3 principaux bienfaits des sardines    Le Benfica officialise un accord avec Man City pour Ruben Dias    Aïn Defla : 9 000 logements distribués au courant des prochains mois    Rationaliser le régime des transferts sociaux    Selon l'ONM, le 2 novembre il fera beau    Sites expropriés pour l'implantation des logements AADL à Es-Sénia: Des exploitants agricoles non indemnisés en appellent au ministre    Mascara: Le foncier industriel inexploité sera récupéré    Combats meurtriers au Karabakh: L'Azerbaïdjan et l'Arménie au bord de la guerre    Mutisme !    En solidarité avec le bâtonnier Sellini: Des avocats protestent à Alger    Adrar: Des promesses pour le secteur de la jeunesse et des sports    CA Bordj Bou-Arréridj: Vers une autre saison ratée    USM Bel-Abbès: Chérif El-Ouazani ne fait pas l'unanimité    Une délégation en visite à la Zone industrielle d'Es-Senia: La Chambre du Commerce apporte son soutien aux opérateurs économiques    Protection des consommateurs: «Les Associations sont empêchées d'accomplir leur mission»    Pluies orageuses sur le Centre et l'Est    Djelfa: Trois morts dans une collision    LE BIENFAIT D'UN VIRUS    De pays de demain et de l'Algérie post-novembriste    «Le vent du sud ou ouargla la sultane des oasis»    Sit-in des avocats à Alger    Report du procès en appel    Les propositions des uns et des autres    Les contaminations continuent de baisser    Guardiola encense de nouveau Mahrez    Les avis des partis et des personnalités    L'Algérie a besoin d'un baril à 157 dollars    Liban: appels à s'attaquer aux raisons de l'obstruction pour surmonter l'impasse politique    L'opération de révision des listes électorales s'est déroulée dans de bonnes conditions    Sahara occidental: mise en garde contre l'escalade marocaine    Rentrée scolaire 2020-2021: la date pas encore fixée    EMIGRATION CLANDESTINE : Sauvetage de 755 personnes durant la dernière semaine    Alger : sit-in des avocats pour réclamer le règlement de leurs problèmes professionnels    Ces nids à problèmes    Algérie-Mexique, le 13 octobre à La Haye    CONDOLEANCES    Le FFS refuse de cautionner le référendum constitutionnel    Le leader du Mouvement M5 rappelle le rôle primordial de l'Algérie    23 morts dans le crash d'un avion militaire    40 terroristes présumés tués par l'armée    Programme dense par le TNA et les théâtres régionaux    Ouverture de la galerie "Diwaniya Art Gallery" à Alger    Sommes-nous tous victimes de l'abstraction sélective ?    Et si on causait d'érotisme dans Les Mille et une Nuits ?    Robes noires    Vers l'abandon progressif de l'essence super à partir de 2021    Règlement de la crise malienne: les efforts de l'Algérie salués    Importation: Pas de retour aux licences    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Littérature : «Utiliser des expressions d'essence algé-rienne»
Publié dans Info Soir le 07 - 02 - 2015

Débat ■ «Une langue algérienne», voilà ce à quoi s'attache dans son écriture littéraire le romancier Amine Zaoui afin d'imprégner un cachet à la littérature algérienne.
Cette langue, dite algérienne, avec laquelle il compose dans chacun de ses livres, qu'elle soit exprimée en français ou en arabe et qui, semble-t-il pose problématique dans certains milieux intellectuels, a été également revendiquée par, notamment Boudjedra et Kateb, ainsi qu'un certain mouvement universitaire soucieux d'uniformiser une linguistique spécifique à la culture algérienne.
L'homme de lettres, fécond et imaginatif dans ses créations livresques, s'attache à défendre son choix d'écriture bilingue tout en plaidant pour un langage littéraire qui soit l'outil créatif à l'écoute de la société algérienne, de son histoire et de ses émotions.
Utiliser «la langue algérienne», selon Zaoui, qui intervenait lors d'une rencontre au centre culturel Azeddine-Medjoubi à Alger, initiée par l'association El-Kalima, est le fait d'exprimer par la plume créatrice et libératrice l'existence d'une littérature algérienne. Une volonté de justifier la pérennité d'un champ littéraire avec ses propres expressions et ses sonorités. Amine Zaoui, fort de ses arguments quant à l'usage de «la langue algérienne», insiste sur le fait qu'il n'est ni le premier ni le dernier à vouloir utiliser un verbe et des expressions d'essence algérienne. Il n'hésite pas à faire remarquer qu'il existe des précurseurs en la matière tant au Maghreb qu'en Afrique.
Une intelligentsia ayant opté pour cette catégorie d'écriture d'essence populaire, qui n'amoindrit en rien le génie créateur de l'écrivain.
«Dans mes écrits, j'opte pour un arabe différent de celui utilisé au Moyen-Orient ou dans le monde arabe de façon générale puisqu'il s'appuie sur notre imagination algérienne qui véhicule ses particularités amazighe, méditerranéenne et africaine». Par conséquent, son ouverture à de nouveaux critères d'écriture, autres que ceux prônés par les fidèles d'une langue arabe unificatrice, trouve une certaine résistance de ces derniers, dictée par la crainte d'une remise en question identitaire «arabo-musulmane» dans un monde de globalisation. L'autre problématique littéraire à laquelle fait face l'écrivain et universitaire est l'écriture «provocatrice » portant préjudice au sacré. L'aile traditionnaliste fait référence à des textes
portant atteinte à «la morale».
Amine Zaoui s'en défend en avançant : «Tout homme de lettres se doit de faire dans la provocation à condition que celle-ci soit mue par un souci culturel, voire pédagogique». N'est-ce pas aux femmes et hommes de lettres d'être les témoins de leur temps et leur ère et de transmettre à travers le récit romanesque ou autre, des portraits, des situations, des émotions et des sentiments propres au contexte socioculturel où ils évoluent ? L'écriture du roman c'est la part du mirage, de la fable, de l'illusion que porte en lui le romancier. L'homme de culture a avoué, lors d'une précédente rencontre avec son public, qu'écrire pour lui c'est être comme baigné de «folie», un état second. La place de la poésie dans l'écrit romanesque, les droits de la femme, l'amour dans toute son acceptation, le machisme des Algériens, le trouble émotionnel, sa relation avec le mysticisme, tout est introspection suggestive pour l'homme de lettres. Et c'est cela l'écriture de Zaoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.