«Repêchage» de listes électorales    Seuls 16% du programme national achevés    Des entreprises mises en garde par Tebboune    Plus de 730 commerçants mobilisés pour la fête de l'Aïd el-Fitr    Amine Makboul appelle les régimes qui normalisent avec l'entité sioniste à revoir leurs politiques    Libye : après le conflit fratricide, la paix est-elle de retour ?    Le Maroc s'en prend à l'Iran    «Il n'y a aucune mise à l'écart de joueurs et personne ne me dicte mes choix»    Les Belouizdadis ne décolèrent pas    Sablés aux beurre, amandes et noisettes    Le désarroi des parents d'élèves    Bilan de la vaccination contre le Covid-19    15 000 livres pour les zones d'ombre    Démocratie en construction ?    Election de Faouzia Boumaiza Mebarki à la tête du comité ad hoc intergouvernemental des TIC    Prémices d'un retour à la case départ    REVISION À LA HAUSSE DES PENSIONS DE RETRAITE    Retour de l'homme du professionnalisme    7 décès et 184 nouveaux cas    Creusement continu du déficit budgétaire    Rabah Karèche passera l'Aïd derrière les barreaux    Pour la libération des détenus    La mauvaise leçon    Les souscripteurs dans l'expectative    Convention de partenariat et de coopération entre le ministère des affaires religieuses et les SMA    L'instruction du dossier de Lounès Hamzi reportée    Appel à plus de soutien aux réfugiés sahraouis    Jean-Claude Fournier revient avec deux ouvrages historiques    "Comptabilité générale et analyse financière", de Mohamed Zaâtri    Réconciliation des téléspectateurs avec les productions algériennes    Le Conseil de la Nation condamne les brutalités de l'entité sioniste contre les civils palestiniens à Al Qods    Bouira : Situation alarmante au barrage Koudiet Asserdoune    Education nationale: Calendrier des examens de fin de cycle pour les trois paliers    Faire des prochaines élections un "moyen pour le changement"    Ahmed Hafsi. Moudjahid à Skikda : L'humilité d'un brave    USM Alger: La confiance retrouvée    La force est à la loi    Boukadoum s'entretient avec son homologue iranien    Zidane peste contre l'arbitrage    La Seor perd 240 millions de dinars    Salah vers le PSG?    Ibra sort blessé à 5 semaines de l'Euro    L'Iran confirme les pourparlers avec l'Arabie saoudite    Des candidats indépendants encombrants    Une «révolution» à ne pas rater    Hirak : la nouvelle donne    «N'oublions pas l'ombre des massacres du 8 mai 1945»    «Je suis engagé pour mon devoir...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un outil de protection du consommateur
Le projet sur la métrologie débattu à l'APN
Publié dans Horizons le 04 - 01 - 2017

Le projet renferme aussi des sanctions « draconiennes » contre les « fraudeurs » et des mesures protégeant le consommateur et l'économie nationale. C'est ce qu'à déclaré, hier, Abdessalem Bouchouareb, ministre de l'Industrie et des Mines, dans sa réponse aux députés en présentant les grandes lignes du texte. Dans une séance plénière présidée par Mohamed-Larbi Ould-Khelifa, le ministre a défendu son projet en confirmant, après une vingtaine d'interventions de parlementaires, qu'il s'agit d'une « loi rigoureuse ayant un caractère d'urgence ». Elle s'inscrit aussi dans le sillage des réformes économiques globales initiées par son département. « Malgré sa forme technique, son domaine d'application relève de la souveraineté nationale. La loi algérienne sur la métrologie n'a pas connu de révision depuis plus d'un quart de siècle », a indiqué Bouchouareb. Selon lui, la définition d'un système national de métrologie « s'impose » pour fixer les bases concernant les exigences nationales appropriées, fondées sur des prestations de mesurage reconnues et accessibles. Ce projet de loi « constitue la première pierre d'une politique qui consolide les efforts déployés par les pouvoirs publics ces dernières années ». Il reflète aussi la stratégie nationale dans le domaine de la métrologie pour l'ensemble des domaines régaliens et des activités liées à l'industrie et aux services. Il s'agit de répondre aux besoins des échanges commerciaux nationaux et internationaux, dans les domaines de la santé, de la sûreté et sécurité, de la protection du consommateur, de la répression des fraudes, de l'enseignement et de la recherche, des entreprises publiques ou privées.
Le projet propose un nouveau schéma organisationnel pour le système national de métrologie articulé autour d'un conseil national de métrologie. Ce dernier va assurer la coordination des actions des différents départements ministériels dans le domaine de la métrologie. Une entité nationale de métrologie, unique autorité, va gérer et coordonner toutes les questions de la politique métrologique. Un réseau de laboratoires d'étalonnage de référence sera développé pour satisfaire les besoins en étalonnage exprimés par la société et jouer un rôle complémentaire avec le laboratoire national de référence en métrologie de l'entité nationale. Le ministre a reconnu que la prise en charge de la métrologie souffre d'un vide « structurel » dans le domaine de l'industrie. L'ensemble du dispositif actuel est piloté par l'Office national de métrologie légale (ONML) dont l'organisation date de 1986. Pour Bouchouareb, « on ne peut pas exiger des opérateurs des produits de qualité, sans système de métrologie répondant aux standards internationaux ».
Les textes d'application des projets adoptés par le Parlement prêts fin mars
Dans sa réponse, le ministre a rassuré les députés. « Les textes d'application des différents projets de loi adoptés par le Parlement seront publiés avant fin mars prochain », a-t-il assuré. « Les projets sont fin prêts au niveau du secrétariat général du gouvernement », a-t-il précisé. Lors des débats, le député Rachid Khan, du PT, a souligné qu'un tel projet s'impose. « Sans les normes requises, la qualité restera toujours à la traîne », a-t-il clamé. Il a invité le ministre à publier diligemment les textes d'application. Tayati, députée du FFS, a salué le contenu du projet. Néanmoins, elle a plaidé pour une clarification de certains concepts techniques. Hassan Bounefla, du FLN, a estimé que « le projet devra protéger la production nationale de la contrefaçon ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.