Le scandale de la semaine : Excès de violence sur un supporter lors du match MCA – USMBA    Nous sommes vivants    Tizi Ouzou : Mise sous tension de deux nouvelles lignes électriques    Interruption momentanée du trafic autoroutier à El Affroun et El Khemis sur l'axe Alger-Oran aujourd'hui et demain    L'opposition critique le PLF 2019 qui ne prévoit pas de mesures pour «l'amélioration de la situation économique»    En bref…    Gabon : La Constitution modifiée pour pallier l'absence du président malade    Moto : La «der» de Dani Pedrosa    Ligue 2 : Impérative victoire pour la JSMB    Lalmas au Top 10 des icônes oubliées du foot africain    De l'amour, de la passion et du… chocolat naturel    Azazga : Caravane de sensibilisation sur les fléaux sociaux    Alerte au massacre des renards à Mila    Tout un programme pour l'Algérie    Daïkh Miloud : Je suis né artiste peintre…    Une pièce spéciale en hommage à Abdelkader Alloula    Un élu de l'APW pour représenter le FLN    «Elle devrait se développer en partenariat avec des équipementiers internationaux»    Votre week-end sportif    Le Mouloudia a mal de ses recrues estivales    La VAR à l'algérienne : mode d'emploi    L'Arabie Saoudite tente de reprendre les choses en main    Ould-Abbès passe la main    La démission surprise d'Ould Abbès    Des chiffres qui inquiètent    Presbytie, quels sont les signes ?    Libye, la quadrature du cercle    Jamal Khashoggi, Ankara enfonce Riyad par petites doses    Hanoune clashe les partisans du 5e mandat    Zombies-Land !    Le FFS dénonce: Le projet de loi de finances 2019 «présenté de façon expéditive»    EN - Les Verts dès demain à Lomé: Belmadi mobilise ses troupes    Trois jours d'examens et contrôle continu: La nouvelle formule du bac en 2020    Tlemcen: L'alimentation en gaz naturel renforcée    Constantine - Grippe saisonnière: Les stocks de vaccins épuisés en moins d'un mois    Quarante blessés à l'issue du match MCA-USMBA: Enquête sur une vidéo de supporter tabassé par des policiers    Ce n'est pas Trump le problème mais l'Amérique qui l'a élu    Europe: «Brexit or not Brexit ?»    Le pétrole, toujours    France 1914-1918 : centenaire de l'Armistice, le 11 novembre    Hamas plonge Israël dans une crise politique    Bedoui : " L'Algérie est sur de bons rails vers un lendemain meilleur "    FLN : Ould Abbès "débarqué"    Bouteflika convoque le collège électoral    Des otages druzes libérés portent en triomphe Bachar el-Assad    Arnaud Montebourg nouveau président de l'Association    2e édition du prix Cheikh Abdelkrim-Dali à Alger    Disney : Les exploits des super-héros font les affaires de Mickey    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grande mosquée de Batna : 200.000 fidèles ont accompli en 10 jours la prière des tarawih
Publié dans Horizons le 12 - 08 - 2011

Quelque 200.000 fidèles, dont 25 % de femmes, ont choisi, entre le 1er et le 10 août, la grande mosquée du 1er-Novembre de Batna pour accomplir la prière des tarawih. Dès la rupture du jeûne, des groupes compacts de fidèles déferlent de tous les quartiers de la capitale des Aurès vers cette immense mosquée, la plus grande d'Algérie et la deuxième en Afrique avec une capacité de 22.000 places. Le parking attenant à la mosquée rapidement rempli, obligeant les véhicules à s'entasser le long des artères mitoyennes. Pour les habitants des cités périphériques, comme «La route de Tazoult», Bouzourane, Parc-à-fourrages, Kechida et «1.020 Logements», des dessertes spéciales tarawih sont gracieusement proposées depuis le début de Ramadhan par des transporteurs privés.
