"Il faut commencer par juger les véritables criminels"    La justice se rappelle Chakib Khelil    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    L'Union africaine appelle à un cessez-le-feu "immédiat"    ESS : le match de la saison    Le Chabab passe en finale    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Les travers de la société tournés en dérision    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hommage à Anissa Mezaguer : L'oubliée «ressuscitée»
Publié dans Horizons le 11 - 04 - 2010

Un vibrant hommage a été rendu samedi dernier à- vraiment- l'une des plus grandes figures de la culture algérienne, à savoir, Anissa Mezaguer, pour une carrière de plus de 50 ans dédiée entièrement à la culture. La cérémonie organisée par l'association Le Troisième Millénaire, s'est déroulé à la salle cinéma Maestra à Alger, en présence d'une pléiades d'icônes du paysage culturel, à l'image de Fatiha Berbere, les frères Hilmi, l'éternel virevoltant Mohamed Lamari…le tout, dans une ambiance bon enfant, faite surtout de retrouvailles, où Anissa plastronnait comme une belle reine. Jouissant à qui mieux mieux d'un programme musical animé par Reda Sika, Naïma Ababsa ou encore Mohamed Lamari et Karima. «Anissa Mezaguer est la doyenne du théâtre radiophonique.
Grâce à sa grande vocation artistique, elle a contribué quelque part à la promotion de la femme sur la scène publique. Chose qui n'était pas du tout évidente à cette époque » insiste le comédien Saïd Hilmi, en marge de la cérémonie, en se remémorant une tournée d'une pièce de théâtre «Volonté d'un peuple» produite par la troupe artistique du FLN. Une tournée qu'il avait partagée avec plusieurs artistes dont Anissa.
Et de finir sur une belle rime : «Si j'étais poète, je lui écrirais mille vers».
Si l'aîné Hilmi, Mohamed, partage l'avis de son frère, il n'en demeure pas moins qu'il déplore l'oubli dont Anissa Mezaguer est victime depuis plusieurs années.
«Cette grand dame, je l'ai vue naître sur la scène culturelle. C'est vraiment une artiste hors pair, polyvalente, qui a fait le théâtre, le cinéma, le chant mais aussi et surtout le travail que nous avons accomplis à la chaîne 2» ajoute Mohamed Hilmi, en annonçant la participation de Anissa Mezaguer dans l'un des six téléfilms qu'il est en train de monter pour la chaîne 4 amazighe de la Télévision nationale.
Pour la petite biographie, Anissa Mezaguer fait ses débuts artistiques au TNA dès 1957, en tant que chanteuse sous la direction de Haddad El Djilali. Elle rejoint par la suite la radio mais sans pour autant rompre avec le théâtre. Elle commence d'abord par chanter en Kabyle avant d'opter pour l'Algérois, aidée par Mustapha Kechkoul, Mahboub Bati, voire même Fadila D'ziria.
nAmine Goutali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.