«C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Répéter, vaut souvent, convaincre!    Fin de parcours du touriste judiciaire    Sur la «piste» du nil    Un pays à la recherche de son destin    Trois projets de loi adoptés    Le Parlement espagnol bouscule Sanchez    «Bâtissons des projets communs!»    Le prince de Monaco a séjourné à Oran    L'entrée fracassante des Algériens    Messi poussé vers la sortie?    Le club à l'affût pour Neymar    L'été en pente douce    La grande vadrouille    Oran sous psychotropes    «Je veux rallumer la Bougie»    Le HCA lance le débat    Clôture en apothéose    La Banque d'Algérie émet une pièce de monnaie métallique de 200 DA    JM/handball/ dames Gr.A - 1re journée : le point après Algérie - Croatie 21-31    JM /Athlétisme (2e journée) : Abdelmalik Lahoulou décroche le bronze sur 400M haies    JM/Boxe dames : Hadjila Khelif (-60 kg) offre à l'Algérie une 2e médaille d'or    60e anniversaire de l'Indépendance: l'ANP organise un défilé militaire mardi prochain    Sommet de l'Unesco : Belabed met en avant l'intérêt accordé par l'Etat à l'éducation et à l'enseignement    Le ministre de la Communication installe les nouveaux DG d'El Chaâb et d'El Massa    Lamamra à Beyrouth pour prendre part à la Réunion consultative des ministres arabes des Affaires étrangères    OM: Sampaoli, c'est fini ! (officiel)    Assurances: le DG de la CNMA, Cherif Benhabilès, élu vice-président de l'OAA    Formation/enseignement professionnels: diversifier les offres de formation en tenant compte des spécialités prioritaires    Front Polisario: le massacre horrible perpétré par les autorités marocaines contre les migrants africains, "un crime presque parfait"    Inter Milan: Onana et Mkhitaryan, c'est signé !    Aïd Adha: mise en place d'un système d'encadrement sanitaire au niveau des points de vente de bétail et abattoirs autorisés    Grand Prix Assia Djebar du roman : les lauréats distingués à Alger    JM 2022: Oran vibre au rythme de la mode algérienne et de l'habit traditionnel    Sidi Bel-Abbes: ouverture du festival international de danse populaire    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    Tlemcen: Les promesses du PDG de Sonelgaz    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



M. MUSTAPHA BELKAHLA : Le festival de l'enluminure et la miniature pour octobre
Publié dans Horizons le 13 - 08 - 2009

Directeur du musée national de l'enluminure, de la miniature et de la calligraphie M. Mustapha Belkahla est l'homme qu'il faut à la place qu'il faut. C'est d'abord un artiste qui maîtrise parfaitement les arts plastiques. Il a à son actif de nombreuses expositions illustrant son talent. C'est ensuite un enseignant, pétri dans les méthodes pédagogiques.
A ce titre, il a été durant de longues années président de l'Association des Beaux-Arts d'Alger, une école où il a formé des centaines d'artistes peintres, hommes et femmes de tout âge. Ses élèves lui sont reconnaissants pour sa manière subtile de transmettre sa passion pour l'art et sa volonté de partager une émotion esthétique avec les autres. M. Mustapha Belkahla est directeur du musée national de l'enluminure, de la miniature et de la calligraphie. Il y inculque l'amour de cet art tout en déployant son énergie au développement et à la promotion de la vie artistique.
C'est ainsi qu'en plus des activités habituelles de son musée, animation artistique, expositions, hommages, il organise deux festivals par année. A la fin du printemps de 2009, c'était le festival de la calligraphie. Pour cet automne, ce sera l'organisation du festival de l'enluminure et de la calligraphie. M. Mustapha Belkahla établit un bilan du festival précédent et nous trace les grandes lignes de ce prochain événement pour la promotion des genres artistiques, enluminure et miniature.
Pouvez-vous d'abord nous expliquer cet ordre dans la désignation de l'appellation de votre musée, d'abord enluminure, puis miniature et ensuite calligraphie ?
Dans les arts musulmans, ces genres : enluminure, miniature et calligraphie ont tous trois la même importance. Cependant, il semble que l'enluminure prenne plus le pas sur les deux autres genres. L'enluminure est l'art de composer avec trois motifs essentiels, les fleurs, les branches et les feuilles.
Ces motifs peuvent se retrouver dans la miniature et la calligraphie. De plus, l'enluminure n'a pas seulement que la toile pour support. Cet art peut être pratiqué pour la décoration d'édifices et aussi sur le bois et la céramique. Nous comptons justement organiser une exposition d'enluminure avec pour support la céramique.
Vous venez d'organiser un festival de la calligraphie. Quel bilan en tirez-vous trois mois après ?
Pour nous, les retombées de l'organisation d'un festival sont aussi importantes que le déroulement de l'événement lui-même. Ce que nous retenons d'abord, c'est la satisfaction unanime des participants de ce festival. Nous recevons encore jusqu'à aujourd'hui des lettres de reconnaissance des calligraphes de renom que nous avons invités. Ils étaient issus de vingt et un pays, de Chine, des Etats-Unis, du Pakistan, de Turquie, des pays arabes. L'Algérie, grâce à ce festival, a été le pôle mondial de la calligraphie arabe et garde cette auréole. Dorénavant, notre pays compte dans tout évènement se rapportant à la calligraphie.
