PLFC 2020: la hausse des prix des carburants réduira leur gaspillage    Le Président Tebboune affirme qu'il "fera face aux lobbies ciblant l'ANP par des campagnes désespérées"    Conseil de la Nation: adoption à l'unanimité du texte de loi de finances complémentaire 2020    Conseil de la nation: la préservation du caractère social de l'Etat dans le PLFC 2020 saluée    Le comité scientifique, seul "habilité à donner le feu vert pour la levée ou pas du confinement"    LUTTE CONTRE LE TERRORISME : Deux terroristes neutralisés en mai dernier    La famille Nezzar poursuivie pour évasion fiscale !    Chemseddine autorisé à revenir sur Ennahar TV    DOCUMENTAIRE DIFFUSEE PAR FRANCE 5 SUR LE HIRAK : Le RND dénonce une campagne tendancieuse    MOSTAGANEM : Le non-port du masque, une infraction pouvant être érigée en délit    LUTTE CONTRE LE COVID19 : La wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    AIN TEMOUCHENT : Deux filles membres d'un réseau de passeurs    LE PRESIDENT TEBBOUNE EN VISITE AU MDN : Le siège de l'état-major baptisé au nom de feu Gaid Salah    Ligue1 algérienne-USM Alger: Zeghdoud évasif sur son avenir    L'envoi de troupes de l'ANP en dehors des frontières ne remet pas en cause la doctrine de non ingérence de l'Algérie    «Tebboune s'est engagé à libérer Tabbou et Benlarbi»    Plan d'annexion en Cisjordanie: la Fédération internationale des syndicats condamne la démarche israélienne    La BM retire des cartes géographiques du Maroc incluant illégalement le Sahara occidental    L'Amérique brûle    Un webinaire interactif pour la région Mena    Réunion du Bureau Fédéral de la FAF : La reprise des activités liée à la levée du confinement    Milan AC (Italie) : L'Algérien Bennacer intransférable pour le futur entraîneur    L'Epreuve    L'infrangible lien…    Les remplaçants acceptent, les titulaires refusent    Les frais de transport des dépouilles à la charge de l'état    Mustapha Hamici, nouveau directeur général    Baadji Abou-El-Fadhl confiné chez lui    Le référendum constitutionnel fixé au 1er juillet    8 décès et 119 nouveaux cas en 24 heures    Les écoles privées rappelées à l'ordre    246 autorisations accordées en 2019    Le Zimbabwe convoque l'ambassadeur américain à Harare    Le journaliste Henri de Grandmaison tire sa révérence    "Je pense porter plainte pour manipulation"    De l'orientation sociale du savoir au contrôle de la société    Fresque murale vandalisée à Alger-Centre : «Abu rouleau» rentre dans l'art    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    Récits de Miel et de Sang, ou le voyage dans le temps    Allemagne: Quatrième passe décisive pour Bensebaïni    Football - Agents de joueurs: Entre affairisme et parfaite illégalité !    EHS Canastel: Vingt-deux enfants atteints du Covid-19 pris en charge    Ce que prépare le gouvernement...    Les amendements introduits    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    La mort au temps du corona    Les violentes manifestations se poursuivent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils ont marqué leur époque
Kahena (5e partie)
Publié dans Info Soir le 09 - 03 - 2013

Résumé de la 4e partie - Erigée par l'association Aurès El-Kahena au centre ville de Baghaï, cette statue a été inaugurée en février 2003.
Certains Kabyles protestèrent car aucune inscription en langue amazighe ne figure sur le socle de la statue, son nom étant écrit en arabe. Khenchela est le nom que portait la fille de la reine berbère Kahena. Le nez, dont il est question, veut dire le Khanchouch, c'est-à-dire la fierté. Dans toute la région des Aurès, le nom Dihya est assez courant chez les Chaouis. Aussi, le personnage historique de Dihya est devenu de nos jours un symbole, aux côtés de Massinissa, de Jugurtha... La tradition orale des Chaouis ne donne pas de renseignements précis sur tout le parcours historique de la Kahena. Mais elle reste la reine des Chaouis. Plusieurs femmes ont évoqué la Kahena, comme Gisèle Halimi dans son livre La Kahena ou Baya Jurquet-Bouhoune dans son livre Femmes algériennes : de la Kahena au Code de la famille, où elle dénonce le code de la famille adopté le 9 juin 1984 en Algérie. Pour sa part, Gisèle Halimi a déclaré : «J'ai voulu clore ce cycle par la Kahena. Dans son contexte historique, je l'ai fait vivre, aimer, guerroyer, mourir. Comme mon père, Edouard le Magnifique, l'aurait peut-être imaginée. La Kahena était-elle son ancêtre ? Peut-être. L'ai-je aimée en la faisant revivre. Oui. Passionnément.» Dans la littérature algérienne contemporaine, Kahena est évoquée dans les œuvres de Kateb Yacine ainsi que beaucoup d'autres écrivains. «L'originalité de Kateb, suivant l'essayiste, est d'avoir fait de Kahena une païenne au sens non idolâtre ou polythéiste, mais dont le paganisme s'apparente à un matérialisme moderne. Dans la Femme sauvage, Kateb présente la Kahena comme une adoratrice de la terre, seule divinité qu'elle reconnaisse. Cette passion pour la terre est synonyme de patriotisme. Kahena prend alors l'image de «la vierge aux abois» nommée la «Numidie», abandonnée mourante par «Jugurtha», comme l'évoque Rachid dans son roman Nedjma en se disant : «Et c'est moi, Rachid, nomade en résidence forcée, d'entrevoir l'irrésistible forme de la vierge aux abois (Kahena), mon sang et mon pays ; à moi de voir grandir sous son premier nom arabe la Numidie que Jugurtha laissa pour morte.». Mohammed Khaïr-Eddine : «Khaïr-Eddine, selon Zemmouri, évoque Kahena dans ses textes comme une ancêtre emblématique (...). Dans Agadir, le héros reconnaît comme divinité la «Déesse Sudique Rutilante» qui semble désigner à la fois la Kahena et la terre du Sud (...). L'histoire devient alors mythe. Mais alors que Farès et Kateb exaltent et célèbrent en elle la femme qui symbolise la résistance aux arabo-musulmans, Khaïr-Eddine, lui, préfère voir en elle le symbole de la révolte. (A suivre...)

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.