Tebboune installe une commission pour l'amender    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Liberté de dire. Toujours !    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    "Mes vérités..."    Plus de 50 milliards de dinars de perte    La justice à la recherche des complices de Haddad    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    Ce que prévoit la note du MJS    Benlamri proche de Getafe    Ferhat marque des points    «Des négociations sont en cours, il est à Londres»    La fille des Aurès    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    6 décès et 210 nouveaux cas en 24 heures    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Le numérique, un geste barrière efficace ?    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Tlemcen: Une question de conformité    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le coup de bill�art du Soir
�Fouara, fouara !�
Publié dans Le Soir d'Algérie le 06 - 05 - 2012


Par Kader Bakou
La veille de la finale de la coupe d�Alg�rie, les t�l�spectateurs alg�riens ont vu un jeune supporter de l�Entente dire : �Nous allons boire l�eau de A�n El-Fouara dans cette coupe que nous allons remporter !�
On ne peut imaginer la c�l�bration d�un �v�nement ou un reportage � S�tif, sans l�in�vitable fontaine de A�n El-Fouara. Appel� � l��poque �la Fontaine monumentale�, ce symbole de la ville a �t� inaugur� en 1899. A l�origine, c��tait une simple fontaine autour d�une source, b�tie par le g�nie lors de l�occupation de S�tif. Le conseiller municipal Bastide, durant la s�ance du conseil municipal du 4 juin 1894, souleva la question de sa reconstruction en faisant remarquer que la fontaine de la �Place nationale� menace de tomber. Le maire Aubry et la majorit� des membres du conseil sont d�accord mais optent pour l'attente de nouveaux fonds qui permettraient �de la d�molir et de la reconstruire compl�tement �. Ce projet tenait � c�ur au maire qui, lors d�un voyage � Paris en 1896, rencontra le directeur des Beaux-Arts et lui demanda de lui faire don d�une statue pour d�corer la future fontaine de la place nationale. La statue en marbre sera pr�te dans le courant du premier semestre de l�ann�e 1898, et le maire re�oit du directeur des Beaux-Arts de Paris une lettre (dat�e du 3 f�vrier 1898), dans laquelle est �crit : �M. de Saint-Vidal pense avoir termin� son �uvre pour le prochain Salon o� il d�sirerait qu�elle figur�t ; elle serait d�s la cl�ture du Salon (soit au commencement de juillet prochain) exp�di�e � S�tif.� Le socle et tout l�environnement architectural a �t� con�u par un architecte �local�, Eldin, qui construisait alors le Th��tre de S�tif. L�entrepreneur Francione �tait charg� des travaux du socle et de la mise en place de la statue. Selon une autre version, la statue sculpt�e par l�artiste fran�ais Francis de Saint Vidal �tait expos�e au mus�e du Louvre, quand le gouverneur militaire de S�tif tomba en extase devant elle et demanda au sculpteur de l�offrir � S�tif pour en faire une fontaine monumentale. La belle statue partit en juillet 1898 de Paris vers Marseille puis embarqua � bord d�un bateau vers Philippeville (Skikda). Elle fut re�ue au port, en grande pompe et fanfare, par de nombreux notables de S�tif. De Philippeville, elle fut transport�e jusqu�� S�tif. Une foule �tait l� pour l�attendre. La curiosit� se le disputait � l�admiration, elle venait de captiver le c�ur des S�tifiens toutes communaut�s confondues. Plusieurs artisans de renom seront sollicit�s pour parachever l��uvre de Saint Vidal et dresser la statue et son pi�destal sur une fontaine quadriforme, dont chaque bouche se trouve en face d�un point cardinal. Cette statue de marbre repr�sente une femme nue aux formes d�licates et harmonieuses, assise sur une pierre. Selon une l�gende, la jeune femme qui a servi de mod�le au sculpteur �tait une Fran�aise de S�tif. Par une journ�e glaciale de fin d�automne, les passants remarquent d��paisses volutes de vapeur monter de la fontaine, sous l�effet du froid intense. Les S�tifiens �autochtones� font remarquer : �Fouara, fouara !� (elle fait de la vapeur). Ce surnom s�imposera. En avril 1997, � moins d�une ann�e du centenaire de la statue, le centre de S�tif fut secou� par une forte d�flagration. A�n Fouara avait �t� dynamit�e. Les S�tifiens d�couvrirent avec douleur que cette f�e qui faisait partie de leur patrimoine avait �t� d�chiquet�e. Mais, gr�ce aux �l�ves de l�Ecole des beaux-arts, la statue fut restaur�e et c�est � peine si quelques l�g�res �cicatrices� sont visibles. A�n El- Fouara, chant�e par les artistes, fait de l�ombre aux autres fontaines de S�tif comme A�n Boua�roura, A�n M�zabi, A�n Mauro ou A�n El-Ghassoula fr�quent�e jadis par les lavandi�res. Certaines ont disparu. A�n El-Fouara aujourd�hui n�est concurrenc�e que par A�n Droudj dont on dit que l�eau est de meilleure qualit�, bien que ce pr�cieux liquide, dans les deux fontaines, provient d�anciens bains romains. Si Constantine est la ville des ponts, S�tif est certainement la ville des sources.
K. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.