Mise en garde    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Les marches du vendredi se poursuivent    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les slogans sortis de laboratoires    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    À la veille du grand jour à Béjaïa    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Ouverture d'une nouvelle agence à Reghaïa    Renvoi du verdict au 27 mai    Le résistant intrépide    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    UA: échange de vues entre Boukadoum et Faki au sujet des travaux du CPS    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils ont marqué leur époque
Kahena (5e partie)
Publié dans Info Soir le 09 - 03 - 2013

Résumé de la 4e partie - Erigée par l'association Aurès El-Kahena au centre ville de Baghaï, cette statue a été inaugurée en février 2003.
Certains Kabyles protestèrent car aucune inscription en langue amazighe ne figure sur le socle de la statue, son nom étant écrit en arabe. Khenchela est le nom que portait la fille de la reine berbère Kahena. Le nez, dont il est question, veut dire le Khanchouch, c'est-à-dire la fierté. Dans toute la région des Aurès, le nom Dihya est assez courant chez les Chaouis. Aussi, le personnage historique de Dihya est devenu de nos jours un symbole, aux côtés de Massinissa, de Jugurtha... La tradition orale des Chaouis ne donne pas de renseignements précis sur tout le parcours historique de la Kahena. Mais elle reste la reine des Chaouis. Plusieurs femmes ont évoqué la Kahena, comme Gisèle Halimi dans son livre La Kahena ou Baya Jurquet-Bouhoune dans son livre Femmes algériennes : de la Kahena au Code de la famille, où elle dénonce le code de la famille adopté le 9 juin 1984 en Algérie. Pour sa part, Gisèle Halimi a déclaré : «J'ai voulu clore ce cycle par la Kahena. Dans son contexte historique, je l'ai fait vivre, aimer, guerroyer, mourir. Comme mon père, Edouard le Magnifique, l'aurait peut-être imaginée. La Kahena était-elle son ancêtre ? Peut-être. L'ai-je aimée en la faisant revivre. Oui. Passionnément.» Dans la littérature algérienne contemporaine, Kahena est évoquée dans les œuvres de Kateb Yacine ainsi que beaucoup d'autres écrivains. «L'originalité de Kateb, suivant l'essayiste, est d'avoir fait de Kahena une païenne au sens non idolâtre ou polythéiste, mais dont le paganisme s'apparente à un matérialisme moderne. Dans la Femme sauvage, Kateb présente la Kahena comme une adoratrice de la terre, seule divinité qu'elle reconnaisse. Cette passion pour la terre est synonyme de patriotisme. Kahena prend alors l'image de «la vierge aux abois» nommée la «Numidie», abandonnée mourante par «Jugurtha», comme l'évoque Rachid dans son roman Nedjma en se disant : «Et c'est moi, Rachid, nomade en résidence forcée, d'entrevoir l'irrésistible forme de la vierge aux abois (Kahena), mon sang et mon pays ; à moi de voir grandir sous son premier nom arabe la Numidie que Jugurtha laissa pour morte.». Mohammed Khaïr-Eddine : «Khaïr-Eddine, selon Zemmouri, évoque Kahena dans ses textes comme une ancêtre emblématique (...). Dans Agadir, le héros reconnaît comme divinité la «Déesse Sudique Rutilante» qui semble désigner à la fois la Kahena et la terre du Sud (...). L'histoire devient alors mythe. Mais alors que Farès et Kateb exaltent et célèbrent en elle la femme qui symbolise la résistance aux arabo-musulmans, Khaïr-Eddine, lui, préfère voir en elle le symbole de la révolte. (A suivre...)

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.