TRAFIC DE FORMULAIRES DE SOUSCRIPTION : L'ANIE reconnaît des cas de fraude à Souk-Ahras    SYNDICATS AUTONOMES : Le CSA appelle à une grève générale    APRES SES PROPOS HOSTILES AU SAHARA OCCIDENTAL : Le CNASPS qualifié Saadani ‘'d'aventurier sans conscience''    ANARCHIE DANS LE TRANSPORT DES VOYAGEURS DE LA CORNICHE ORANAISE : 200 Da le prix d'une place par taxi à partir de 17h00    ACTION ANTI-DROGUE DE LA 8EME SURETE URBAINE (MOSTAGANEM) : Huit consommateurs de drogue arrêtés    TIARET : Des citoyens ferment le siège de l'APC de Rechaiga    Silence radio à la Sonatrach    Une convention pour booster le commerce électronique en Algérie    Rencontre régionale sur le code des marchés publics    Suspension d'une usine de boissons gazeuses    L'illicite défigure le site Aadl à Tamanrasset    Le prix Pomed décerné à Soufiane Djilali    Erdogan menace de reprendre l'offensive mardi soir si l'accord n'est pas respecté    Grève générale et manifestation à Barcelone    L'UE menace Washington de représailles    14 civils tués dans des raids turcs    "Atal ne partira pas l'été prochain"    Les joueurs mettent fin à la grève    Zetchi : "Il y a des contraintes de calendrier, mais les motivations sont là"    Les «Verts» face à leur destin    Medaouar répond aux Usmistes et à Messaoudène    Les fans boudent, Laoufi s'interroge    "Nous sommes toujours aux côtés du peuple"    Les avocats des détenus mettent à exécution leurs menaces    Dossier clos    La "harga" vers les côtes italiennes s'intensifie    3 exos pour se lever du bon pied    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Un sit-in de la communauté chrétienne violemment réprimé    Marie-Antoinette, cette figure de la pop culture    Concours de la chanson patriotique    Un lien entre deux peuples et deux cultures    L'Algérie représentée par le jeune Chikhi Samir    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 9ème journée    Oued Tlelat - El Braya: Plus de 190 000 sachets de « chemma » saisis    Sétif: Deux morts et un nourrisson grièvement blessé dans une collision    Projets des Jeux méditerranéens: Constat satisfaisant et confirmation de l'échéance de réception, juin 2020    Nouvelle sortie de Amar Saâdani: L'«Etat profond», le hirak et le Sahara Occidental    Conseil de la nation: Début des procédures de levée de l'immunité de deux sénateurs    Automobile: L'usine Renault Algérie reprendra ses activités en 2020    Pour blanchiment d'argent et financement occulte de partis politiques: Tliba incarcéré à la prison d'El Harrach    Pour contrer le Hirak, le pouvoir tente d'obtenir la bienveillance internationale    La révolution légale    En marge de la vente dédicace de son livre: Le styliste espagnol Adolfo Dominguez revient sur son parcours artistique    Commémoration du 80ème anniversaire de l'exil républicain: Oran rend hommage aux réfugiés espagnols    Un déficit de 4,68 mds dollars    L'Algérie domine l'Irlande 4-0    Rohani : Les "Israéliens et les Saoudiens ont poussé les USA à sortir de l'accord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
Sidi Ahmed Benyoucef (1re partie)
Publié dans Info Soir le 12 - 05 - 2004

Repère La ville de Miliana doit sa célébrité à son saint patron, son wali, Sidi Ahmed Benyoucef.
Miliana, à 130 kilomètres à l'ouest d'Alger, est une petite ville charmante. A 740 mètres d'altitude, elle semble suspendue aux flancs du Zaccar Al-Gharbi ; mais si la montagne la domine, elle domine, elle, à l'est et au sud, la vallée du Chéliff, à l'ouest, un grand plateau, prolongement de la montagne, avec des vergers où poussent à profusion des fruits savoureux.
Le nom de Miliana nous vient de l'Antiquité. L'itinéraire d'Antonin, sorte de répertoire antique des villes et cités antiques, cite à l'emplacement actuel de la ville ou dans ses environs, une agglomération du nom de Malliana et saint Augustin évoque un évêque de cette cité, Victorien de Malliana. Une stèle découverte en 1849 à Khemis-Miliana, I'ancienne Affreville, à 8 kilomètre de Miliana, porte le nom de Manliae, fille d'un certain Lucius, propriétaire d'un grand domaine de la région. On a rapproché tous ces noms de celui de Miliana, auquel on a donné une origine latine.
Mais certains auteurs ne partageant pas cette hypothèse pensent plutôt à un nom berbère : une cité fortifiée du Touat (qasr) porte ce nom ainsi qu'une fraction de la tribu berbère des Bani Handel.
Des auteurs rattachent Miliana à une cité plus grande, Zucchabar, signalée par une pierre retrouvée lors de travaux de terrassement sur la rive droite du Chéliff. Des auteurs latins citent Zucchabar ? on a aussi Sugabar ? et on sait que lors de la révolte de Firmus, en 375, Théodose a quitté Césarée (Cherchell) pour se réfugier dans cette ville et mieux combattre l?insurrection du prince berbère. Les premiers auteurs musulmans ne citent pas Miliana. Le premier à le faire est le géographe Ibn Hawqel qui, à la fin du Xe siècle de l'ère chrétienne, évoque ses nombreux canaux d'irrigation ainsi que ses moulins à eau.
Al-Bekri, au XIe siècle, indique que Miliana était une agglomération «romaine» et qu'elle était recouverte de riches vergers et de canaux qui faisaient marcher des centaines de moulins à eau. Al-Bekri écrit que Miliana fait partie, avec Alger et Médéa, des villes que le prince ziride Buluggin rénova.
Les Almoravides s'emparent de Miliana en 1184, puis la ville tombe au mains des Mérinides. Au début du XVIe siècle, le Turc Baba Aroudj s'en empare, en même temps que des plaines de La Mitidja et de la vallée du Chéliff.
La ville connaît de nombreux soulèvements contre l?autorité ottomane et ce, pratiquement jusqu'à l'arrivée des Français qui se heurtent aussi à la résistance de la population, qui prête allégeance à l'Emir Abdelkader.
Les Français finissent par l'occuper, en 1840.
Miliana possède quelques gloires locales qui sont peu connues hors de la région : poètes, juristes et historiens du Moyen-Age.
Il en va autrement de Sidi Ahmed Benyoucef, son saintpatron, ou pour reprendre la dénomination courante, son wali. Ce saint n'est pas originaire de Miliana, mais il y est enterré, et cela suffit à la ville de rattacher son nom à l'un des saints le plus populaire du Maghreb, voire du monde musulman. C'est son histoire, mêlée de légendes, que nous allons raconter dans les prochains articles. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.