    Burkina Faso: incertitude autour du sort du président Kaboré, appels au dialogue    Comores : Un défenseur pour garder les buts face au Cameroun    Covid-19: le dispositif de protection reconduit pour 10 jours à compter de mardi    Handi-basket / Championnat d'Afrique : l'Algérie s'impose devant l'Afrique    Affaire Metidji: 5 ans de prison ferme pour Sellal et 8 ans à l'encontre de Metidji    Coupe de la CAF: JSK-Royal Léopards d'Eswatini décalé à jeudi    Du fleuve de sang et de larmes... au rayonnant Hirak    Le président Tebboune quitte Alger à destination de l'Egypte    Covid: malgré sa contamination, le personnel médical continue de braverla pandémie et assurer le service    Le dinar poursuit sa baisse face au dollar    Les voies de la résilience    Des reports de procès en cascade    Les notaires emboîtent le pas aux avocats    Le dernier délai de la Cnas d'Alger aux employeurs    Les Verts n'ont jamais raté les matches barrages    MSF accuse la coalition menée par l'Arabie saoudite    L'Amérique livre le premier Super Hercules à l'Algérie    Le ras-le-bol des Oranais    "La physionomie des couples algériens a beaucoup évolué"    Farès Babouri veut nous faire sortir de notre zone de confort    Le prix "Halli-Ali" décerné à Mohamed Yadadène    Colloque sur l'engagement intellectuel durant la Guerre d'Algérie    Quelque 4 millions d'euros et 1 million d'USD d'exportations hors hydrocarbures en 2021    Tebboune entame aujourd'hui une visite de travail et de fraternité en égypte    Un soldat français tué à Gao    De l'ecstasy et du kif traité saisis par la police    «La hausse des prix n'est pas à l'ordre du jour»    La FAF suspend momentanément les compétitions    La grève des boulangers massivement suivie    L'association culturelle «Saharienne», un outil de valorisation des artistes et des arts    Coups de théâtre à répétition !    Bouira - Université : suspension des cours jusqu'à début février    RC Kouba: Est-ce la bonne saison ?    La solution des autotests    «50% des centres inaptes à accueillir l'examen»    La junte nomme les membres du Conseil national de transition    Quel crédit accorder à l'initiative?    Le rapport déposé incessamment sur le bureau de l'APN    Où en est la ruée vers l'or?    123 morts en 4 jours    Focus sur les intellectuels    L'ADN de la Nation algérienne    Pionnier de la musique kabyle    Les avocats prônent la prudence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le ras-le-bol des citoyens
Factures salées de l'électricité
Publié dans Le Midi Libre le 03 - 12 - 2016

Les citoyens sont nombreux à contester les factures salées de la consommation électrique. Des groupes s'organisent dans des wilayas pour des sit-in de protesta afin de manifester leur ras-le-bol.
Les citoyens sont nombreux à contester les factures salées de la consommation électrique. Des groupes s'organisent dans des wilayas pour des sit-in de protesta afin de manifester leur ras-le-bol.
Depuis l'augmentation de la TVA propre à la consommation de l'énergie électrique, les citoyens ressentent les effets dévastateurs des factures trimestrielles. Récemment un groupe de citoyens sont descendus à la rue pour protester contre ces factures salées et « inexpliquées ». Selon des témoins sur place, des citoyens exhibaient des factures où il est mentionné des tarifs de paiement entre 6000 et 9000 DA.
Le même constat à la ville d'El Oued où des travailleurs agricoles ont brandi devant le siège de Sonelgaz des panneaux de contestation sur les abus des factures de paiement des tarifs de l'électricité où on pouvait lire « mesure injuste ». Ce qu'il faut savoir sur les tarifs qui sont jugés exagérés par les consommateurs moyens, c'est la manière d'augmenter ces tarifs. Aussi, selon la commission de régulation de l'électricité et du gaz (CREG),
il est relevé dans un communiqué que « pour les basses tensions, il n'y a pas de changement des prix concernant les tranches 1 et 2 mais pour les tranches 3 et 4 il y a des hausses respectives de 15,15% et 31,31% par rapport à la tranche 2 ».
Autrement dit, les ménages paieront plus dès qu'ils franchissent la tranche 3 sur la base des tarifs au kilowatt heure. Ce calcul retient pour les tranches 3 et 4 entre 250 et 1000 KWH où les prix seront décidément compris entre 4,8 et 5,48 DA. Avec de tels réajustements, la plupart des citoyens sont obligés de consommer à partir de la tranche 3 avec notamment la consommation sur les climatiseurs, robots de cuisine et machine à laver.
De tels équipements selon, l'Agence nationale de rationalisation de l'utilisation de l'énergie rendent la consommation du simple au double. Ce sont particulièrement les couches sociales démunies qui en ressentent les effets même s'ils tentent de diminuer leur consommation. Un des responsables du groupe Sonelgaz explique dans une déclaration à la Radio nationale « qu'un client qui consomme 450 KWH et qui s'acquittait d'une facture de 2700 DA va devoir payer 2900 DA pour la même consommation ».
