Manchester City: Guardiola chipe un record à Mourinho    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des liens qui remontent à très loin
Publié dans Info Soir le 12 - 09 - 2013


ll A vrai dire, les Algériens et les Ottomans (l'actuelle Turquie) se connaissent très bien. La conquête ottomane de la région d'Alger commença en 1518. Elle fut successivement gouvernée, pour le compte de l'Empire ottoman, par des beylerbeys (gouverneurs généraux) de 1518 à 1587, des pachas de 1587 à 1659, des aghas de 1659 à 1671 et des deys de 1671 à 1830. La région de Constantine, conquise en 1525, prit une relative autonomie administrative par rapport à Alger en 1567 et fut administrée par des beys jusqu'à la conquête française le 13 octobre 1837. Du côté de l'Oranie, la province fut annexée à l'empire ottoman de 1708 à 1732, puis à partir de 1792. En principe, l'autorité des Ottomans s'étendait sur l'ensemble de la Régence d'Alger, c'est-à-dire le nord de l'Algérie actuelle. Mais en réalité celle-ci changeait en fonction de l'époque et des régions concernées. Ainsi, certaines régions montagneuses comme la Kabylie et les Aurès entrèrent, à maintes reprises, en révolte contre l'Autorité ottomane. À l'est de l'Algérie, dans les Aurès, plusieurs tribus s'unirent et déclenchèrent des batailles contre les Ottomans. Cependant plusieurs conflits internes, entre factions chaouies, mirent en flammes cette région. Les Ouled Daoud ainsi que plusieurs autres tribus empêchèrent les Ottomans de pénétrer dans leurs territoires. Saleh Bey, tenta, sans y parvenir, de les soumettre à son administration en dirigeant une expédition contre eux. En somme, entre le XVIIe et le XVIIIe siècle, la grande union des Chabias prit fin, provoquant l'indépendance de plusieurs tribus à l'égard des Ottomans. Le royaume de Koukou, dont la capitale fut Aït Gharbi, dura deux siècles. Il fut fondé au XVIe siècle par Ahmed Belkadi, un des chefs kabyles qui a contribué à chasser les Espagnols de Béjaïa avec l'aide des Turcs en mer. En 1520, Kheiredinne Barberousse décida de mener une expédition contre Ahmed Belkadi. La bataille a eu lieu dans la plaine des Issers.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.