Neutralité écornée    Alger: Trois militants du FFS arrêtés    Importation des véhicules en CKD: Une facture de près de 3 milliards de dollars    Pétrole: Entre optimisme et mise en garde    Trump prix Nobel de la paix et celui de la veulerie à Abe    Dites : «à bas Israël» et vous irez en prison    Football - Ligue 2: Une flopée de matches décisifs    MC Alger: Kaci-Saïd et Amrouch accusent les joueurs    Division nationale amateur - Est: Le MOC et le CRBOD en arbitres    Ali Mendjeli: Un bébé de 14 mois tué par le monoxyde de carbone    Lutte contre l'habitat précaire: Réception de plus de 3.500 nouveaux logements, fin 2019, à Misserghine    Ils seront installés le mois d'avril prochain pour la gestion des plages: Un administrateur et deux élus, dans chaque commune côtière    Le NAHD et l'USMAn s'imposent    La balle dans le camp des actionnaires    L'Histoire des peuples ne se falsifie pas    Session de formation au profit d'officiers de la police mauritanienne    Ligue des champions    Ouyahia appelle à la mobilisation pour la réélection du Président Bouteflika    Sonelgaz parvient à réduire sa dette à 60 milliards de dinars    François Regis-Legrier : «La bataille d'Hajin était une défaite stratégique»    Partenariat dans les domaines des ports secs et des produits «halal»    L'ouverture à l'extérieur de l'université algérienne est inéluctable    Ce qui s'est réellement passé devant l'APC    Les tueurs d'un gardien de troupeau arrêtés    11e Festival national des arts et de la créativité    Le taux de raccordement en eau potable a atteint 99,37 %    Célébration du centenaire du défunt Farid Ali    Prochaine création d'un orchestre amazigh    Salon national de la photographie à Aïn Témouchent    Partenaire de la Fédération Algérienne d'Escrime : Ooredoo accompagne l'équipe nationale dans la Coupe du monde de Sabre féminin-junior    L'armée renouvelle son soutien au président maduro    Sommet tripartite sur la Syrie : "Nous nous rapprochons de plus en plus du règlement du conflit"    Bedoui depuis Djelfa : "L'avenir de l'Algérie n'est pas tributaire d'un rendez-vous électoral"    À Bechar : La problématique d'eau potable en voie de résolution    Réunion des partis de l'opposition    Deux suspects arrêtés    Amara Benyounes victime d'une "fake news"    Journée technique sur la modernisation des banques : Les financements bancaires devraient s'orienter davantage vers les PME    Afrique/Europe : Feghouli et Bennacer retenus dans le onze type africain de la semaine    Karl Lagerfeld tire sa révérence Virginie Viard succède au "Kaiser" chez Chanel    Rencontre Benghabrit-syndicats.. Une voie «sans issue»    Il dit pouvoir diriger des missiles en direction de l'Amérique.. Poutine met en garde Washington    Trafic de stupéfiants.. Plusieurs individus sous les verrous    Rachid Mokhtari publie La Guerre d'Algérie dans le roman français    L'Orchestre symphonique de la ville d'Oran donne son premier concert    L'éclipse    Les acquis enregistrés grâce à l'unité et la détermination du peuple sahraoui    Projection de "Maintenant, ils peuvent venir"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils ont marqué leur époque
Kahena (5e partie)
Publié dans Info Soir le 09 - 03 - 2013

Résumé de la 4e partie - Erigée par l'association Aurès El-Kahena au centre ville de Baghaï, cette statue a été inaugurée en février 2003.
Certains Kabyles protestèrent car aucune inscription en langue amazighe ne figure sur le socle de la statue, son nom étant écrit en arabe. Khenchela est le nom que portait la fille de la reine berbère Kahena. Le nez, dont il est question, veut dire le Khanchouch, c'est-à-dire la fierté. Dans toute la région des Aurès, le nom Dihya est assez courant chez les Chaouis. Aussi, le personnage historique de Dihya est devenu de nos jours un symbole, aux côtés de Massinissa, de Jugurtha... La tradition orale des Chaouis ne donne pas de renseignements précis sur tout le parcours historique de la Kahena. Mais elle reste la reine des Chaouis. Plusieurs femmes ont évoqué la Kahena, comme Gisèle Halimi dans son livre La Kahena ou Baya Jurquet-Bouhoune dans son livre Femmes algériennes : de la Kahena au Code de la famille, où elle dénonce le code de la famille adopté le 9 juin 1984 en Algérie. Pour sa part, Gisèle Halimi a déclaré : «J'ai voulu clore ce cycle par la Kahena. Dans son contexte historique, je l'ai fait vivre, aimer, guerroyer, mourir. Comme mon père, Edouard le Magnifique, l'aurait peut-être imaginée. La Kahena était-elle son ancêtre ? Peut-être. L'ai-je aimée en la faisant revivre. Oui. Passionnément.» Dans la littérature algérienne contemporaine, Kahena est évoquée dans les œuvres de Kateb Yacine ainsi que beaucoup d'autres écrivains. «L'originalité de Kateb, suivant l'essayiste, est d'avoir fait de Kahena une païenne au sens non idolâtre ou polythéiste, mais dont le paganisme s'apparente à un matérialisme moderne. Dans la Femme sauvage, Kateb présente la Kahena comme une adoratrice de la terre, seule divinité qu'elle reconnaisse. Cette passion pour la terre est synonyme de patriotisme. Kahena prend alors l'image de «la vierge aux abois» nommée la «Numidie», abandonnée mourante par «Jugurtha», comme l'évoque Rachid dans son roman Nedjma en se disant : «Et c'est moi, Rachid, nomade en résidence forcée, d'entrevoir l'irrésistible forme de la vierge aux abois (Kahena), mon sang et mon pays ; à moi de voir grandir sous son premier nom arabe la Numidie que Jugurtha laissa pour morte.». Mohammed Khaïr-Eddine : «Khaïr-Eddine, selon Zemmouri, évoque Kahena dans ses textes comme une ancêtre emblématique (...). Dans Agadir, le héros reconnaît comme divinité la «Déesse Sudique Rutilante» qui semble désigner à la fois la Kahena et la terre du Sud (...). L'histoire devient alors mythe. Mais alors que Farès et Kateb exaltent et célèbrent en elle la femme qui symbolise la résistance aux arabo-musulmans, Khaïr-Eddine, lui, préfère voir en elle le symbole de la révolte. (A suivre...)

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.