Tourisme: Air Algérie appelée à accompagner les efforts de développement du secteur    La décision de la Cour africaine est une attestation du statut juridique du conflit    Hand/CAN 2022 (dames): "Ce sera difficile mais jouable"    Lancement officiel du réseau parlementaire sur le climat et l'environnement    Mémoire nationale: élaborer un guide académique pour l'enseignement de l'histoire    Sommet arabe: un tournant qualitatif dans l'action arabe commune en faveur de la cause palestinienne    Handball: décès de l'ancien international algérien Ahmed Hadj Ali    Foot (match amical) : Algérie A' - Soudan à huis clos    Le nouveau stade de Tizi-Ouzou sera livré dans les délais    Grippe saisonnière: réception de 2,5 millions de doses de vaccin    L'Armée sahraouie bombarde des retranchements des forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Festival national du Malouf de Constantine : un spectacle des plus élégants à la troisième soirée    Le Premier ministre inaugure la 21ème édition du SITEV    Alcool frelaté: 19 morts dans le nord du Maroc    Sonatrach: Priorité à l'exploration    Une centaine de supporters blessés    Algérie A'- Soudan aujourd'hui à 20h00: Maintenir la dynamique des résultats    Ligue 1: Deux duels attrayants    Tiaret: L'usine de plaques PVC entre en production    De la dualité désordre-ordre humain à la guerre Ukraine-Russie    Huit agences de voyages agréées pour la Omra 1444: 21 millions de cts au minimum pour une «Omra simple»    Préservation des îles Habibas: Lancement de l'atelier chargé de l'élaboration du schéma directeur    Les chantiers de la santé : éviter de se perdre    Tlemcen: Les nouveautés de la codification des marchandises    A quand une rencontre Président-Maires ?    LA VIE... ET LE RESTE    «Nos entreprises sont prêtes à investir en Algérie»    Une aubaine pour les cimentiers    Des «lignes rouges» tracées    Les autorités pro russes revendiquent la victoire    Un géant qui voit grand    60 Cantines scolaires à l'arrêt    Ce qu'en attendent les syndicats    Trois ateliers illégaux démantelés    Tensions accrues au Sahel    Du bon et du moins bon    Maguire, c'est désastreux    Festival algérien des arts et de la culture «Dz Fest»    Le Japon invité d'honneur    Saint Augustin de retour à Souk Ahras    Le Président Tebboune reçoit l'ambassadeur du Ghana    APN: Réunion de coordination sous la présidence de Boughali    Festival national du Malouf de Constantine : une ambiance apaisante lors de la 2ème soirée    Conseil de sécurité de l'ONU: La Ligue arabe, l'UA et l'OCI soutiennent l'Algérie    Une commission et des Interrogations    Le wali, homme-orchestre    Le FFS fêtera jeudi ses 59 ans    Un coup de piston et...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Mustapha Alilat* à InfoSoir :
«Ils viennent des 47 wilayas»
Publié dans Info Soir le 07 - 02 - 2011

InfoSoir : Quel est le nombre de sans-abri qui ont été pris en charge par le Samu social d'Alger en 2010 ?
M. Alilat : Il est vraiment très difficile de dénombrer les sans-abri. En 2010, nous en avons pris en charge 1 630 : 1 227 hommes, 348 femmes et 55 enfants. Lors de notre dernière tournée, durant la dernière vague de froid, en novembre et décembre derniers, nous avons pris en charge 190 personnes, dont 24 femmes et 9 enfants. A Alger, plus de 90% des sans-abri viennent des 47 wilayas. C'est un problème qui doit être pris en charge à l'échelle nationale et non pas locale, seulement.
Les centres d'Alger sont complètement saturés. Ces dernières années, nous avons constaté que des familles entières vivaient dans la rue. Nous ne pouvons pas prendre en charge des familles entières. Si on regroupe une famille dans un centre, elle y restera. Le Samu social est un dispositif d'aide social d'urgence aux personnes les plus vulnérables. Un SDF remplit trois critères : une personne qui a rompu toute relation avec la société pour diverses raisons, n'a aucune ressource et aucun refuge.
Effectuez-vous régulièrement des tournées dans les rues de la capitale ?
Effectivement, nous avons trois équipes qui travaillent la nuit et deux autres la journée. Notre dispositif travaille en deux étapes. Des équipes mobiles composées de psychologues, d'infirmiers et parfois de médecins sillonnent les rues de la capitale. Leur mission : le repérage, la prise de contact et l'évaluation psychosociale. Cette dernière étape franchie, une décision est prise pour déterminer le type de prise en charge le plus adapté à telle ou telle situation.
C'est-à-dire soit un transfert vers les urgences hospitalières, soit un transfert dans un centre... Et si la personne refuse de venir avec nous au centre, on lui sert un repas dans la rue. Ces équipes mobiles travaillent sur signalement. Dans les périodes de grands froids, comme ces jours-ci par exemple, nous mobilisons un peu plus nos équipes et nous multiplions les rotations.
Comment est organisée la prise en charge dans les centres d'hébergement ?
C'est tout un parcours. Une fois le SDF identifié, il est transféré dans un centre d'hébergement. Et nous avons un deuxième axe de prise en charge, à savoir l'hébergement d'urgence, car le travail du Samu social a un caractère d'urgence. Il y a un relais pour la prise en charge. A leur arrivée au centre, les personnes normales prennent une douche, se changent, se reposent et prennent un repas… Ensuite, elles passent chez le psychologue pour une évaluation et chez le médecin pour une analyse médicale.
Pour ce qui est des personnes impotentes, elles sont orientées vers des centres plus adaptés. La prise en charge au sein du centre d'hébergement de Dely-Ibrahim ne dépasse pas trois jours, car en 2008 un incendie a ravagé quelques chalets, nous travaillons donc avec le strict minimum.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.