La présence à Alger de sommités internationales de cet art, a eu un effet des plus stimulant et des plus encourageant pour nos calligraphes nationaux. Ils ont pu ainsi juger du niveau mondial de cet art. Maintenant la balle est dans leur camp s'ils veulent briller dans une carrière internationale. Nous sommes certains aujourd'hui qu'au prochain festival, nos créateurs nationaux sauront rivaliser et même dépasser les talents venus d'ailleurs.
Le jury de ce festival de la calligraphie n'a-t-il pas été trop sévère dans l'attribution des prix ?
Pas du tout ! Ce jury a été impartial. Il a été composé de sommités de la calligraphie internationale. Ce jury ne peut que trancher en connaissance de cause. Il n'a aucun intérêt à favoriser ou privilégier un artiste par rapport à un autre.
Ce jugement vaut pour le président du jury qui est algérien, M. Mohamed Saïd Chérifi, un expert, un artiste et un enseignant dans la calligraphie, natif de Ghardaïa. M. Mohamed Saïd Chérifi possède une notoriété internationale dans la calligraphie. Il est régulièrement appelé à présider des jurys en Turquie.
Les tableaux distingués par le concours resteront en Algérie et seront propriétés du musée.
Est-ce une action profitable ?
C'est une action très profitable. Ce sont des tableaux de grands maîtres que nous avons acquis. Imaginez, les noms de ces maîtres figurent dans des œuvres qui font la gloire de grands musées de par le monde. Surtout, il ne faut pas mettre en parallèle le montant du prix que nous avons accordé aux lauréats avec la véritable valeur de ce tableau. Ces œuvres d'art valent en réalité une fortune. Pour les auteurs, être distingué dans un festival est une référence qui compense la valeur de leur œuvre. Ils ne perdent pas au change.
Pensez-vous déjà au prochain festival ?
Permettez-moi de saluer ici le ministère de la Culture, notre tutelle et, en particulier, la ministre, Mme Khalida Toumi, qui a institué ce festival de la calligraphie. Par cette initiative, c'est l'Algérie, l'Etat algérien et tout son peuple qui organise un tel événement artistique et culturel.
C'est le rayonnement de notre pays qui en est bénéficiaire. Nous pensons bien sûr au suivant et nous voudrions qu'il soit toujours meilleur. Dans nos festivals et contrairement à ceux qui se déroulent ailleurs, notre pays peut s'enorgueillir de la chaleur de l'accueil et de la haute qualité de notre hospitalité.
Nous pouvons dire que sur ce plan, l'Algérie est un exemple loué par tous nos invités. Sans vous citer le pays, je vous dirai que les invités qui participent aux festivals qui y sont organisés, prennent personnellement à leur charge les frais et les dépenses qui s'y rapportent.
Le festival de la calligraphie vient juste de se terminer et vous êtes en plein dans la préparation du suivant qui est celui de l'enluminure et de la miniature. Où en sont les préparatifs ?
Alors que dans la calligraphie, nous n'avons pas de maître rivalisant sur le plan international, ce n'est pas le cas pour la miniature et l'enluminure. Mohamed Racim, à titre d'exemple, est un seigneur dans la miniature Son envergure est mondialement connue. Mohamed Racim est un maître dans cet art. Pour mieux le maîtriser, il avait séjourné en Iran, en Syrie, en Turquie. Ses tableaux sont sublimes.
Nous avons aussi d'autres maîtres comme Mohamed Temmam et bien d'autres noms illustres. Nous avons aussi de brillants talents dans la miniature chez les nouvelles générations. Pour ce festival de l'enluminure et de la miniature, nous avons déjà fixé les dates.
Ce sera pour le mois d'octobre, du 13 au 19. Nous avons déjà pris les contacts en ce qui concerne la participation étrangère. Pour nos nationaux, nous recevons chaque jour des demandes venant des quatre coins du pays.
Nous les avons mis au courant individuellement de l'organisation de ce festival. Un concours sera mis en place pour récompenser les meilleures œuvres. Ce festival comporte, comme tous les autres, une partie théorique, outre l'exposition. Il y aura un séminaire avec des conférences et des ateliers pour les échanges d'expériences. Le lieu de ce festival sera bien sûr nos espaces du musée national de l'enluminure, de la miniature et de la calligraphie. Nous disposons ainsi de six salles pour la seule exposition. Ce magnifique palais Mustapha-Pacha, un lieu historique, est un cadre idéal pour ce festival. Par ses structures, sa décoration, son ameublement arabo-mauresque, il est une continuité et un prolongement du festival. Avec celui qui se tiendra en octobre nous en sommes déjà à la troisième édition. Rappelons qu'un festival de la miniature a été organisé en novembre 2007 à l'occasion de l'ouverture de notre musée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.