Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
Sidi Ahmed Benyoucef (1re partie)
Publié dans Info Soir le 12 - 05 - 2004

Repère La ville de Miliana doit sa célébrité à son saint patron, son wali, Sidi Ahmed Benyoucef.
Miliana, à 130 kilomètres à l'ouest d'Alger, est une petite ville charmante. A 740 mètres d'altitude, elle semble suspendue aux flancs du Zaccar Al-Gharbi ; mais si la montagne la domine, elle domine, elle, à l'est et au sud, la vallée du Chéliff, à l'ouest, un grand plateau, prolongement de la montagne, avec des vergers où poussent à profusion des fruits savoureux.
Le nom de Miliana nous vient de l'Antiquité. L'itinéraire d'Antonin, sorte de répertoire antique des villes et cités antiques, cite à l'emplacement actuel de la ville ou dans ses environs, une agglomération du nom de Malliana et saint Augustin évoque un évêque de cette cité, Victorien de Malliana. Une stèle découverte en 1849 à Khemis-Miliana, I'ancienne Affreville, à 8 kilomètre de Miliana, porte le nom de Manliae, fille d'un certain Lucius, propriétaire d'un grand domaine de la région. On a rapproché tous ces noms de celui de Miliana, auquel on a donné une origine latine.
Mais certains auteurs ne partageant pas cette hypothèse pensent plutôt à un nom berbère : une cité fortifiée du Touat (qasr) porte ce nom ainsi qu'une fraction de la tribu berbère des Bani Handel.
Des auteurs rattachent Miliana à une cité plus grande, Zucchabar, signalée par une pierre retrouvée lors de travaux de terrassement sur la rive droite du Chéliff. Des auteurs latins citent Zucchabar ? on a aussi Sugabar ? et on sait que lors de la révolte de Firmus, en 375, Théodose a quitté Césarée (Cherchell) pour se réfugier dans cette ville et mieux combattre l?insurrection du prince berbère. Les premiers auteurs musulmans ne citent pas Miliana. Le premier à le faire est le géographe Ibn Hawqel qui, à la fin du Xe siècle de l'ère chrétienne, évoque ses nombreux canaux d'irrigation ainsi que ses moulins à eau.
Al-Bekri, au XIe siècle, indique que Miliana était une agglomération «romaine» et qu'elle était recouverte de riches vergers et de canaux qui faisaient marcher des centaines de moulins à eau. Al-Bekri écrit que Miliana fait partie, avec Alger et Médéa, des villes que le prince ziride Buluggin rénova.
Les Almoravides s'emparent de Miliana en 1184, puis la ville tombe au mains des Mérinides. Au début du XVIe siècle, le Turc Baba Aroudj s'en empare, en même temps que des plaines de La Mitidja et de la vallée du Chéliff.
La ville connaît de nombreux soulèvements contre l?autorité ottomane et ce, pratiquement jusqu'à l'arrivée des Français qui se heurtent aussi à la résistance de la population, qui prête allégeance à l'Emir Abdelkader.
Les Français finissent par l'occuper, en 1840.
Miliana possède quelques gloires locales qui sont peu connues hors de la région : poètes, juristes et historiens du Moyen-Age.
Il en va autrement de Sidi Ahmed Benyoucef, son saintpatron, ou pour reprendre la dénomination courante, son wali. Ce saint n'est pas originaire de Miliana, mais il y est enterré, et cela suffit à la ville de rattacher son nom à l'un des saints le plus populaire du Maghreb, voire du monde musulman. C'est son histoire, mêlée de légendes, que nous allons raconter dans les prochains articles. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.