Comment se protéger les yeux en été ?    AS Rome : Mourinho vise un défenseur du Barça    Chlef: La tomate industrielle veut éviter les «invendus»    Sensibilisation sur la rationalisation de la consommation de l'énergie électrique    Une passerelle numérique vers les services d'assistance sociale    Mystérieuse tentative d'assassinat du président malgache    Une autre forme de normalisation ?    Des tests techniques pour un meilleur débit d'Internet    Sûreté nationale: Intelligence et lutte contre cybercriminalité    MC Oran: Encore une saison ratée !    RC Relizane: Le maintien en bonne voie    Violence dans les stades: Quand les entraineurs s'en mêlent    Malgré un flux d'estivants relativement faible: La corniche renoue avec les embouteillages et les bouchons    Mascara: Trois morts et quatre blessés dans une collision    Les langues maternelles au chevet de l'Education : les conseils de la Banque mondiale !    Les grandes sociétés américaines sont-elles au-dessus des lois ?    Naïveté et réalité du monde    Le baril efface ses pertes    Le paiement en ligne est opérationnel    Tebboune installera officiellement le nouveau gouvernement    L'Exécutif sur les chapeaux de roue    Le CRB nouveau leader    Belazri retenu comme juge de ligne    Lagab et Mansouri abandonnent    L'ambassade d'Algérie en France porte plainte contre RSF pour diffamation    Ce que veulent les Américains au Mali et en Libye    L'unité aérienne de la protection civile dépêchée    Une délégation chinoise arrive en Algérie    Rym Feroukhi sur le podium    Situation catastrophique à Sétif    Quand la joie se transforme en deuil    Où est l'Etat?    208 migrants secourus en 48 heures    Confinement à Hanoï    La session parlementaire clôturée demain    Des endroits féeriques à visiter    L'Unesco n'inscrit finalement pas Venise sur cette liste    Nouvel ouvrage de Mahdi Boukhalfa    Des bourses attribuées à des chercheurs algériens    RSF avoue avoir placé l'Algérie par "erreur" sur la liste des utilisateurs de Pegasus    ALGER RIPOSTE    LE SNAPO PLAIDE POUR UNE VACCINATION DANS LES OFFICINES    TRÊVE SANITAIRE À TIZI OUZOU ET À BEJAIA    Abdelhakim Meziani, l'insatiable passionné    Il a rencontré jeudi le responsable de l'ANIE : Tebboune met le cap sur les locales    Il avait repris hier à 73,80 dollars : Le pétrole fait du surplace après avoir recouvré ses pertes    Fini la politique de l'autruche    Quelle cyberstratégie pour l'Algérie?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Miliana
Histoires des monuments
Publié dans Info Soir le 28 - 07 - 2003

Zucchabar, garnison romaine fondée vers l?an 25 av. J.-C. par l?empereur Auguste sur les pentes abruptes du mont Transcellens (Zaccar), surplombe la vallée du Chélif. Elle devient l?une des plus importantes cités de la province de Mauretanie césarienne.
Au Xe siècle, Bolokain Ibn Ziri Essanhadji construisit la ville musulmane appelée désormais Miliana sur l?emplacement de l?antique Zucchabar. Toutefois, il ne reste plus de ruines d?édifices anciens à Miliana. Les quelques monuments qui subsistent de nos jours sont, pour la plupart, datés du XVIIIe et XIXe siècles.
Mosquée de Sidi Ahmed Benyoucef
Ce monument, fierté des Milianais, est attribué au saint Abu El-Abbas Ahmed Benyoucef Errachidi, grande figure mystique né à Qalaâ des Beni Rached non loin de Mascara au milieu du XVe siècle. Mort en 1526, il fut inhumé à Miliana, et en 1774, Mohamed El-Kebir, bey d?Oran, finança l?érection du sanctuaire. La légende raconte, mais des écrits l?attestent, qu?avant de mourir le saint Sidi Ahmed Benyoucef avait demandé à son entourage de déposer sa dépouille sur le dos de sa jument et de l?enterrer à l?endroit où s?arrêtera l?animal. Ce qui fut fait. Quelques heures seulement après, la jument rendit son dernier souffle et elle fut enterrée auprès de son maître.
Pour rappel, ce monument, classé depuis 1978, a fait l?objet d?une opération d?aménagement consistant en un revêtement du patio-galerie.
Le minaret El-Batha
Ce minaret faisait partie d?une ancienne mosquée turque dite djemaâ El-Turk ou djemaâ El-Batha. Elle fut détruite vers 1844 pour laisser place au nouveau tracé de la ville.
L?endroit où elle fut construite fut transformé en place publique (place Royale) et son minaret en horloge.
Manufacture d?armes de l?émir Abdelkader
Elle est située en contrebas des vieux remparts dans la banlieue Est de la ville.
Cette usine a été édifiée par l?émir vers 1839. On y fabriquait des baïonnettes et des affûts de canons. Elle était dirigée par Alquier Cazes, un minéralogiste français déserteur de l?armée française. Malheureu-sement, ce monument, dont quelques pans de façades extérieures subsistent encore, ne cesse de subir des dégradations en raison de son abandon.
Par ailleurs, on peut constater la présence dans son enceinte de constructions illicites.
Musée Emir Abdelkader
Un lieu hautement historique, cette bâtisse, datant de l?époque turque, appelée Dar El-Bey, a servi à l?émir de siège pour son califat de 1835 à 1840.
Après avoir subi des travaux de restauration, elle a été aménagée en musée abritant des salles d?exposition sur l?archéologie romaine, ethnographique et des manuscrits sur la résistance populaire.
En outre, il y a lieu de signaler qu?une deuxième annexe du musée, récemment restaurée, est réservée à l?histoire contemporaine (mines du Zaccar, guerre de Libération nationale).
Les remparts
D?après certaines sources, ces remparts seraient d?origine antique, ils ont subi de nombreuses transformations notamment en raison de l?extension de la ville coloniale.
A ce propos, on notera que l'enceinte fut complètement reconstruite dès 1843. Elle fut fortifiée de 17 bastions et percée de trois portes principales : porte du Zaccar, porte de Boutane et porte du Chélif.
Actuellement, il n?en subsiste que les parties de l?enceinte sud, sud-est et sud-ouest, le reste étant détruit depuis l?époque coloniale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.