Souk n'Tlata : Le chantier du barrage bloqué    24 heures    Bouzeguène : La crèche communale affectée à l'association des handicapés    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Barrage de Taksebt : Taux de remplissage de 64%    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Financement non-conventionnel: 900 milliards de dinars mobilisés pour couvrir le déficit    L'Ansej réitère: Pas d'effacement des dettes mais un rééchelonnement    Conférence de Palerme: Ouyahia appelle à l'arrêt des interférences étrangères en Libye    Une provocation visant à créer les conditions d'un assaut «final» contre Ghaza    EN - Conférence de presse de Djamel Belmadi: «Etre plus réalistes face au Togo»    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    USM Alger: Un point et des satisfactions    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Lutte contre l'immigration clandestine: 36 harraga dont une femme et un enfant devant le tribunal d'Aïn El-Turck    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    Dans un nouveau rapport: Le FMI prévoit un prochain ralentissement de la croissance en Algérie    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Refus des visas par les consulats français en Algérie    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Début des grandes manœuvres avant Lomé    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Salon du livre amazigh
Accompagner l'effort des éditeurs
Publié dans Info Soir le 15 - 05 - 2010

Evénement n La 6e édition du Salon du livre et du multimédia amazigh aura lieu du 17 au 19 mai à Bouira.
Le programme de cette présente édition prévoit, outre l'exposition de livres et de supports multimédias, des tables rondes et des ateliers autour de la question du livre d'expression amazighe. Il prévoit également des ventes-dédicaces et des cafés littéraires.
Ce rendez-vous annuel est organisé par le Haut-Commissariat à l'amazighité (HCA) en étroite collaboration avec les autorités de la wilaya de Bouira qui, selon un responsable du HCA, ont mis les moyens pour accueillir un pareil événement. La wilaya s'implique avec le Haut-Commissariat à l'amazighité pour pérenniser cette activité».
Ce même responsable se rappelle la 1re édition où les conditions n'étaient pas toutes réunies.
«On avait démarré dans des conditions où il y avait très peu d'infrastructures», «on avait organisé la première édition au niveau du Centre de formation et d'animation de la jeunesse.»
Mais depuis, et d'année en année, les conditions d'organisation – et d'accueil – se sont nettement améliorées.
Aujourd'hui, le salon se tient à la maison de la culture de la wilaya de Bouira ; avec une nouveauté : une partie de la manifestation (volet exposition) aura lieu sous un chapiteau qui sera dressé à proximité de la maison de la culture. La raison : le Salon revêt désormais une portée importante. Il se développe et s'agrandit d'édition en édition, et cela grâce à une demande de plus en plus croissante. La wilaya de Bouira s'est dotée d'infrastructures à la hauteur d'un tel événement et à même de l'accompagner et de soutenir l'action du Haut-Commissariat à l'amazighité.
Ce salon renforce la production littéraire éditoriale. Interrogé sur l'édition en tamazight, notre interlocuteur répondra : «Un champ éditorial en tamazight existe, il est pris en charge par le Haut-Commissariat à l'amazighité. Il y a aussi l'effort des auteurs, auxquels il faut rendre hommage pour le risque qu'ils ont pris en faisant de l'autoédition. On a recensé plus de 200 ouvrages. Il y a également le rôle des bibliothèques qui encouragent l'édition en acquérant un quota de livres édités ainsi que l'effort du ministère de la Culture qui fait dans l'édition en tamazight avec l'appel lancé aux éditeurs qui ont trouvé l'aide et le soutien du fonds d'aide de ce ministère.» Ainsi, l'apport des institutions – ministère de la Culture et bibliothèques – est vu comme une note d'espoir pour le développement de l'édition algérienne en tamazight. Plus de 120 titres ont été édités en 1 500 exemplaires. Le partenariat du Haut-Commissariat à l'amazighité s'est même élargi à d'autres institutions, comme le CNRPH. Le HCA, à travers le salon, fait un travail de proximité auprès des éditeurs, des distributeurs et des différentes institutions pour inciter les uns à investir dans l'édition de livre en langue amazighe et pour les autres à en acheter.
Yacine Idjer
l Le champ éditorial en tamazight est en croissance grâce à une demande, celle d'un lectorat qui, lui, ne cesse, d'année en année, de croître. «Il y a un petit lectorat qui est en train de se former et de se développer en tamazight», explique le responsable du HCA. Il ne faut pas perdre de vue qu'on a des élèves qui sont dans l'éducation nationale, ils apprennent la langue amazighe. Il y a aussi les enseignants et les licenciés de tamazight qui forment également cette couche de lectorat, comme il y a aussi le lectorat du mouvement associatif et ceux qui revendiquent cette langue.» Interrogé sur le volet multimédia, notre interlocuteur répondra : «Il y a effectivement un effort à faire chaque année dans ce sens. C'est un axe un peu négligé dans notre programmation, mais on a des projets pour renforcer cela afin de toucher l'autre frange qui est l'enfance, mais aussi pour faire un travail de sensibilisation pour lire et écrire tamazight (en direction des non-amazighophones) avec le support des multimédias.» A noter que l'édition algérienne d'expression amazighe – un secteur en pleine expansion – est présente, depuis quelques années et ce, grâces aux efforts du Haut-Commissariat à l'amazighité ainsi qu'à ses partenaires, dans le Salon international du livre d'Alger – et dans les différents salons régionaux. «Le livre en langue amazighe trouve toujours sa place dans le paysage éditorial national, et on souhaite également qu'il participe aux salons internationaux», souligne-t-il. Y. I.
l Le champ éditorial en tamazight est en croissance grâce à une demande, celle d'un lectorat qui, lui, ne cesse, d'année en année, de croître. «Il y a un petit lectorat qui est en train de se former et de se développer en tamazight», explique le responsable du HCA. Il ne faut pas perdre de vue qu'on a des élèves qui sont dans l'éducation nationale, ils apprennent la langue amazighe. Il y a aussi les enseignants et les licenciés de tamazight qui forment également cette couche de lectorat, comme il y a aussi le lectorat du mouvement associatif et ceux qui revendiquent cette langue.» Interrogé sur le volet multimédia, notre interlocuteur répondra : «Il y a effectivement un effort à faire chaque année dans ce sens. C'est un axe un peu négligé dans notre programmation, mais on a des projets pour renforcer cela afin de toucher l'autre frange qui est l'enfance, mais aussi pour faire un travail de sensibilisation pour lire et écrire tamazight (en direction des non-amazighophones) avec le support des multimédias.» A noter que l'édition algérienne d'expression amazighe – un secteur en pleine expansion – est présente, depuis quelques années et ce, grâces aux efforts du Haut-Commissariat à l'amazighité ainsi qu'à ses partenaires, dans le Salon international du livre d'Alger – et dans les différents salons régionaux. «Le livre en langue amazighe trouve toujours sa place dans le paysage éditorial national, et on souhaite également qu'il participe aux salons internationaux», souligne-t-il. Y. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.