Karim Younes: le changement escompté passe par la poursuite du dialogue et du débat dans la sérénité    Réunion d'Alger sur la Libye: appel à s'inscrire dans le processus de dialogue politique    Tébessa: élargir les fouilles pour mettre au jour d'autres pièces archéologiques    Saisie de plus de 10 quintaux de kif traité à Naâma (MDN)    Bordj Bou Arreridj: alimentation en eau potable avant l'été de 30 communes    CAN à Laâyoune occupée: appel à préserver le sport de l'instrumentalisation politique    Habitat: Installation de Tarek Belaribi au poste de DG de l'AADL    AS Monaco: Slimani cherche bien à partir, mais...    L'Algérie n'importera plus de semences de pomme de terre à partir de 2022    Le Hirak face aux ambitions partisanes    Appel à l'accompagnement des professionnels    PwC Algérie passe au crible les dispositions fiscales    Le phénomène Saïd ! Prince Saïd !    Dans leur confort lointain, ils pensent !    L'Algérie a un rôle clair dans la relance de l'accord de paix au Mali    Les révélations du chef de l'Etat    Irak : plus de dix manifestants tués en une semaine    Alger, la diplomatie française et l'effet Merkel    Aïn Témouchent : le moudjahid Abdelaziz Hatri n'est plus    "Je sentais que nous allions avoir l'Algérie"    Dumas : "Satisfait de mon groupe"    Démolition de l'hippodrome Ghellab-Attia    Ce que propose le PAD    Contrôle sanitaire aux points d'entrée en Algérie    Et si vous faisiez de l'hypertension ?    Tarte aux pommes    Les aliments anticholestérol    Le RCD dénonce "une injonction d'apprentis dictateurs"    .sortir ...sortir ...sortir ...    Ahmed El-Mili raconte Milev, berceau de son enfance    La célèbre actrice de télénovelas Regina Duarte veut prendre la tête de la culture    «Traduire l'œuvre de René Guénon en arabe était pour nous un vrai défi»    "Wassiet El Hattab", nouvelle pièce pour enfants    Du rififi à l'Opéra d'Alger    USMA : Hamra « Battre le Wydad ne relève pas de l'impossible »    Patrick Juillard : «Par rapport au reste du plateau, l'Algérie est bien lotie dans ce tirage des éliminatoires de la coupe du monde»    Entrevue du Président de la République avec des responsables de médias    Blida: Journée d'information sur la loi de finances 2020    Difficultés financières, enregistrement des médicaments...: Les opérateurs de la pharmacie vident leur sac    Aménagement de la piscine de Medina Jedida Des instructions pour le respect des délais de livraison    Ligue 1 - Mise à jour: Le PAC sur ses gardes face au CSC    Skikda: Des habitants de Ali Hazila Ramdane barrent la route    Tlemcen: 34 réseaux de trafic de drogue démantelés en une année    108 familles relogées à Ouled-Fayet    Issad Rebab classé 6e fortune d'Afrique    Recep Tayyip Erdogan en visite à Alger    Des roquettes tirées près de l'ambassade américaine à Baghdad    Une pétition lancée pour réclamer une salle de cinéma    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un outil de protection du consommateur
Le projet sur la métrologie débattu à l'APN
Publié dans Horizons le 04 - 01 - 2017

Le projet renferme aussi des sanctions « draconiennes » contre les « fraudeurs » et des mesures protégeant le consommateur et l'économie nationale. C'est ce qu'à déclaré, hier, Abdessalem Bouchouareb, ministre de l'Industrie et des Mines, dans sa réponse aux députés en présentant les grandes lignes du texte. Dans une séance plénière présidée par Mohamed-Larbi Ould-Khelifa, le ministre a défendu son projet en confirmant, après une vingtaine d'interventions de parlementaires, qu'il s'agit d'une « loi rigoureuse ayant un caractère d'urgence ». Elle s'inscrit aussi dans le sillage des réformes économiques globales initiées par son département. « Malgré sa forme technique, son domaine d'application relève de la souveraineté nationale. La loi algérienne sur la métrologie n'a pas connu de révision depuis plus d'un quart de siècle », a indiqué Bouchouareb. Selon lui, la définition d'un système national de métrologie « s'impose » pour fixer les bases concernant les exigences nationales appropriées, fondées sur des prestations de mesurage reconnues et accessibles. Ce projet de loi « constitue la première pierre d'une politique qui consolide les efforts déployés par les pouvoirs publics ces dernières années ». Il reflète aussi la stratégie nationale dans le domaine de la métrologie pour l'ensemble des domaines régaliens et des activités liées à l'industrie et aux services. Il s'agit de répondre aux besoins des échanges commerciaux nationaux et internationaux, dans les domaines de la santé, de la sûreté et sécurité, de la protection du consommateur, de la répression des fraudes, de l'enseignement et de la recherche, des entreprises publiques ou privées.
Le projet propose un nouveau schéma organisationnel pour le système national de métrologie articulé autour d'un conseil national de métrologie. Ce dernier va assurer la coordination des actions des différents départements ministériels dans le domaine de la métrologie. Une entité nationale de métrologie, unique autorité, va gérer et coordonner toutes les questions de la politique métrologique. Un réseau de laboratoires d'étalonnage de référence sera développé pour satisfaire les besoins en étalonnage exprimés par la société et jouer un rôle complémentaire avec le laboratoire national de référence en métrologie de l'entité nationale. Le ministre a reconnu que la prise en charge de la métrologie souffre d'un vide « structurel » dans le domaine de l'industrie. L'ensemble du dispositif actuel est piloté par l'Office national de métrologie légale (ONML) dont l'organisation date de 1986. Pour Bouchouareb, « on ne peut pas exiger des opérateurs des produits de qualité, sans système de métrologie répondant aux standards internationaux ».
Les textes d'application des projets adoptés par le Parlement prêts fin mars
Dans sa réponse, le ministre a rassuré les députés. « Les textes d'application des différents projets de loi adoptés par le Parlement seront publiés avant fin mars prochain », a-t-il assuré. « Les projets sont fin prêts au niveau du secrétariat général du gouvernement », a-t-il précisé. Lors des débats, le député Rachid Khan, du PT, a souligné qu'un tel projet s'impose. « Sans les normes requises, la qualité restera toujours à la traîne », a-t-il clamé. Il a invité le ministre à publier diligemment les textes d'application. Tayati, députée du FFS, a salué le contenu du projet. Néanmoins, elle a plaidé pour une clarification de certains concepts techniques. Hassan Bounefla, du FLN, a estimé que « le projet devra protéger la production nationale de la contrefaçon ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.