La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Anissa Mezaguer
Un pur moment de plaisir
Publié dans Info Soir le 11 - 04 - 2010

Figure n Un hommage à Anissa Mezaguer, chanteuse et actrice, a été rendu, hier, à la salle Sierra Maestra.
Initié par l'association culturelle et artistique Troisième Millénaire et ce, dans le cadre de ses activités, cet hommage s'est déroulé dans une ambiance conviviale et chaleureuse, rehaussée par le passage sur scène d'une panoplie de chanteurs de la variété algérienne, comme Mohamed Lamari, Nacereddine Blidi, Naïma Ababsa, Karima Karam et Réda Sika, qui ont réussi à mettre le public en effervescence.
«Cette cérémonie en l'honneur de Anissa Mezaguer entre dans le cadre des hommages rendus par notre association aux artistes, toutes disciplines confondues, en reconnaissance à leur apport dans le but d'enrichir notre patrimoine», a déclaré Sid Ali Bensalem, président de cette association.
Sid Ali Bensalem, qui a rappelé le riche parcours artistique de cette grande dame de la chanson algérienne dont les débuts remontent à la fin des années 50, a, en outre, déclaré : «Anissa Mezaguer est une artiste accomplie», et de reprendre : «Elle reste une référence incontournable de la culture algérienne, car elle a beaucoup donné.» Anissa Mezaguer, connue pour ses qualités humaines, a, pour sa part, estimé que cet hommage est un pur moment de plaisir. «C'est un geste qui me touche profondément, je suis très émue par cette marque d'amitié et cette reconnaissance», a-t-elle dit «Cet hommage est très important pour un artiste et je tiens à remercier l'association qui a pensé à moi et qui rend souvent honneur aux anciens hommes et femmes de la culture algérienne», a-t-elle ajouté, avant de souligner : «Ce genre d'initiative contribue manifestement à faire sortir les artistes des oubliettes et permet aussi aux nouvelles générations de les connaître et de découvrir leurs œuvres.»
Anissa Mezaguer, qui a débuté sa carrière avec le chant, le théâtre radiophonique et même le cinéma et ce, avant l'indépendance du pays, a confié : «J'ai beaucoup appris de mon expérience artistique, notamment sur le plan humain.»
Anissa Mezaguer est connue pour être une comédienne de théâtre aux côtés de grands noms de la scène artistique algérienne, dont Taha El-Amiri, Mohamed et Saïd Hilmi et Farida Berbère. Elle a participé à de nombreuses pièces radiophoniques en tamazight.
Connue pour être aussi une figure du cinéma aux côtés de Hadj Rahim, Mustapha Gribi, Mustapha Tizghaoui, Mohamed Hilmi, Mohamed Bouthalja ou encore Ali Fedhi, Anissa Mezaguer a interprété divers rôles, dans plusieurs films, à l'exemple de Le droit d'aînesse du réalisateur Ismaïl Yazid.
Anissa Mezaguer est également considérée comme la doyenne de la chanson algérienne : elle s'est pleinement consacrée à la chanson notamment hawzie et kabyle. Sa discographie est aussi riche que son parcours
Anissa Mezaguer, qui a, pour rappel, débuté sa carrière artistique en 1956, s'illustre ainsi par un parcours artistique riche et varié, jalonné de succès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.