Les étudiants brisent le cordon policier, rue Hassiba    Protestation des journalistes hier à Tizi Ouzou    "Aucune disposition pénale ne sanctionne le port de l'emblème"    Rencontre, demain, des partisans d'une «transition de rupture»    Les citoyens de Haïzer réclament la libération immédiate des détenus    Trois manifestants placés sous contrôle judiciaire à Oran    Samy Agli, nouveau président du FCE    Redorer le blason de l'UGTA    Le Femise évoque la persistance du système de rente en Algérie    Poutine prolonge l'embargo alimentaire contre les Occidentaux    Ankara discute avec Moscou sur la date de livraison des missiles S-400    Le Mozambicain Anibal Manave élu président de FIBA Afrique    Dix à quinze jours d'indisponibilité pour Salif Sané    Allik sur les traces de Benkhelifa…    L'ONA actionne son dispositif d'intervention et d'alerte    Le plan canicule activé à Constantine    L'Algérien Toufik Hamoum à la tête du Conseil technique de l'Unesco    ACTUCULT    Le plasticien Ahmed Stambouli dévoile une nouvelle exposition    Deux stèles à l'effigie de Matoub Lounès et d'Imache Ammar    17,56 millions de dollars pour un film jamais tourné    Rétrospective sur le virtuose du cinéma algérien    Nouvelles de l'Ouest    Le secteur de la santé à Chlef : Beaucoup d'argent consommé sans impact sur la population    Retards dans la réalisation de projets sportifs : Des mises en demeure adressées aux entreprises et bureaux d'études    Saison estivale 2019 : Aménagement de 62 plages autorisées à la baignade    El Khroub: 8 compteurs électriques détruits par un incendie     Rocher de la vieille: Chute mortelle d'un homme du haut de la falaise    Tri et recyclage des déchets: Près de 1.024 tonnes de plastique valorisées par des entreprises en 6 mois    Groupe F : Cameroun-Guinée Bissau, aujourd'hui à 18h00: Les Lions Indomptables veulent rugir    Ali Benflis au « Le Quotidien d'Oran »: «Impérieuse nécessité d'un grand compromis national»    Conseil de la nation: La demande de levée de l'immunité parlementaire de Amar Ghoul à l'étude    Le PDG de Sonelgaz à Oran: Deux nouveaux directeurs de distribution installés à Oran et Es-Senia    Equipe nationale: Pouvait mieux faire !    Chambre de commerce et de l'industrie de l'Oranie - CCIO: La commission ad-hoc des JM 2021 installée    L'ARBRE DESSECHE    Analyse : Paix et sécurité en Afrique pour les nuls…et les plus avertis    Pour "réduire leur dépendance envers Moscou" : Les USA veulent accorder des prêts aux pays de l'Otan    Dédollarisation : Les alliés des Etats-Unis se débarrassent eux aussi du dollar    Energies renouvelables : L'Algérie s'est dotée d'une stratégie "ambitieuse" pour son développement    Avec Uptis : Michelin lance le pneu increvable    Libye: Le président du Conseil social des tribus Touareg salue les efforts de l'Algérie    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée public    L'Etat à la rescousse    L'opposant Abdourahman Guelleh a pu quitter le pays    Mustang Shelby GT 500, un V8 de…770 chevaux !    Can 2019 Les verts réussissent leurs débuts    Speedy Algérie : Promo vacances sur les pneus, freins et cli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils ont marqué leur époque
Kahena (5e partie)
Publié dans Info Soir le 09 - 03 - 2013

Résumé de la 4e partie - Erigée par l'association Aurès El-Kahena au centre ville de Baghaï, cette statue a été inaugurée en février 2003.
Certains Kabyles protestèrent car aucune inscription en langue amazighe ne figure sur le socle de la statue, son nom étant écrit en arabe. Khenchela est le nom que portait la fille de la reine berbère Kahena. Le nez, dont il est question, veut dire le Khanchouch, c'est-à-dire la fierté. Dans toute la région des Aurès, le nom Dihya est assez courant chez les Chaouis. Aussi, le personnage historique de Dihya est devenu de nos jours un symbole, aux côtés de Massinissa, de Jugurtha... La tradition orale des Chaouis ne donne pas de renseignements précis sur tout le parcours historique de la Kahena. Mais elle reste la reine des Chaouis. Plusieurs femmes ont évoqué la Kahena, comme Gisèle Halimi dans son livre La Kahena ou Baya Jurquet-Bouhoune dans son livre Femmes algériennes : de la Kahena au Code de la famille, où elle dénonce le code de la famille adopté le 9 juin 1984 en Algérie. Pour sa part, Gisèle Halimi a déclaré : «J'ai voulu clore ce cycle par la Kahena. Dans son contexte historique, je l'ai fait vivre, aimer, guerroyer, mourir. Comme mon père, Edouard le Magnifique, l'aurait peut-être imaginée. La Kahena était-elle son ancêtre ? Peut-être. L'ai-je aimée en la faisant revivre. Oui. Passionnément.» Dans la littérature algérienne contemporaine, Kahena est évoquée dans les œuvres de Kateb Yacine ainsi que beaucoup d'autres écrivains. «L'originalité de Kateb, suivant l'essayiste, est d'avoir fait de Kahena une païenne au sens non idolâtre ou polythéiste, mais dont le paganisme s'apparente à un matérialisme moderne. Dans la Femme sauvage, Kateb présente la Kahena comme une adoratrice de la terre, seule divinité qu'elle reconnaisse. Cette passion pour la terre est synonyme de patriotisme. Kahena prend alors l'image de «la vierge aux abois» nommée la «Numidie», abandonnée mourante par «Jugurtha», comme l'évoque Rachid dans son roman Nedjma en se disant : «Et c'est moi, Rachid, nomade en résidence forcée, d'entrevoir l'irrésistible forme de la vierge aux abois (Kahena), mon sang et mon pays ; à moi de voir grandir sous son premier nom arabe la Numidie que Jugurtha laissa pour morte.». Mohammed Khaïr-Eddine : «Khaïr-Eddine, selon Zemmouri, évoque Kahena dans ses textes comme une ancêtre emblématique (...). Dans Agadir, le héros reconnaît comme divinité la «Déesse Sudique Rutilante» qui semble désigner à la fois la Kahena et la terre du Sud (...). L'histoire devient alors mythe. Mais alors que Farès et Kateb exaltent et célèbrent en elle la femme qui symbolise la résistance aux arabo-musulmans, Khaïr-Eddine, lui, préfère voir en elle le symbole de la révolte. (A suivre...)

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.