Marche grandiose à Alger    ELECTION PRESIDENTIELLE DU 12 DECEMBRE : Mihoubi déposera son dossier la semaine prochaine    RETRAIT DE TEBBOUNE DE LA COURSE ELECTORALE : Mohamed Lagab dément    AUDITIONNE AU TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Baha Eddine Tliba placé en détention provisoire    Tipasa : « libérez nos enfants détenus »,    Biskra : « Non à la zizanie, les Kabyles sont nos frères »    Jijel : » Il n'y aura pas de vote ! «    ECOLE SUPERIEURE DES DOUANES D'ORAN : Sortie de 81 officiers de brigade dont neufs femmes    MOSTAGANEM : 1000 tonnes de pomme de terre bientôt déstockées    Chakib Khelil sera sur le devant de la scène    MAHDIA (TIARET): Une présumée liste des bénéficiaires de logements provoque la colère    SIDI BEL ABBES : Le 58ème anniversaire du 17 octobre 61 commémoré à Dhaya    ADRAR : Saisie de yaourt et de fromage avariés    Liverpool: Van Dijk n'est pas obnubilé par le titre    Real Madrid: Zidane réagit au report du Clasico    Officiel: le Clasico reporté    Un enfant évacué vers Alger pour ... extirper une cacahuète    3 morts et une vingtaine d'enfants blessés dans un attentat    «On peut faire encore plus mal»    "L'EN peut encore progresser"    L'Algérie et le Gabon terminent sur une belle note    «Aucune décision n'a été prise»    Le véritable maître de DAESH    Bedoui en Russie    De nouvelles charges contre Donald Trump    Les députés exigent la démission de la cheffe de l'Exécutif    Constantine : quelle scolarisation pour nos enfants ?    Ecole : le sinistre au quotidien    ACTUCULT    "Derb Cinéma" lance l'appel à candidatures jusqu'au 15 novembre    Lumière sur une terre et ses hommes    Tout en excluant la trêve : Ankara exhorte les Kurdes de Syrie à déposer les armes    Boukhalfa : Huit blessés dans un accident de la circulation    Corée du Sud, Italie, Turquie et Autriche à l'honneur    300.000 Algériens ont visité la Turquie en 2018    Selon le MSP: « Les autorités responsables de l'échec de la transition démocratique »    Sortie de la 3ème promotion des officiers de brigade: Le DG des douanes insiste sur la probité et la rigueur    Rachid Sekak: Le redressement économique passe par le règlement de l'équation politique    Mila / Céréaliculture: Tout est fin prêt pour la campagne labours-semailles    Pompiers en colère à Paris : tensions avec la police, au moins 6 interpellations    AUTOMOBILE: Le futur patron de Renault ne sera pas forcément français, selon Pannier-Runacher    5ème édition du Prix littéraire " Katara ": Le talent algérien brille de nouveau dans le ciel de Katara    Le FMI augmente à 2,6 % sa prévision    Belmadi et les Verts sur leur lancée    Le MSP hausse le ton    67 % ont moins de 40 ans    Les chrétiens d'Algérie dénoncent    La France garde le secret    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Littérature : «Utiliser des expressions d'essence algé-rienne»
Publié dans Info Soir le 07 - 02 - 2015

Débat ■ «Une langue algérienne», voilà ce à quoi s'attache dans son écriture littéraire le romancier Amine Zaoui afin d'imprégner un cachet à la littérature algérienne.
Cette langue, dite algérienne, avec laquelle il compose dans chacun de ses livres, qu'elle soit exprimée en français ou en arabe et qui, semble-t-il pose problématique dans certains milieux intellectuels, a été également revendiquée par, notamment Boudjedra et Kateb, ainsi qu'un certain mouvement universitaire soucieux d'uniformiser une linguistique spécifique à la culture algérienne.
L'homme de lettres, fécond et imaginatif dans ses créations livresques, s'attache à défendre son choix d'écriture bilingue tout en plaidant pour un langage littéraire qui soit l'outil créatif à l'écoute de la société algérienne, de son histoire et de ses émotions.
Utiliser «la langue algérienne», selon Zaoui, qui intervenait lors d'une rencontre au centre culturel Azeddine-Medjoubi à Alger, initiée par l'association El-Kalima, est le fait d'exprimer par la plume créatrice et libératrice l'existence d'une littérature algérienne. Une volonté de justifier la pérennité d'un champ littéraire avec ses propres expressions et ses sonorités. Amine Zaoui, fort de ses arguments quant à l'usage de «la langue algérienne», insiste sur le fait qu'il n'est ni le premier ni le dernier à vouloir utiliser un verbe et des expressions d'essence algérienne. Il n'hésite pas à faire remarquer qu'il existe des précurseurs en la matière tant au Maghreb qu'en Afrique.
Une intelligentsia ayant opté pour cette catégorie d'écriture d'essence populaire, qui n'amoindrit en rien le génie créateur de l'écrivain.
«Dans mes écrits, j'opte pour un arabe différent de celui utilisé au Moyen-Orient ou dans le monde arabe de façon générale puisqu'il s'appuie sur notre imagination algérienne qui véhicule ses particularités amazighe, méditerranéenne et africaine». Par conséquent, son ouverture à de nouveaux critères d'écriture, autres que ceux prônés par les fidèles d'une langue arabe unificatrice, trouve une certaine résistance de ces derniers, dictée par la crainte d'une remise en question identitaire «arabo-musulmane» dans un monde de globalisation. L'autre problématique littéraire à laquelle fait face l'écrivain et universitaire est l'écriture «provocatrice » portant préjudice au sacré. L'aile traditionnaliste fait référence à des textes
portant atteinte à «la morale».
Amine Zaoui s'en défend en avançant : «Tout homme de lettres se doit de faire dans la provocation à condition que celle-ci soit mue par un souci culturel, voire pédagogique». N'est-ce pas aux femmes et hommes de lettres d'être les témoins de leur temps et leur ère et de transmettre à travers le récit romanesque ou autre, des portraits, des situations, des émotions et des sentiments propres au contexte socioculturel où ils évoluent ? L'écriture du roman c'est la part du mirage, de la fable, de l'illusion que porte en lui le romancier. L'homme de culture a avoué, lors d'une précédente rencontre avec son public, qu'écrire pour lui c'est être comme baigné de «folie», un état second. La place de la poésie dans l'écrit romanesque, les droits de la femme, l'amour dans toute son acceptation, le machisme des Algériens, le trouble émotionnel, sa relation avec le mysticisme, tout est introspection suggestive pour l'homme de lettres. Et c'est cela l'écriture de Zaoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.