Référendum: début du vote dans les bureaux itinérants de zones reculées au sud    30 nouveaux notaires prêtent serment    Les islamistes reviennent à la charge    Le constat amer du PLD    Ce qui risque de plomber le référendum    L'ONU publie une lettre envoyée à Tebboune    Des urnes et des prospectus publicitaires brûlés    Les agences commerciales ouvertes dimanche dans les chefs-lieux de wilaya    Sécuriser la grande mosquée    Plafonnage des prix des semoules    136 milliards de centimes de créances impayés    Des locaux et des terrains au profit des start-up    Le gouvernement s'engage à remettre sur pied GTH    Le jeu dangereux des Emiratis    Nouvelle réunion de médiation à Genève    L'Algérie condamne l'acte terroriste «odieux» de Nice    Trump et Biden multiplient les meetings    Une présidentielle à haut risque en Côte d'Ivoire    Haidar apporte son soutien aux manifestants    Face à une deuxième vague particulièrement virulente : Nouveau confinement d'un mois sur l'ensemble du territoire français    Zakaria Boulahia et Rodolphe attendus demain    La FAF recadre Tahar Belkhiri du MCA    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce samedi    Les Rouge et Noir se confinent !    El-Mellali condamné à six mois de prison avec sursis    "Le championnat pourra reprendre mais..."    Les nouvelles mesures du gouvernement    L'est du pays fortement touché    Des directives pour accélérer les travaux    Les habitants du quartier changent les lampes grillées    Les villageois réclament une école primaire    «La colonisabilité», c'est quoi au juste ?    Mosquée d'Alger : munificence de l'ouvrage, mais ardoise «secrète»    NED Emmouk !    Un combat reste toujours à mener    "On s'est battu pour la liberté, aujourd'hui, elle nous manque"    Retour imminent d'Al-Jazeera    Mawlid Ennabaoui : Plusieurs incendies enregistrés suite à l'utilisation de pétards    Malgré que la crise sanitaire s'accentue : Les mesures préventives peu respectées dans les commerces    Disposant de l'un des principaux marchés de gros du pays : Gué de Constantine en quête d'un développement local harmonieux    Mégaprojet d‘exploitation du phosphate à Tébessa : Le lancement prévu pour le premier trimestre 2021    Référendum sur l'amendement constitutionnel : ouverture de bureaux de vote à l'étranger    CSA – CRA : L'AGO le 9 novembre    MC Oran : Le Mouloudia se frotte à la Réserve du WAT    Nouvelles de Saïda    Un puissant séisme fait au moins 26 morts en Turquie et Grèce    "La honte à ceux qui séparent les épines des roses", le parcours d'une militante associative    Service Presse de la wilaya III historique : la communication en soutien de la Révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un monde à part !
Publié dans Info Soir le 23 - 04 - 2004

Catégorie En règle générale, les turfistes algériens se comptent parmi les personnes âgées de plus de 35 ans.
Ils sont environ 100 000 à parier presque quotidiennement dans les courses hippiques dans notre pays, selon les responsables de la Société des courses hippiques et du pari mutuel (Schpm). Si les uns sont juste des parieurs occasionnels, les autres, plus nombreux, sont de véritables abonnés du turf.
Ils ne ratent pratiquement aucune course pour faire leurs paris. Malgré la mentalité prédominante dans la société qui fait qu?un parieur est toujours mal vu, ces férus de turf ne semblent pas près de cesser de s?adonner à leur passion.
C?est qu?ils ne vivent que pour et par le turf. Pour eux, c?est surtout la passion des courses et des chevaux qui les fait «courir».
«Si c?est vraiment l?envie de gagner de l?argent qui nous anime, rien ne nous empêche de jouer au Loto sportif, dont la cagnotte est de loin plus importante que celle du PMU. Or nous, les véritables turfistes, nous ne jouons pas, pour ne pas dire jamais, au Loto sportif», relèvera un turfiste rencontré au bureau du PMU installé à l?intérieur du cercle de l?Usmmc, à El-Harrach. En règle générale, les turfistes algériens se comptent parmi les personnes âgées de plus de 35 ans.
Certes, il y a des jeunes qui y jouent, de temps à autre, «mais ils sont loin d?être des turfistes, car ce qui les intéresse, c?est l?argent.
Ils ne sont pas des passionnés de courses et de chevaux.» Nombreux sont les turfistes qui pensent que les courses hippiques nationales sont souvent entachées d?irrégularités. «Il y a des jockeys, des commissaires aux courses, des propriétaires de chevaux? qui ne jouent pas franc jeu. Ils ne se gênent pas pour tricher dès que quelqu?un leur propose de l?argent», dira un groupe de turfistes d?El-Harrach.
Et d?ajouter : «Des chevaux dopés, d?autres qui sont alignés dans des courses auxquelles ils ne devraient jamais participer, des joueurs qui font leurs pronostics après le déroulement des courses, dans les wilayas de l?intérieur du pays, des jockeys sanctionnés qui participent toujours aux courses? sont autant d?irrégularités qu?on constate chaque jour.»
Alors que nos interlocuteurs étaient en train d?énumérer les «magouilles des uns et des autres», Abdellah Bousbâa, responsable du syndicat Ugta de la Schpm, intervient pour «mettre les points sur les i» : «Vous dites que le quatrième volet du ticket destiné au contrôle central ne parvient jamais à temps à la direction de l?entreprise, eh bien, je vous invite sur-le-champ à déléguer quelqu?un parmi vous pour vérifier cela.»
Continuant à accuser les responsables et les employés de la Schpm de «magouilleurs», les turfistes ne daignent pas pour autant désigner quelqu?un pour aller prouver la véracité de ce qu?ils avancent.
«Franchement, on ne leur en veut pas. Nos turfistes sont ainsi faits, ils ne sont jamais contents. En tout cas, on se tient toujours prêts à les recevoir pour leur démontrer que tout se fait dans la régularité à notre niveau», commentera Salmi Chabane, directeur du Pari mutuel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.