Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
Aïn Fouara, cette belle étrangère
Publié dans Info Soir le 01 - 07 - 2012

Proverbe n «Un douro de benjoin et la ville est encensée ».
Il n'y a rien de plus vrai, ni de plus subtil pour illustrer cet état d'esprit qui règne dans cette grande ville des hauts- plateaux de l'est algérien, ce carrefour d'échanges et de convivialité où tout se sait et où rien ne saurait être caché.
Ici l'étranger se sent vite chez lui, c'est ainsi que dans cette mosaïque fraternelle de Amr, de Ouled Naïl, de Kabylie, de Chaouia, de Kotama, de Souafa, de Beni M'zab et d'ailleurs, c'est une étrangère qui est devenue le symbole de la ville, quasiment sa dame patronnesse.
Statue en marche. « Aïn Fouara » représente une femme nue aux formes délicates et harmonieuses. Elle a été sculptée par l'artiste français, Francis de Saint Vidal et a été achevée le 26 février 1898. Selon une légende, la jeune femme prise comme modèle était une française de Sétif, dont il serait tombé amoureux... Un jour que la statue était exposée au Musée du Louvre, le gouverneur militaire de Sétif tomba en extase devant elle et demanda au sculpteur de l'offrir à Sétif pour en faire une fontaine monumentale.
L'artiste accepta volontiers. La statue entreprit alors un long périple à destination de sa ville d'adoption. Elle partit en juillet 1898 de Paris vers Marseille puis embarqua à bord d'un bateau vers Philippeville (Skikda).
Elle fut reçue au port, en grande pompe par de nombreux notables de Sétif. Son destin de Sétifienne venait de commencer.
De Philippeville, elle fut transportée, par des moyens de l'époque, par monts et par vaux jusqu'à Sétif. Le voyage dura plus de dix jours, mais finit en apothéose. Toute la communauté européenne était là pour l'attendre. La curiosité se le disputait à l'admiration. Son sort était scellé. Elle venait de captiver les cœurs des Sétifiens toutes communautés confondues.
L'architecte franco-italien Francissionni sera chargé du site de son emplacement. Plusieurs artisans de renommée seront mis à contribution pour parachever l'œuvre de Saint Vidal et dresser la statue et son piédestal sur une fontaine quadriforme.
Le jour de son érection, par une journée glaciale de fin d'automne, l'assistance nombreuse vit d'épaisses volutes de vapeur monter de la fontaine sous
l'effet du froid intense. Des voix de Sétifiennes autochtones montèrent : «Fouara... Fouara... » (en arabe : elle fait de la vapeur, elle fait de la vapeur...) cette femme nue, superstition aidant, allait prendre au fil des ans une valeur incroyable aux yeux, non seulement des autochtones mais aussi des Européens. Surtout parmi les femmes. Celles qui n'avaient encore trouvé un mari venaient, sans même sans cacher, lui demander de leur en ramener un. Et lorsque les vœux étaient exaucés, les femmes revenaient en habits de fête et avec force youyous passaient du henné sur les mains et les pieds de la belle fée.
Malgré sa totale nudité, El-Fouara ne choquera pas. Pourtant, elle ne se trouve qu'à une cinquantaine de mètres de la grande mosquée de Sétif. Ce voisinage, assez peu coutumier au regard des traditions algériennes, est d'ailleurs l'expression d'une tolérance inouïe et jamais constatée dans un pays musulman. L'esthète et le croyant, à quelques mètres l'un de l'autre, l'un admirant les formes féminines d'une statue de marbre, revêtue de sa seule chevelure mais aussi d'une telle beauté qu'elle en est devenue pudique dans sa nudité même et l'autre priant sereinement son Créateur sans qu'il soit besoin lui de jeter l'anathème sur la beauté, l'innocence et le désarroi des cœurs qui espèrent et se languissent.
Mais à l'aube d'une journée d'avril 1997 à moins d'une année du centenaire de la statue, le centre de Sétif fut secoué par une forte déflagration. Aïn El Fouara avait été dynamitée, Les Sétifiens découvrirent avec une douleur non dissimulée que cette fée qui faisait partie de leur patrimoine, de leur vécu et de leur personnalité avait été déchiquetée. Ils la pleurèrent, hommes et femmes, comme un être cher. L'identité de ceux qui avaient voulu frapper l'âme même des Sétifiens ne sera jamais connue.
En ces temps de trouble et de violence, tout était possible pour lâcher les démons.
Grâce aux élèves de l'Ecole des Beaux-Arts, la statue fut restaurée. C'est à peine si l'on en voit encore quelques cicatrices. Mais émus par ce qui lui a été infligé, les Sétifiens ne l'en aiment que plus.
Anis Mehdi


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.