«L'affluence de tant de milliers de fidèles est chaque soir remarquable», souligne le directeur des Affaires religieuses, Zoheir Boudraâ, signalant que deux véhicules de la Protection civile sont quotidiennement mobilisés jusqu'à la fin de chaque prière pour parer aux éventuels problèmes de santé susceptibles de survenir lors de regroupements aussi massifs. Une agréable fraîcheur règne à l'intérieur de la mosquée en cette période de canicule, à la faveur d'une climatisation centrale «installée pour la bagatelle de 93 millions de dinars», selon Yacine Bouzidi, chargé de l'administration et des finances au sein de l'association religieuse de cette mosquée. Il assure que le renouvellement permanent de l'air réduit les risques liés aux difficultés de respiration des plus âgés et permet d'éviter des malaises. «Je viens chaque soir en compagnie de mes voisines pour ces prières surérogatoires propres au mois sacré», affirme Mme Saliha N., quinquagénaire habitant la cité Zmala, distante de quelques encablures de la mosquée. «On ne ressent pas la grande foule tant la salle de prière est spacieuse, l'air y est frais et même l'eau qu'on nous propose est une eau minérale offerte par une entreprise publique locale», ajoute une autre dame parmi les quelque 5.000 femmes se rendant au début de chaque soir à ce Djamaâ. Pour Salah H., fonctionnaire quadragénaire, «la prière dans cette mosquée, sous l'un des deux imposants dômes de près de 25 m de diamètre et à côté des majestueuses colonnes inspire encore plus d'humilité et de dévotion (khouchou'e), que dans d'autres mosquées».
Cette mosquée, ajoute ce fidèle visiblement très documenté, figure incontestablement, de par sa capacité d'accueil et ses dimensions, parmi les 20 plus grandes mosquées du monde et rivalise même avec les mosquées Id Kah (20.000 places) de Xinjiang (Chine) et Negara (15.000 places) de Kuala Lumpur (Malaisie) ou encore avec la grande mosquée (20.000 places) du sultan Qabus à Mascate (Oman).
La mosquée du 1er-Novembre, bâtie sur 7.757 m2, est un élément d'un vaste complexe islamique s'étendant sur un terrain de 27.580 m2 qui fut, lors de la période d'occupation française, un aéroport militaire. «Transformer ce site d'extermination du peuple algérien en site d'affirmation de l'identité nationale a été l'idée directrice de ce projet parrainé par le défunt commandant de la Wilaya 1 historique, le colonel Hadj-Lakhdar», rappelle un des responsables de l'association religieuse de cette mosquée, Yacine Bouzidi.
Le bâtiment principal réservé à la salle de prière est rectangulaire avec 110 fenêtres et 8 grandes portes qui y donnent accès de quatre côtés. Il repose sur 153 colonnes rondes et, est surplombé de deux grands dômes de 24,66 mètres de diamètre soutenus chacun par 8 grandes colonnes. Deux minarets monumentaux de 56 mètres de hauteur, visibles de loin, dominent l'édifice. Deux autres attendent d'être construits. Leur coût avoisine les 220 millions de dinars, affirme la même source. L'intérieur est décoré sobrement d'ornements géométriques et de belles calligraphies.
La construction de cette mosquée, mise en chantier en 1982, aura pris 21 années avant d'être inaugurée, en 2003, par le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. La première prière effectuée dans ce lieu de culte avait réuni, la même année, plus de 30.000 fidèles.
Ce fut une date mémorable, se souviennent les membres de l'association religieuse qui estiment le coût de réalisation de cette mosquée «entre 500 et 600 millions de dinars» provenant, pour l'essentiel, de dons privés collectés sur deux décennies.
Actuellement, une école coranique-pilote, de cinq niveaux, attenante à cette mosquée est en voie de réalisation. Le projet mobilise 150 millions de dinars au titre du programme quinquennal 2010-2014, selon le directeur des Affaires religieuses. Le complexe islamique du 1er-Novembre qui gère un nombre important de locaux commerciaux dont les revenus contribuent aux coûts «faramineux» de sa gestion «poursuit toujours sa croissance», affirment les responsables de l'association religieuse éponyme qui indiquent avoir lancé, récemment, un concours d'idées pour la conception d'un projet permettant une exploitation «rentable» d'une partie libre du terrain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.