Un journaliste en Algérie n'est pas toujours un flic.    Mali: la Cédéao appelle à l'arrêt des manifestations pour "continuer le dialogue"    Prise en charge de 200 ressortissants algériens rapatriés du Canada    ENSEIGNEMENT SUPERIEUR : Examen de la coopération avec les Emirats arabes unis    COUR D'ALGER : Le nouveau président installé dans ses fonctions    Fin de mission pour l'ambassadeur des USA en Algérie    FINANCE ISLAMIQUE : La BNA lance le service dans deux agences à Alger    INCENDIE DE FORETS : Plus de 16300 hectares partis en fumée    ECOLE SUPERIEURE D'AGRONOMIE DE MOSTAGANEM : Protocole de clôture de l'année universitaire, 2019-2020    TREMBLEMENTS DE TERRE A MILA : Des logements et des aides financières pour les sinistrés    Covid-19: 492 nouveaux cas, 343 guérisons et 10 décès    la FAF autorise les présidents de Ligues nationales à poursuivre leur mission jusqu'à l'AGE    La lutte contre le crime organisé sur la table    L'UGCAA de Tizi Ouzou demande la prolongation des délais    Cauchemar    Ah ! La fine équipe !    Un rassemblement de soutien à l'activiste Rabah Ziani réprimé    Farès fonce vers le Lazio    La mise en garde de l'avocat de Prince Ibara    L'histoire, dernier adversaire de Lewandowski    Triste et en colère    La "carte de journaliste", l'arme fatale des autorités    "Le Hirak a beaucoup accompli, il reste l'essentiel"    Tebboune met la pression sur les ministres    Alger veut une réévaluation    Reprise à la Pêcherie    1 349 interventions enregistrées par la Sûreté de wilaya    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    La mosquée Sidi-Ghanem de Mila n'a subi aucun dégât    Le comédien Bachir Benmohamed n'est plus    Ce n'est pas moi qui le dis !    Le moudjahid Hamana Boulaaras n'est plus    Encore un scandale à l'ESSTS de Dely Brahim : Quatre plaintes pour harcèlement contre le directeur    Hong Kong : Pékin sanctionne à son tour 11 responsables américains    On vous le dit    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au Niger    PUB' : LE GRAND « FAITOUT »    LA SACRALITE DEBONNAIRE DE L'ANSEJ    Tébessa: Autre temps, autres gens...    Ankara envoie un navire de recherche d'hydrocarbures    Le gouvernement Diab démissionne    l'Algérie engagée dans une lutte sans relâche contre les menaces à ses frontières    L'Europe doute des résultats de la présidentielle    Moussaoui, la priorité du Chabab    "Benchaïra a encore une bonne marge de progression"    La composition des deux groupes connue    Polémique autour d'une publication sur Okba Ibn Nafaâ    La dernière icône de l'âge d'or du théâtre algérien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cela s'est passe un jour/ Aventures, drames et passions celebres
Les criminels à travers l'histoire (110 e partie)
Publié dans Info Soir le 12 - 07 - 2010

Résumé de la 109e partie n Au procès d'Al Capone, le juge a changé, à la dernière minute, les jurés : ainsi, le gangster ne pourra pas, comme il a l'habitude, les soudoyer.
Les jours suivants, le procès va se dérouler dans une ambiance tendue. Les avocats d'Al Capone feront tout pour présenter leur client sous son meilleur jour. L'accusation, elle, s'emploie à présenter les preuves de la culpabilité de l'accusé : évasion fiscale, violation de la loi sur la Prohibition, délits divers. Après avoir résumé les débats, le procureur Johnson demande la peine maximale contre Al Capone. Une peine qu'il veut exemplaire pour servir de leçon aux autres gangsters. Le 17 octobre 1931, un samedi, le jury se retire pour délibérer. Après neuf heures, il revient avec un verdict : Al Capone est coupable mais seulement pour le chef d'inculpation d'évasion fiscale. La semaine suivante, il est condamné à onze ans de prison, à 50 000 dollars d'amende et à 30 000 dollars de frais de cour. Comme on lui refuse le versement d'une caution, il est aussitôt arrêté.
A l'annonce du verdict, Capone fait la grimace mais il reprend aussitôt son sourire comme pour montrer qu'il n'est pas très affecté. En réalité, il bouillonne de colère. Il sort du tribunal, escorté de policiers, quand on vient lui annoncer que sa propriété vient d'être confisquée par le fisc qui va la mettre aux enchères pour récupérer l'argent que Capone doit au trésor. Cette nouvelle achève de le mettre hors de lui. Il se jette sur un agent avec l'intention de l'étrangler. Les policiers le ceinturent et il est conduit au comté de Cook, en attendant son transfert au pénitencier fédéral d'Atlanta.
Cependant, si Capone n'a été condamné que pour évasion fiscale, l'accusation de violation de la Prohibition demeure et les preuves sont conservées : on les ressortirait si Capone parvenait à faire réviser en sa faveur le procès. Mais l'appel lui est refusé : il devra accomplir sa peine.
Après quelques mois passés à la prison de Cook, Al Capone est transféré au pénitencier d'Atlanta.
C'est Eliot Ness et ses Incorruptibles qui lui servent d'escorte jusqu'au train qui doit le conduire à la prison.
— Tu m'en veux ? lui demande Eliot Ness
— Non, répond Al Capone, je n'en veux à personne. Certains sont chanceux, moi, je ne le suis pas. Je dois faire mes onze ans de prison, je les ferai ! De toute façon, il y avait trop de choses à faire : les camions, les brasseries, ils auraient dû rendre tout cela légal !
— Si c'était légal, répond Ness, tu n'y aurais pas travaillé ! Au pénitencier d'Atlanta, il est traité comme un roi, grâce à son argent, mais tout change quand, en août 1934, il est transféré à Alcatraz où le gouvernement a décidé d'y réunir les criminels les plus dangereux et insoumis. Désormais, il est soumis à un contrôle rigoureux, il est privé de visite et de presse. Il fait des efforts pour s'adapter à sa nouvelle situation. Cependant, la syphilis, qui l'a atteint dans sa jeunesse, le reprend. Sa bonne conduite et sa maladie vont pousser les autorités à réduire sa peine. Il est libéré en novembre 1939. Sa femme Mae le conduit aussitôt à l'hôpital de Baltimore où il restera jusqu'au mois de mars 1940.
La même année, il marie son fils unique Sonny, qui lui donnera quatre petites-filles. Epuisé, il se retire dans son domaine de Palm Island, abandonnant pour toujours les affaires. Sa santé continue à se dégrader jusqu'au 25 janvier 1947, date à laquelle il succombe à une crise cardiaque. Ainsi, il finit paisiblement dans son lit, entouré de la famille Al Capone. Il avait su tirer profit de la Prohibition et amasser une fortune immense. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.