Comment alors des ménages qui consomment moins que 450 KWH se retrouvent avec des factures de paiement au-delà de 3000 DA. Sans compter que le tarif de consommation du gaz a accusé lui aussi une augmentation d'une unité, ce qui va encore accentuer les tarifs.
Ce sont les populations des wilayas du Nord qui paieront plus alors que le ministère de l'Energie a procédé dernièrement à réduire la facture électrique pour les wilayas du Sud à près de 50% pour les ménages et agriculteurs utilisant la basse tension sur un cumul annuel de 12.000 KWH.
Pourquoi donc des protestations dans ces régions alors que l'Etat ait déjà consenti la réduction ? Il est précisé également que les 3 wilayas des Hauts- Plateaux Djelfa, El Bayadh et Naâma sont concernées par une réduction des tarifs à l'ordre de 10% et ce conformément à l'instruction interministérielle n°2 de août 2001.
Mais on s'interroge pourquoi avoir retenu seulement 3 wilayas des steppes alors que d'autres villes comme Tiaret et Saida comptent comme des régions de Hauts-Plateaux. En tous les cas, les semaines à venir feront réagir beaucoup de citoyens sur ces récentes augmentations qui ne sont pas « minimes » selon les hauts responsables du secteur énergétique.
Depuis l'augmentation de la TVA propre à la consommation de l'énergie électrique, les citoyens ressentent les effets dévastateurs des factures trimestrielles. Récemment un groupe de citoyens sont descendus à la rue pour protester contre ces factures salées et « inexpliquées ». Selon des témoins sur place, des citoyens exhibaient des factures où il est mentionné des tarifs de paiement entre 6000 et 9000 DA.
Le même constat à la ville d'El Oued où des travailleurs agricoles ont brandi devant le siège de Sonelgaz des panneaux de contestation sur les abus des factures de paiement des tarifs de l'électricité où on pouvait lire « mesure injuste ». Ce qu'il faut savoir sur les tarifs qui sont jugés exagérés par les consommateurs moyens, c'est la manière d'augmenter ces tarifs. Aussi, selon la commission de régulation de l'électricité et du gaz (CREG),
il est relevé dans un communiqué que « pour les basses tensions, il n'y a pas de changement des prix concernant les tranches 1 et 2 mais pour les tranches 3 et 4 il y a des hausses respectives de 15,15% et 31,31% par rapport à la tranche 2 ».
Autrement dit, les ménages paieront plus dès qu'ils franchissent la tranche 3 sur la base des tarifs au kilowatt heure. Ce calcul retient pour les tranches 3 et 4 entre 250 et 1000 KWH où les prix seront décidément compris entre 4,8 et 5,48 DA. Avec de tels réajustements, la plupart des citoyens sont obligés de consommer à partir de la tranche 3 avec notamment la consommation sur les climatiseurs, robots de cuisine et machine à laver.
De tels équipements selon, l'Agence nationale de rationalisation de l'utilisation de l'énergie rendent la consommation du simple au double. Ce sont particulièrement les couches sociales démunies qui en ressentent les effets même s'ils tentent de diminuer leur consommation. Un des responsables du groupe Sonelgaz explique dans une déclaration à la Radio nationale « qu'un client qui consomme 450 KWH et qui s'acquittait d'une facture de 2700 DA va devoir payer 2900 DA pour la même consommation ».
Comment alors des ménages qui consomment moins que 450 KWH se retrouvent avec des factures de paiement au-delà de 3000 DA. Sans compter que le tarif de consommation du gaz a accusé lui aussi une augmentation d'une unité, ce qui va encore accentuer les tarifs.
Ce sont les populations des wilayas du Nord qui paieront plus alors que le ministère de l'Energie a procédé dernièrement à réduire la facture électrique pour les wilayas du Sud à près de 50% pour les ménages et agriculteurs utilisant la basse tension sur un cumul annuel de 12.000 KWH.
Pourquoi donc des protestations dans ces régions alors que l'Etat ait déjà consenti la réduction ? Il est précisé également que les 3 wilayas des Hauts- Plateaux Djelfa, El Bayadh et Naâma sont concernées par une réduction des tarifs à l'ordre de 10% et ce conformément à l'instruction interministérielle n°2 de août 2001.
Mais on s'interroge pourquoi avoir retenu seulement 3 wilayas des steppes alors que d'autres villes comme Tiaret et Saida comptent comme des régions de Hauts-Plateaux. En tous les cas, les semaines à venir feront réagir beaucoup de citoyens sur ces récentes augmentations qui ne sont pas « minimes » selon les hauts responsables du secteur énergétique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.