LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Deux terroristes neutralisés en mai dernier    Chemseddine autorisé à revenir sur Ennahar TV    La famille Nezzar poursuivie pour évasion fiscale !    DOCUMENTAIRE DIFFUSEE PAR FRANCE 5 SUR LE HIRAK : Le RND dénonce une campagne tendancieuse    MOSTAGANEM : Le non-port du masque, une infraction pouvant être érigée en délit    LUTTE CONTRE LE COVID19 : La wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    AIN TEMOUCHENT : Deux filles membres d'un réseau de passeurs    LE PRESIDENT TEBBOUNE EN VISITE AU MDN : Le siège de l'état-major baptisé au nom de feu Gaid Salah    Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    L'envoi de troupes de l'ANP en dehors des frontières ne remet pas en cause la doctrine de non ingérence de l'Algérie    «Tebboune s'est engagé à libérer Tabbou et Benlarbi»    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    L'Amérique brûle    Un webinaire interactif pour la région Mena    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Raouya présente le PLFC 2020 devant la commission spécialisée    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Covid19-Aides aux commerçants: l'ANCA se félicite des décisions du Conseil des ministres    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    246 autorisations accordées en 2019    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité    El-Bayadh: La production céréalière impactée par la sécheresse    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    EHS Canastel: Vingt-deux enfants atteints du Covid-19 pris en charge    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Tribunal de Koléa : report du procès de Karim Tabbou au 29 juin prochain    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA POÉTESSE LAMIS SAIDI À ECHO DE PLUME La poésie, l'engagement de ma vie
Publié dans Horizons le 23 - 03 - 2009

L'invitée de la rencontre hebdomadaire de Echo de plume organisée par le Théâtre national algérien a été cette semaine la poétesse Lamis Saidi. Si la poésie constitue l'engagement de sa vie, elle projette aussi d'écrire pour le théâtre et le cinéma. L'invitée de la rencontre hebdomadaire de Echo de plume organisée par le Théâtre national algérien a été cette semaine la poétesse Lamis Saidi. Si la poésie constitue l'engagement de sa vie, elle projette aussi d'écrire pour le théâtre et le cinéma.
La poésie est en effet sa raison de vivre. Pourtant elle n'a pas comme les poétesses de renom, commencé à écrire la poésie dans les premières années de sa vie.
Elle écrit seulement en arabe bien qu'elle maîtrise parfaitement le français et l'anglais. «Je suis amoureuse de la langue arabe », affirme-t-elle. Elle explique : «J'aime faire danser dans ma langue les mots et expressions arabes.
Je considère qu'aucune langue au monde autre que l'arabe, ne possède autant d'élégance et de beauté pour la poésie».
Elle puise la richesse du langage dans la diversité infinie de la poésie qui existait avant l'Islam. « Je poursuis dans cette voie l'attitude du poète palestinien Mahmoud Derwich qui, chaque matin s'abreuvait de ces mots arabes anciens consultés dans un dictionnaire, en disant qu'il a appris de nouveaux supports pour sa poésie». Mahmoud Derwich est d'ailleurs son modèle. Elle a déclamé au cours de cette rencontre des extraits de sa poésie et aussi des textes poétiques qu'elle a composés pour lui.
Lamis Saidi dont le prénom Lamis signifie en arabe classique, doux au toucher, prend la vie comme thème dans sa poésie. « Tout dans l'expression de la vie est sujet à une inspiration poétique !» s'enthousiasme-t-elle. Lamis Saidi possède déjà une notoriété internationale. Elle a été invitée plusieurs fois en dehors de nos frontières dans des rencontres culturelles.
Ce fut en Hollande, à La Haye puis Amsterdam. Elle s'est rendue ce mois de février à Berlin. Lamis Saidi dont le père, Mohamed Saidi ancien rédacteur en chef du journal Echaab, a déjà publié à Beyrouth un recueil de poésie. «J'ai entrepris de publier mon œuvre poétique au Liban parce que là bas, je suis plus lue qu'en Algérie», se justifie-t-elle. Sa parfaite connaissance du français lui donne l'occasion de traduire des poètes d'expression française. « Je traduis vers l'arabe les œuvres de Henri Michaux, monument de la poésie contemporaine. Henri Michaux, décédé en 1980, est belge d'origine. Son talent poétique élevé est incomparable ». Ces traductions ont paru cet été dans l'édition en arabe de Algérie News.
Kamel Chériti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.