Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Benabderrahmane donne le coup de starter    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Sonatrach: deux contrats EPC et un mémorandum d'entente signés à Alger    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Belani se félicite des bonnes conditions du déroulement du concours d'accès aux grades d'attachés et secrétaire des AE    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    A quand une rencontre Président-Maires ?    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    LA VIE... ET LE RESTE    Brèves    Tensions accrues au Sahel    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Un géant qui voit grand    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Salon du livre amazigh
Accompagner l'effort des éditeurs
Publié dans Info Soir le 15 - 05 - 2010

Evénement n La 6e édition du Salon du livre et du multimédia amazigh aura lieu du 17 au 19 mai à Bouira.
Le programme de cette présente édition prévoit, outre l'exposition de livres et de supports multimédias, des tables rondes et des ateliers autour de la question du livre d'expression amazighe. Il prévoit également des ventes-dédicaces et des cafés littéraires.
Ce rendez-vous annuel est organisé par le Haut-Commissariat à l'amazighité (HCA) en étroite collaboration avec les autorités de la wilaya de Bouira qui, selon un responsable du HCA, ont mis les moyens pour accueillir un pareil événement. La wilaya s'implique avec le Haut-Commissariat à l'amazighité pour pérenniser cette activité».
Ce même responsable se rappelle la 1re édition où les conditions n'étaient pas toutes réunies.
«On avait démarré dans des conditions où il y avait très peu d'infrastructures», «on avait organisé la première édition au niveau du Centre de formation et d'animation de la jeunesse.»
Mais depuis, et d'année en année, les conditions d'organisation – et d'accueil – se sont nettement améliorées.
Aujourd'hui, le salon se tient à la maison de la culture de la wilaya de Bouira ; avec une nouveauté : une partie de la manifestation (volet exposition) aura lieu sous un chapiteau qui sera dressé à proximité de la maison de la culture. La raison : le Salon revêt désormais une portée importante. Il se développe et s'agrandit d'édition en édition, et cela grâce à une demande de plus en plus croissante. La wilaya de Bouira s'est dotée d'infrastructures à la hauteur d'un tel événement et à même de l'accompagner et de soutenir l'action du Haut-Commissariat à l'amazighité.
Ce salon renforce la production littéraire éditoriale. Interrogé sur l'édition en tamazight, notre interlocuteur répondra : «Un champ éditorial en tamazight existe, il est pris en charge par le Haut-Commissariat à l'amazighité. Il y a aussi l'effort des auteurs, auxquels il faut rendre hommage pour le risque qu'ils ont pris en faisant de l'autoédition. On a recensé plus de 200 ouvrages. Il y a également le rôle des bibliothèques qui encouragent l'édition en acquérant un quota de livres édités ainsi que l'effort du ministère de la Culture qui fait dans l'édition en tamazight avec l'appel lancé aux éditeurs qui ont trouvé l'aide et le soutien du fonds d'aide de ce ministère.» Ainsi, l'apport des institutions – ministère de la Culture et bibliothèques – est vu comme une note d'espoir pour le développement de l'édition algérienne en tamazight. Plus de 120 titres ont été édités en 1 500 exemplaires. Le partenariat du Haut-Commissariat à l'amazighité s'est même élargi à d'autres institutions, comme le CNRPH. Le HCA, à travers le salon, fait un travail de proximité auprès des éditeurs, des distributeurs et des différentes institutions pour inciter les uns à investir dans l'édition de livre en langue amazighe et pour les autres à en acheter.
Yacine Idjer
l Le champ éditorial en tamazight est en croissance grâce à une demande, celle d'un lectorat qui, lui, ne cesse, d'année en année, de croître. «Il y a un petit lectorat qui est en train de se former et de se développer en tamazight», explique le responsable du HCA. Il ne faut pas perdre de vue qu'on a des élèves qui sont dans l'éducation nationale, ils apprennent la langue amazighe. Il y a aussi les enseignants et les licenciés de tamazight qui forment également cette couche de lectorat, comme il y a aussi le lectorat du mouvement associatif et ceux qui revendiquent cette langue.» Interrogé sur le volet multimédia, notre interlocuteur répondra : «Il y a effectivement un effort à faire chaque année dans ce sens. C'est un axe un peu négligé dans notre programmation, mais on a des projets pour renforcer cela afin de toucher l'autre frange qui est l'enfance, mais aussi pour faire un travail de sensibilisation pour lire et écrire tamazight (en direction des non-amazighophones) avec le support des multimédias.» A noter que l'édition algérienne d'expression amazighe – un secteur en pleine expansion – est présente, depuis quelques années et ce, grâces aux efforts du Haut-Commissariat à l'amazighité ainsi qu'à ses partenaires, dans le Salon international du livre d'Alger – et dans les différents salons régionaux. «Le livre en langue amazighe trouve toujours sa place dans le paysage éditorial national, et on souhaite également qu'il participe aux salons internationaux», souligne-t-il. Y. I.
l Le champ éditorial en tamazight est en croissance grâce à une demande, celle d'un lectorat qui, lui, ne cesse, d'année en année, de croître. «Il y a un petit lectorat qui est en train de se former et de se développer en tamazight», explique le responsable du HCA. Il ne faut pas perdre de vue qu'on a des élèves qui sont dans l'éducation nationale, ils apprennent la langue amazighe. Il y a aussi les enseignants et les licenciés de tamazight qui forment également cette couche de lectorat, comme il y a aussi le lectorat du mouvement associatif et ceux qui revendiquent cette langue.» Interrogé sur le volet multimédia, notre interlocuteur répondra : «Il y a effectivement un effort à faire chaque année dans ce sens. C'est un axe un peu négligé dans notre programmation, mais on a des projets pour renforcer cela afin de toucher l'autre frange qui est l'enfance, mais aussi pour faire un travail de sensibilisation pour lire et écrire tamazight (en direction des non-amazighophones) avec le support des multimédias.» A noter que l'édition algérienne d'expression amazighe – un secteur en pleine expansion – est présente, depuis quelques années et ce, grâces aux efforts du Haut-Commissariat à l'amazighité ainsi qu'à ses partenaires, dans le Salon international du livre d'Alger – et dans les différents salons régionaux. «Le livre en langue amazighe trouve toujours sa place dans le paysage éditorial national, et on souhaite également qu'il participe aux salons internationaux», souligne-t-il. Y. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.