Sorties d'Ould-Abbès et situation inquiétante du pays    Une direction collégiale pour le FLN    La start-up chinoise qui devance Samsung dans la course aux smartphones pliables    Donald Trump remercie l'Arabie Saoudite pour la baisse du prix    VOTRE WEEK-END SPORTIF    «Abid-Charef est prêt à aller jusqu'au bout pour se défendre et être blanchi»    Les applications mobiles «boudées» par une majorité de médias algériens    Plus de 50 000 enfants victimes de maltraitance annuellement    Journée de contestation du personnel de l'éducation    Brioche salée    La prochaine édition sera maghrébine    Tiaret : L'université abrite un colloque sur le développement durable    Emigration clandestine : 413 harraga secourus et 1478 autres interceptés à l'Ouest depuis janvier    Boufatis : Affichage de la liste de 300 bénéficiaires de logements    20 blessés par les pétards    Le club El Assil gagne son pari    Violence coupable    FAF: Boualem Charef claque la porte    Ligue 1 : NAHD 1 MCO 0: Le Nasria en toute logique    Pourquoi l'Arabie Saoudite baisse sa production pétrolière    Recherché pour un accident mortel ayant coûté la vie à un policier: Un individu en fuite arrêté à Bethioua    Macron et les Gilets jaunes: La bataille de l'ancien monde    De la servitude à la soumission politique    Les Algériens sont-ils fatalistes ?    «La crise migratoire en Afrique, état des lieux, défis, enjeux et perspectives»    52 enfants palestiniens tués et plus de 900 arrêtés en 2018    Une tentative de transfert illégal de 25.700 euros déjouée à l'aéroport    Au moins 43 morts dans un attentat-suicide pendant un rassemblement religieux à Kaboul    La taxe d'habitation sur les factures d'électricité et gaz fait défault    Les élus du RND, Taj et PLJ rallient le FLN    Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération    Une mosquée du début du XIe siècle    Parachèvement de l'étude de restauration    Algérie - Niger : Examen des opportunités de coopération dans le secteur des transports et des travaux publics    Migration clandestine : La formation à l'entreprenariat des jeunes, un moyen de lutte "efficace"    La situation se complique pour les Algériens    Présidence d'Interpol : Face à la polémique, un général russe cède la place à un Sud-Coréen    Cacophonie au FLN    Guitouni annonce: "Un plan d'investissements de 75 milliards de dollars en 2018-2022"    Renault : Le conseil va discuter du remplacement temporaire de Ghosn    CS Constantine : Vers le recrutement de deux joueurs congolais    Budget 2019 en France : Large vote à l'Assemblée mais la bataille du pouvoir d'achat se poursuit    En l'absence d'Ali Bongo : L'Union africaine préoccupée par la crise politique au Gabon    85.000 enfants morts de faim oude maladie    Constantine : Le savant et penseur Mohamed Salah Essedik distingué    La 9e édition du du 22 au 26 novembre    La déclaration de politique du gouvernement présentée à la mi-décembre: Ouyahia à nouveau devant les députés    Le terroriste abattu à Mila, identifié    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Anissa Mezaguer : L'oubliée «ressuscitée»
Publié dans Horizons le 11 - 04 - 2010

Un vibrant hommage a été rendu samedi dernier à- vraiment- l'une des plus grandes figures de la culture algérienne, à savoir, Anissa Mezaguer, pour une carrière de plus de 50 ans dédiée entièrement à la culture. La cérémonie organisée par l'association Le Troisième Millénaire, s'est déroulé à la salle cinéma Maestra à Alger, en présence d'une pléiades d'icônes du paysage culturel, à l'image de Fatiha Berbere, les frères Hilmi, l'éternel virevoltant Mohamed Lamari…le tout, dans une ambiance bon enfant, faite surtout de retrouvailles, où Anissa plastronnait comme une belle reine. Jouissant à qui mieux mieux d'un programme musical animé par Reda Sika, Naïma Ababsa ou encore Mohamed Lamari et Karima. «Anissa Mezaguer est la doyenne du théâtre radiophonique.
Grâce à sa grande vocation artistique, elle a contribué quelque part à la promotion de la femme sur la scène publique. Chose qui n'était pas du tout évidente à cette époque » insiste le comédien Saïd Hilmi, en marge de la cérémonie, en se remémorant une tournée d'une pièce de théâtre «Volonté d'un peuple» produite par la troupe artistique du FLN. Une tournée qu'il avait partagée avec plusieurs artistes dont Anissa.
Et de finir sur une belle rime : «Si j'étais poète, je lui écrirais mille vers».
Si l'aîné Hilmi, Mohamed, partage l'avis de son frère, il n'en demeure pas moins qu'il déplore l'oubli dont Anissa Mezaguer est victime depuis plusieurs années.
«Cette grand dame, je l'ai vue naître sur la scène culturelle. C'est vraiment une artiste hors pair, polyvalente, qui a fait le théâtre, le cinéma, le chant mais aussi et surtout le travail que nous avons accomplis à la chaîne 2» ajoute Mohamed Hilmi, en annonçant la participation de Anissa Mezaguer dans l'un des six téléfilms qu'il est en train de monter pour la chaîne 4 amazighe de la Télévision nationale.
Pour la petite biographie, Anissa Mezaguer fait ses débuts artistiques au TNA dès 1957, en tant que chanteuse sous la direction de Haddad El Djilali. Elle rejoint par la suite la radio mais sans pour autant rompre avec le théâtre. Elle commence d'abord par chanter en Kabyle avant d'opter pour l'Algérois, aidée par Mustapha Kechkoul, Mahboub Bati, voire même Fadila D'ziria.
nAmine Goutali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.